Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/12/2008

Avaler le sexe de l'homme

oralsex.jpg

Le dictionnaire, de l’amour et du plaisir au Japon , en quatre cents entrées, est organisé de façon thématique autour de six chapitres: le corps, la beauté, le mystère, le sexe, la prostitution, etc. Les mots sont rassemblés autour de leurs liens dans la culture japonaise.

Pourquoi au Japon, les hommes, pour flatter une femme, la comparent à un poulpe? Remarquez en France, on dit qu'elle est belle comme un camion… "La légende attribue à certaines femmes la capacité de littéralement 'avaler' le sexe des hommes: leur vagin semble l’aspirer, le pomper, le sucer, comme s’il était doté de ventouses.


Ces femmes-là, dont les muscles internes agissent à la façon de tentacules, sont extrêmement recherchées au Japon. On les considère comme des amantes hors-pair. On les appelle des “tako” (poulpes)", explique Agnès Giard dans son "Dictionnaire de l’amour et du plaisir au Japon".

Après une enquête sur les mœurs sexuelles au Japon, l’auteure reste fascinée par cette culture: "La réalité est toujours mille fois plus incroyable et surprenante que la fiction. J’ai pu comprendre beaucoup de choses que l’on voit dans les mangas ou les estampes érotiques, par exemple pourquoi les geisha se maquillent le lobe des oreilles en blanc? Pourquoi les femmes ont les poils pubiens soigneusement peignés comme des cheveux? Pourquoi ont-elles des corps en forme de haricot (pas de sein, pas de taille)? C’est passionnant de voir que certaines pratiques ont des origines très anciennes, ancrées dans une culture religieuse et artistique ultrasophistiquée."

Et alors Agnès, pourquoi les geishas se maquillent le lobe des oreilles en blanc? "Quand une femme est émue, voire excitée, ses oreilles la trahissent: le lobe devient tout rouge. Afin de cacher qu’elles ont des chaleurs, les geisha maquillent donc cette partie trop révélatrice de leur corps. Elles n’ont normalement pas le droit de faire l’amour avec les clients."

Le magnifique ouvrage (400 pages en collection "beaux livres") contient de nombreux dessins, photos et peintures. Les illustrations ont été choisies pour leur paradoxe apparent, mélange de pornographie et de poésie, de naïveté et de crudité, et finalement pour la bizarrerie des fantasmes exposés, tels qu’une femme transformée en meuble érotique, ou des infirmières sexy qui épousent des zombies.

"C’est pourquoi, selon Agnès Giard, on trouve des mots qui a priori n'ont rien d’érotique –comme “parapluie”, “couleurs”, “nuque” ou “rocher”, par exemple– mais aussi des mots très importants comme “préliminaires”, “adultère”, “sperme”, “tatouage”, “sodomie”, “orgasme”, etc."

Dictionnaire de l’amour et du plaisir au Japon d'Agnès Giard - éd. Glénat coll. Drugstore, 35€. (Source rue89)

15:33 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ventouse

Les commentaires sont fermés.