Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/04/2009

30 % des femmes se masturbent plusieurs fois par semaine

Plus d'1 femme sur 3 s'ennuie au lit.

- Près de 2 femmes sur 3 souhaitent des rapports plus fréquents.

- 30 % des femmes se masturbent plusieurs fois par semaine.(Source: Pendant 2 semaines, Flair a mis en ligne sur son site Internet, www.flair.be, un questionnaire de 54 questions, auquel 2464 femmes belges ont répondu )

Lire la suite

27/04/2009

Peinture avec son sexe: la vidéo

 

On aura tout vu! Scoop People a découvert cet artiste américain qui fait le buz sur le net en faisant de la peinture avec... son sexe ! Il s'appelle Tim Patch et se donne le surnom de Pricasso, avec un "r".. (Voir la vidéo )

Et sur cette vidéo qui circule, il ne dessine pas n'importe quoi, car c'est Georges Bush qui est ainsi dessiné avec de la peinture sur une toile.

Sur la video ci-joint vous allez découvrir l'intégralité de son oeuvre au son de la télé et d'une vidéo du Muppet's Show... Au point où on en est, pourquoi pas ...

07:14 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : le surnom de pricasso

23/04/2009

Les françaises ont le béguin pour les Nageurs

Un sondage sur la sexualité des françaises révèle les nouvelles préférences sexuelles.

Réalisé pour le nouveau site féminin en ligne flagrantsdelices.com ce sondage “léger” compare l’amour à … un sport olympique. En voici, en exclusivité, les résultats.
une partie de jambes en l’air c’est …

Pour 39% des femmes interrogées, le sexe doit être comme le saut à la perche : il faut que ça les envoie très très haut ! Elles sont 30% à comparer un rapport sexuel à un marathon: plus c’est long, plus c’est bon ! 19,5% d’entre elles pensent que comme pour le saut en longueur, il est essentiel d’aller toujours plus loin. Enfin, les 11,5% restantes associent les ébats sous la couette à un 110 mètres haies : un parcours plein d’obstacles…

Les muscles masculins qu’elles préfèrent

La quasi majorité des femmes aiment contempler le derrière de ces Messieurs puisqu’elles sont 47 % à citer les fessiers comme plus beaux muscles d’un homme. Viennent ensuite les pectoraux avec 26,5 % des voix, alors que les abdominaux sont adorés par 19,5% des femmes interrogées. Enfin, les biceps ne sont appréciés que par 7% d’entre elles.

Quels athlètes ont les corps les plus sexy ?

La plastique des nageurs séduit 57,5% des femmes interrogées, les coureurs, avec 19,5% des voix arrivent juste avant les sauteurs qui recueillent 17% des préférences. Les lanceurs, quant à eux, n’ont pas l’air d’avoir la côte : seulement 6% des femmes ne sont pas indifférentes à leur silhouette…

Lire la suite

Enquête sur la sexualité des Français

Selon le sondage Sofres-Nouvel Obs-RTL, les Français se divisent entre 5 "sexotypes": "traditionnels distanciés" (12% des Français), "romantiques conformistes", "amants fidèles" (25%), "explorateurs affranchis" (24%) et "décomplexés tranquilles" (14%).

