Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/01/2009

A chacun son rythme

Faire l'amour une fois par quinzaine me suffit. Lui, c'est quatre fois par semaine…

Le taux de testostérone (l'hormone sexuelle masculine) est au plus haut chez les hommes jusqu'à 35 ans. Ce qui leur donne souvent envie de faire l'amour ! Mais cela ne leur est pas réservé, les femmes aussi peuvent être « branchées sexe ». En matière de sexualité, il n'existe pas de normalité, d'autant plus que l'appétit peut varier au cours des années…

Lire la suite

30/01/2009

Lutter contre les problèmes d'érection

The American Journal of Medecine a récemment publié une étude finlandaise révélant qu’avoir des relations sexuelles le plus souvent possible serait le meilleur moyen de ne pas souffrir de pannes sexuelles. C’est le Dr Juha Koskimaki, de l’Université de Tampere, qui s’est chargé de démontrer ce lien direct entre fréquence des rapports sexuels et vitalité sexuelle. Près de 1 000 hommes finlandais âgés de 55 à 75 ans ont été interrogés sur leurs comportements sexuels. Les hommes qui déclaraient avoir moins d'une relation sexuelle par semaine avaient plus de deux fois plus de risques de développer des troubles de l'érection que ceux qui faisaient l'amour au moins une fois par semaine. Concrètement, ce risque de dysfonction érectile passe de 79 cas pour 1 000 à 32 cas pour 1 000 si vous faites l'amour au minimum une fois par semaine.
Favoriser l'afflux sanguin
Quant à ceux qui ont des relations sexuelles trois à quatre fois par semaine, ils ne sont plus que 16 pour 1 000 à souffrir de problèmes d'érection. Mais pourquoi un tel écart ? La réponse est tout simplement physiologique. En effet, d'après les auteurs de l'étude, le fait de faire souvent l'amour favorise l'afflux de sang dans le pénis et
« entretient » les fonctions érectiles d'un homme. En revanche, l'étude ne portant que sur les relations sexuelles, les conséquences de la masturbation sur les performances sexuelles n'ont  pas été évaluées. (source: masculin)

27/01/2009

Sexe: la machine RealTouch

La machine RealTouch, qui permet de copier les sensations ressenties "en vrai" à un spectateur de film pornographique.

En gros, cette machine qui fourmille de capteurs, de vibreurs, de latex, de lubrificateur et d'autres joyeusetés du genre, permet au mordu du plaisir solitaire... de se sentir un peu moins seul devant son film.

Pour pouvoir utiliser l'objet, il vous faut télécharger un film X sur le site www.Realtouch.com. La prouesse technologique réside dans la coordination des vibrations et des succions de la machine avec ce qui se passe dans le film. Et ça, grâce à un câble et une clé USB.

Les concepteurs en tout cas rassurent les utilisateurs potentiels: ça ne fait aucun bruit, ça s'entretient facilement et il n'y aucun risque d'électrocution. (Source)

26/01/2009

L'amour fait perdre l'odorat

L’amour ne rendrait pas seulement aveugle, il nous ferait aussi perdre notre sens de l’odorat. D’après une étude menée à l’Université de Montréal, les femmes amoureuses ne sont plus capables de reconnaître l’odeur de leurs amis de sexe opposé. En revanche, elles reconnaissent parfaitement celle de leur partenaire.

Lire la suite

Nourrir son chien au sein

Janelle Williams, 27 ans, est une mère de famille allaitante. Son fils de 2 ans lui réclame, comme tout bambin, le sein quand il en a envie ou quand il veut s’endormir. Mais depuis peu, Johnny a dû partager son néné avec un bébé pas comme les autres puisqu’il s’agit d’un chien.

Le chien de la famille, acheté au mois d’octobre 2008, est tombé malade. Il a perdu l’appétit et s’affaiblit de jour en jour. Et malgré les soins prodigués et recommandés par les vétérinaires, le chien est toujours mal en point, son état de santé ne s’améliore pas et il refuse toujours de s’alimenter. Mais sa maîtresse n’abandonne pas et cogite pour le sortir de cette mauvaise passe. La femme a mis un peu de lait humain sur son doigt et le chien l’a tout de suite léché. Et quand on l’a installé sur le sein, celui-ci a commencé à téter.

