Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/10/2008

la sexualité des Belges

En 2006, le magazine Test Achats auprès de 1.500 personnes âgées de 18 à 74 ans, elle serait plutôt «stable» et «satisfaisante». Le Belge type est hétérosexuel et fidèle: 9 sur 10 (91 pc) se déclarent hétérosexuels, 3 pc homosexuels, 3 pc se disent bisexuels et 3 pc ne sont pas sûrs de leur orientation. La grande majorité des répondants n'ont eu qu'un seul partenaire au cours des 12 mois qui précédaient l'enquête. La plupart se sont glissés sous la couette 1 à 2 fois par semaine, pour s'adonner essentiellement à des rapports classiques (avec pénétration vaginale) et/ou au sexe oral. Plus de la moitié ont vécu leur «première fois» entre 15 et 19 ans, et 6 pc avaient moins de 15 ans.

Si la grande majorité se disent satisfaits de leur relation actuelle, beaucoup font néanmoins état de difficultés sexuelles au cours des 12sexualité.jpg derniers mois. Problèmes d'érection pour les hommes, manque de désir chez les femmes. Bref, plus d'un quart des Belges ont été affectés au point d'éviter des relations intimes. Pourtant, seuls 14 pc de ces personnes ont consulté un professionnel de la santé.

Plus d'infos:

L'information en matière de sexualité est jugée insuffisante. Quelques exemples: 48 pc des Belges croient à tort qu'une femme peut tomber enceinte si elle a des relations sexuelles non protégées pendant les règles, 14 pc pensent à tort qu'il est dangereux d'avoir des relations sexuelles (avec pénétration vaginale) pendant la grossesse, et 65 pc ignorent que le tabac diminue le désir sexuel. Les comportements à risque restent légion puisque, parmi ceux qui n'ont pas de relation stable et qui ont eu un ou des partenaires sexuels au cours de l'année précédente, deux tiers des hétéros et la moitié des homos ou «bi» n'utilisent jamais ou rarement de préservatif. Conséquence possible, pas moins d'un Belge sur dix indique avoir (ou une de leurs partenaires) procédé à un avortement, tandis que la même proportion (11 pc) a déjà été contaminée par une maladie sexuellement transmissible (surtout la chlamydiose ou l'herpès). Pour la quasi-totalité des personnes interrogées, l'école doit rester le canal d'information à l'égard des jeunes sur la sexualité. Deux tiers trouvent qu'il est bon de dispenser des cours d'éducation sexuelle dès l'école primaire (5 éme et 6eannée), tandis que la moitié estiment qu'il faut mettre gratuitement des préservatifs à disposition dans les écoles secondaires. (Source: Le sondage et ses développements paraîtront dans le numéro d'avril-mai de Test Santé; et Source La Libre Belgique 2006)

Les commentaires sont fermés.