La Sofres, Le Nouvel Observateur et RTL publient cette semaine (en kiosque le 23 avril) en exclusivité un sondage sur les pratiques sexuelles des Français. Cette enquête, réalisée les 8 et 9 avril dernier auprès d’une échantillon représentatif de mille personnes, trace le portrait d’une France décomplexée mais qui croit encore et toujours à l’amour, à la fidélité et à la complicité dans le couple.
Les Français estiment à 74% que le sexe est important dans leur vie : 71% d’entre eux ont eu des relations sexuelles dans les mois qui ont précédé l’enquête. Leurs principales motivations ? Partager un moment de complicité (82%), satisfaire un besoin naturel (75%) et rechercher la jouissance (59%).
Les Français qui prennent leur vie sexuelle très au sérieux -74% de l’échantillon considère qu’elle est importante dans leur vie- sont une majorité à la considérer satisfaisante (63%). Mais ce taux diminue fortement en fonction de l’âge: seulement 28% des personnes âgées de 59 à 70 ans se disent comblées.
Du côté des pratiques, comme l’avaient illustrées de précédentes enquêtes, la masturbation, la fellation et le cunnilingus sont pratiqués par une majorités de sondés. Tandis que la pénétration anale et l’échangisme restent largement minoritaires. Le désir homosexuel est revendiqué par 9% de l’échantillon. Et le passage à l’acte par 6%. Quoi qu’il en soit, 55% des personnes interrogées disent qu’il faut chercher à réaliser ses fantasmes sexuels.
Plus à l’aise sous la couette que leurs parents et grands-parents, les Français d’aujourd’hui considèrent néanmoins à 77% que la fidélité conditionne la réussite d’un couple et 56% estiment qu’ils ne pourraient pas avoir de rapports sexuels avec quelqu’un sans l’aimer.
L’enquête Sofres-Le Nouvel Observateur-RTL fait aussi apparaître cinq "sexotypes" parmi la population :
- les "traditionnels distanciés" (12% des Français) qui manifestent peu d’intérêt pour la sexualité.
- Les "romantiques conformistes" (25%) pour lesquels sexe et amour sont indissociables.
- Les "amants fidèles" (25%) pour qui la sexualité et quête de la jouissance sont la grande affaire de la vie à deux.
- Les "explorateurs affranchis" (24%) qui sont les plus audacieux et les plus consommateurs de sexe.
- Les "décomplexés tranquilles" (14%) qui, heureux de leur vie sexuelle, affichent une sexualité sereine et épanouie

11:35 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2009

Sexualité perturbée par les bouteilles d'eau en plastique

Les bouteilles en plastique propageraient dans l'eau minérale des hormones qui pertuberaient la sexualité de l'être humain.

Une récente étude vient de démontrer que l'eau vendue dans des bouteilles en plastique contiendrait deux fois plus d'hormones que l'eau du robinet ! Faut-il donc bannir ces bouteilles par peur d'une menace sur notre sexualité

Ce sont les résultats auxquels sont arrivés les chercheurs allemands Martin Wagner et Jörg Oehlman, de l'université Goethe à Francfort. Cette étude, publiée dans la revue Environnemental Science and Pollution Research, affirme que le plastique des bouteilles libèrerait dans l'eau minérale ce qu'on appelle des perturbateurs endocriniens. Ces hormones, féminines et masculines, seraient deux fois plus présentes dans cette eau que dans l'eau du robinet ou celle contenue dans des bouteilles en verre.

Lire la suite

20/04/2009

Les couples remettent la capote

Deux centièmes de millimètres en caoutchouc, c’est beaucoup quand on est amoureux, c’est carrément trop quand on a trouvé l’homme idéal. Vraiment ? « C’est un fait, les rapports sans préservatif sont devenus une sorte de norme dans les couples stables » note Hubert Crevoisier, infirmier au Checkpoint Genève. « Ce qui n’était pas forcément le cas il y a dix ans, lorsque l’épidémie faisait peur. » Certains tourtereaux, pourtant, choisissent de remettre le condom, même après une longue période de sexe non protégé. « Pour le meilleur, et pour le pire », comme dit l’adage, tant cette décision mélange allègrement amour, plaisir, affirmation de soi et respect de son/ses partenaire(s).

A l’image de Francis*, 29 ans, aujourd’hui célibataire, qui sort d’une relation de trois ans et demi avec Philippe*. « C’était à peu près deux ans après notre rencontre, se souvient le jeune homme. Suite à une dispute, on s’est séparés quelque temps, puis on s’est réconciliés. Comme je soupçonnais Philippe d’avoir eu quelques aventures, j’ai décidé de mettre une capote lorsqu’on a recommencé à coucher ensemble. On n’en a pas parlé, je l’ai fait, tout simplement. Philippe a eu l’air surpris, il ne semblait pas y avoir pensé. » Pourquoi ? « On le sait bien, l’amour rend aveugle, remarque Hubert. Chez Francis, le bon sens a primé, tandis que Philippe est resté dans l’émotionnel au moment des retrouvailles. Il a juste « oublié » le VIH et les IST alors que la population homosexuelle est dans un contexte d’épidémie au VIH. Avant d’abandonner le préservatif, un test de dépistage est nécessaire pour faire le point ensemble. Une bonne communication devient le dernier rempart contre une contamination à l’intérieur du couple. »

Lire la suite

Les musulmans et le sexe. Quand le plaisir n’est pas un péché

La contradiction est frappante entre l’idée reçue d’un islam pudibond et la réalité d’une religion qui magnifie l’acte amoureux. Un droit absolu pour le fidèle aux yeux du Prophète.