De l’avis des médecins, cette pratique ne présente aucun risque ni pour l’animal tant que les seins de la nourrice sont propres, ni pour cette dernière tant que le chien est en bonne santé, ce qui apparemment n’est pas le cas si l’on se réfère au fait déclencheur de cette situation. Mais on ne peut s'empêcher de se poser la question de savoir l'impact de cette situation sur le bébé. (Source: waliboo )

23/01/2009

Faire l'amour est un excellent anti-stress et anti-anxiété

On le sait, faire l'amour est un excellent anti-stress et anti-anxiété, en plus d'être une source de plaisir. Pourtant, certaines personnes dépriment juste après l'acte sexuel ou après avoir atteint l'orgasme.

Directeur de la clinique psychopharmacologique au Weill Medical College de l'Université Cornell, à New York, Richard A. Friedman a cherché à mieux comprendre ce type de dépression. Il explique dans un article du New York Times publié lundi, qu'il a été surpris de rencontrer des patients pour qui les relations sexuelles avec leur conjoint ou conjointe sont synonymes d'une grande tristesse. Car même si, sous les draps, l'expérience est agréable, ces personnes vivent une dépression intense, qui dure plusieurs heures, juste après avoir fait l'amour ou après avoir atteint l'orgasme, en couple ou en solo. Pourtant, il ne s'agit pas de personnes généralement dépressives.

Lire la suite

19/01/2009

Plus un homme est riche, plus sa femme jouit

Selon des scientifiques britanniques de l'université de Newcastle, la fréquence des orgasmes chez une femme s'accroît en fonction de la bonne santé financière de son partenaire. Plus l'homme est riche, plus la femme sera épanouie sexuellement.

Cette étude risque de déclencher les foudres des féministes, mais elle démontre, selon ses promoteurs, une évolution dans la course inconsciente chez la femme pour obtenir les "meilleurs gènes" de son partenaire. Jadis, les femmes choisissaient un homme fort et bon chasseur alors qu'au XXIe siècle, le compte bancaire a remplacé les gibiers de tout poil. L'orgasme et donc le plaisir, et non plus la reproduction, doit désormais être atteint via la recherche d'un partenaire aisé.

La symétrie du corps et l'attirance sont aussi des critères importants, selon les scientifiques, mais la bonne santé financière apparaît comme le critère n°1.

La pilule du lendemain en hausse

Tous les 4 ans, une vaste enquête sur la santé des jeunes est menée en Communauté française de Belgique : l’enquête HBSC, patronnée par le Bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé.
Les résultats de la huitième enquête viennent d’être publiés en deux brochures : la première traite de la santé et du bien-être en général (santé, alimentation, sport et surcharge pondérale); la deuxième concerne les assuétudes (tabac, alcool, drogues, jeux électroniques, télévision).
“L’objectif est de produire des données utiles pour les acteurs de promotion de la santé visant un public de jeunes. Ce sont 162 classes primaires et 528 classes secondaires qui ont pris part à l’enquête : soit 11.927 questionnaires”, souligne Catherine Fonck, ministre de la Santé.
La vie sexuelle des adolescents est abordée au travers de la question As-tu déjà eu une relation sexuelle, c’est-à-dire as-tu déjà fait l’amour ?
La moitié des élèves âgés de 15 à 18 ans (51,5 %) déclarent avoir déjà eu une relation sexuelle. 44,6 % des élèves âgés de 15 à 18 ans déclarent avoir déjà eu plusieurs relations sexuelles, 23,6 % avec le (ou la) même petit(e) ami(e) et 21 % avec plusieurs petit(e)s ami(e)s.
Parmi les élèves âgés de 15 à 18 ans ayant eu leur premier rapport sexuel avant l’âge de 14 ans, on observe que 77 % d’entre eux déclarent avoir eu leur premier rapport entre 12 et 13 ans.

Lire la suite

15/01/2009

La clinique de la sexualité et du couple réunira plusieurs spécialistes

CHARLEROI. La problématique de la sexualité est encore considérée par la population et par certains médecins comme un sujet tabou. Pour démystifier ce sujet, l’ISPPC ouvre une clinique de la sexualité. Située sur le site de l’hôpital Vincent Van Gogh, cette clinique permettra aux personnes qui le souhaitent de trouver un interlocuteur qualifié pour aborder toutes les problématiques liées à la sexualité.

Les champs de compétences développés par la clinique de la sexualité et du couple sont la mise au point du diagnostic et le traitement. “La clinique propose une approche pluridisciplinaire et intégrée des questions et problèmes susceptibles d’être rencontrés dans la vie sexuelle et affective de tout un chacun, homme ou femme, jeune ou vieux”, confie Yves Depauw, psychiatre.