L’islam serait puritain par essence, et les musulmans antisexe de nature. Voilà ce qui ressortait d’un sondage CSA publié dans Le Monde des religions en janvier 2005, selon lequel 72 % des Français considèrent que le Coran réprime la sexualité (contre 43 % pour le catholicisme et 38 % pour le judaïsme). Mais il se trouve que la réalité est à l’opposé de ces idées répandues sur la religion de Mohammed. D’abord, parce que s’il est un peuple, une religion, une langue où l’amour a une place primordiale, c’est bien dans le monde arabo-musulman. Pas moins de soixante mots existent pour exprimer l’amour, « comme les Esquimaux en ont soixante pour désigner la neige », a l’habitude de dire le cinéaste tunisien Nacer Khémir. Cela va de la simple inclinaison (mawadda) au transport total (tatayyum) en passant par la passion (ichq) ou l’agonie amoureuse (sababa). Pas un aspect, un détail, une caractéristique de ce sentiment que les musulmans n’aient étudié  : ses symptômes, ses genres, ses états et ses remèdes.

Peuple amoureux par essence, les Arabes ont marqué de leur empreinte la poésie courtoise européenne du Moyen Âge et ont initié l’Occident à l’art de la séduction et de la galanterie. À l’instar d’Ibn Hazm, poète andalou du XIe siècle, ils considèrent que « l’amour n’est point objet d’aversion, ni tabou, pour la religion ». La tradition musulmane veut que celui qui aime et meurt d’amour soit considéré comme un martyr.

Lire la suite

17/04/2009

Redécouvrir son corps

Baisers et caresses de toutes sortes augmentent l'intimité et établissent une véritable communication sensuelle : ils permettent de se sentir désiré. Alors pas question de faire l'impasse sur les préliminaires !

La bonne méthode ? Commencez par des massages (pas forcément des organes génitaux). Après une journée stressante, ils favorisent la détente et lancent le mécanisme du désir. Les baisers, eux, d'innocents en apparence, peuvent devenir très "chauds" et réjouir non seulement la bouche, mais aussi tout le corps. Ensuite, vous pouvez cibler les zones érogènes : seins, fesses, ventre, intérieur des cuisses Pour faire monter la tension, enchaînez avec des caresses franches et directes, manuelles ou buccales, sur les zones génitales.Votre partenaire est trop pressé ? Il y a mille façons de lui dire gentiment : "Attends un peu", "D'abord, j'ai envie de". N'hésitez pas à formuler vos demandes de façon claire et explicite, sans avoir peur de rentrer dans les détails.

La masturbation

En solitaire, c'est un bon moyen de connaître les réactions de votre corps : vous découvrirez grâce à elle ce qui vous fait frémir et vous saurez ensuite mieux guider votre partenaire. A deux, la masturbation consiste à vous caresser devant votre partenaire, à l'inviter à vous caresser et à caresser son sexe. Elle permet d'exacerber votre désir et le sien en faisant intervenir les sens de la vue et du toucher. Prenez votre temps : regardez-le prendre du plaisir et abandonnez-vous sous ses doigts.

Un petit exercice pour faire renaître le désir

Oubliez les rapports sexuels et l'orgasme pendant quelques semaines. Votre mission la première semaine : vous consacrer aux caresses sur le dos et le ventre. Puis la deuxième semaine, intéressez-vous à tout le reste du corps, effleurez les organes sexuels. Cela vous permettra de redécouvrir le corps de l'autre, de réapprendre à le faire frémir sous vos doigts. Attention, ces caresses vont provoquer une excitation sexuelle à laquelle il est difficile de résister. Ne cédez pas : c'est l'attente qui augmente le désir. La troisième semaine, vous pouvez enfin aller jusqu'au bout, mais sans sauter les préliminaires ! (Source: topsanté et yahoo.fr )

Mao en spermatozoïde, aux côtés de Hitler et de Ben Laden

Les médias officiels et des internautes en Chine se sont indignés d'une publicité allemande pour des préservatifs caricaturant Mao en spermatozoïde, aux côtés de Hitler et de Ben Laden, qui constitue selon eux une insulte au géant asiatique.

Selon le journal Global Times, la publicité a été réalisée par l'agence Grey Worldwide pour la société pharmaceutique Doc Morris afin de promouvoir une nouvelle ligne de préservatifs.

La campagne, sans texte, représente un groupe de spermatozoïdes, dont l'un a une forme humaine. Mao est reconnaissable à sa coupe de cheveux, Hitler de même avec la moustache en plus, et Ben Laden à sa barbe fournie.