Lire la suite

14/01/2009

Les spermatozoïdes des hommes intelligents seraient bien plus mobiles

 Selon les résultats d’une étude menée par des chercheurs des universités de Londres, du Delaware et du Nouveau-Mexique, plus les hommes sont intelligents, plus les spermatozoïdes qu’ils produisent présentent une bonne mobilité, et ce, quels que soient l’âge et l’état de santé de l’homme. Ces résultats pourraient s’expliquer par la meilleure hygiène de vie des personnes “intelligentes”, moins susceptibles de souffrir de maladies cardiaques ou de la maladie d’Alzheimer. Les scientifiques pensent que les personnes intelligentes ont moins de stress au travail, une plus grande sécurité de l’emploi, une alimentation plus équilibrée et un régime sportif assidu. Bon à savoir lorsque l’on sait que près d’un couple sur cinq éprouve des difficultés à concevoir un enfant. D’autres pensent que les gènes impliquant l’intelligence pourraient aussi impliquer la qualité du sperme. Geoffrey Miller, psychologue à l’université du Nouveau-Mexique, assure, pour sa part, que l’intelligence peut être un indicateur de la qualité des gènes d’une personne. (C. Bo)

13/01/2009

Les accros au sexe !

Ils ne pensent qu'à ça toute la journée. A la manière de Philippe H., qui témoignait dans la SonntagsZeitung du 28 décembre dernier. Il se lève à 7 h 30 le matin pour trouver un pissoir fréquenté par des homosexuels recherchant «un petit coup vite fait» avant d'aller au travail. Et d'avouer qu'à 42 ans il a déjà eu des relations sexuelles avec 3000 hommes dans son existence. «J'ai complètement perdu le contrôle de ma vie», se désole-t-il. (source: lematin.ch)

Pour Peter Gehrig, l'un des sexologues suisses les plus connus et fondateur de l'Institut zurichois pour la sexologie clinique et la thérapie sexuelle, le cas de Philippe H. est symptomatique. Selon le médecin, les accros ne vivent pas le sexe comme un plaisir ou un contentement, mais comme une quête perpétuelle et inassouvie de moments de bonheur.

10% de femmes accros
Bien qu'on ne dispose pas de statistiques précises, le problème semble s'amplifier. A la façon des groupes d'entraide mutuelle tels les Alcooliques Anonymes, des soutiens aux accros du sexe émergent en Suisse. Ainsi Berne et Coire ont déjà leurs groupes de Sexoliques Anonymes. Et jeudi ce sera au tour de Zurich de franchir le pas, à l'occasion d'une soirée d'information. A l'initiative de Werner Huwiler, du Bureau zurichois de consultation masculine. «Beaucoup d'hommes se tournent vers nous pour trouver de l'aide», constate-t-il.

Et les femmes? Selon le psychologue américain Patrick Carnes, qui a lancé en 1975 le concept de dépendance sexuelle, la problématique toucherait 10% de femmes, mais concerne tous les âges et aussi bien les hétérosexuels que les homosexuels.

Lire la suite

06/01/2009

Orgasme de votre femme

Qu’il soit une bête de sexe ou quelqu’un de timide, tout homme veut que sa partenaire ressente le plus de plaisir possible. Pour résoudre cet épineuse questions nous avons interrogé la sexologue américaine Debby Herbenick. Grâce à ses réponses vous deviendre peut-être un maitre de la chose...


Il n’est pas toujours facile pour un homme d’interroger sa partenaire sur son plaisir, ni de poser les bonnes questions à une sexologue. Men’s Health l’a fait pour vous !

Lire la suite

05/01/2009

La passion peut durer !

Le mélange d'amour et d'envie qui marque le début d'une relation peut perdurer, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, écrit dimanche le 'Sunday Times' en se basant sur qu'il présente comme des preuves scientifiques.

Des chercheurs de la New York Stony Brook University ont réalisé des scanners des cerveaux de couples partageant leur vie depuis au moins une vingtaine d'années et les ont comparés avec ceux de jeunes amoureux. Il est ressorti de ce test qu'un "vieux" couple sur dix avait exactement les mêmes réactions chimiques, à la vue d'une photo du partenaire, que les jeunes couples. (Belga)

Les plus gros seins

Placées sous le haut patronage de Philip Roth, voilà 400 pages consacrées aux seins. Aux plus gros seins de l'histoire du sein. Une somme, rassemblée par la docte Dian Hanson, qui fut l'éditrice d'un magazine des années 70 baptisé par antiphrase Puritan Magazine . Beau titre, beau livre, où l'on découvre des filles des années 50 aux patronymes poétiques, comme Virginia « Ding Dong » Bell.

Lire la suite