Cependant, le fait que le fondateur de la République populaire de Chine soit associé à Hitler et Ben Laden a suscité une vive réaction en Chine, où Mao est une icône pour le régime et une partie de la population.

Sur son site internet, le Quotidien du Peuple, organe du Parti communiste chinois, consacre une page spéciale à l'affaire, avec des réactions courroucées.

"Ils doivent s'excuser auprès de la Chine", écrit un internaute. Mais, sur le portail sina.com, certains ne sont pas d'accord.

"Je suis un vieil ouvrier de 70 ans, j'ai beaucoup réfléchi mais je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi des gens défendent Mao avec acharnement", écrit l'un.

"A l'époque, outre la famine et la pauvreté, tout le monde avait le sentiment d'être en danger et dans une ambiance asphyxiante, en quoi Mao était-il grandiose? ", ajoute l'auteur du commentaire, provoquant une surenchère d'insultes nationalistes.

Selon le Global Times, Grey Worldwide a envoyé une lettre d'excuses au consulat de Chine à Francfort.

L'année dernière, le constructeur automobile français Citroën s'était excusé pour avoir utilisé un Mao qui louchait et à la bouche tordue dans une publicité en Espagne. Et l'avait remplacé par un Napoléon furibard

16/04/2009

Le préservatif, objet de 1.001 plaisirs

Plus qu’un outil de protection contre les maladies sexuellement transmissibles, le préservatif est aujourd’hui devenu un acteur à part entière du plaisir sexuel. Ce n’est pas pour rien que le leader du préservatif, Durex, propose une gamme forte de 16 modèles.
En dehors des classiques, Gossamer et Silver, on peut trouver des spécimens aux goûts fruités (Fiesta) ainsi que des modèles microperlés et nervurés (Pleasuremax) pour procurer un maximum de plaisir à ses utilisateurs.
À ce titre, la Performa se taille la plus grosse part du gâteau sur le marché belge. Une demi-surprise quand on sait que grâce à sa noix de benzocaïne disposée dans son réservoir, on peut aisément prolonger une nuit de plaisirs.
La capote reste un secteur porteur dans lequel se disputent plus de 60 fabricants. Cette concurrence joue bien entendu en faveur des amoureux qui ont l’embarras du choix entre des capotes sans latex réalisées en polyuréthane (chez Durex, Manix,…), la capote fluorescente (chez Love Light Technosex).
Le préservatif se la joue bling bling avec une couleur or (chez Kartouche) et satin avec des préservatifs disposés dans un étui très classe (chez Yes for Lov)…

Lire la suite

09:49 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gossamer et silver

L'auto chaude !

Selon le quotidien norvégien Drammens Tidende, un jeune couple a été surpris à 123 km/h, sur une portion d’autoroute limitée à 100… et alors qu’ils faisaient l’amour !

La voiture, conduite par Monsieur et zigzagant, a attiré l’attention des policiers, qui l’ont prise en chasse, selon le journal. L’ayant rattrapée, les hommes en uniformes ont compris la raison des mouvements erratiques du véhicule : une femme se trouvait sur les genoux du conducteur et tous deux « s’agitaient intensément ». « Ils avaient des relations sexuelles », rapporte un des policiers, qui précise (est-ce bien utile ?!) que cela « engendrait des situations dangereuses ».

Arrêtés quelques kilomètres plus loin, le conducteur de 28 ans s’est vu retirer son permis de conduire et sa passagère de 21 ans a dû prendre le volant.

Concernant d’autres pratiques sexuelles moins « encombrantes » (on va pas vous faire un dessin !), on voit bien, mais pour carrément copuler, on se demande encore comment les amoureux inconscients se sont débrouillés. Couple de contorsionnistes, voiture d’un modèle très vaste… à Moto Mag, on se perd en conjecture !

14/04/2009

Périnée magique

perinee.jpg

Non seulement les hommes ont un périnée, qui va de l’anus au sexe, mais il peut faire des merveilles s’il est musclé ! « Il permet d’apprendre à maîtriser son éjaculation et à faire durer le plaisir, affirme le docteur Mimoun, qui est andrologue, l’équivalent de gynécologues pour les femmes. Les hommes seraient donc bien avisés de s’occuper davantage de leur périnée que de leurs plaquettes de chocolat… Je peux vous dire que, dans l’intimité, ce sera plus efficace… »
D’autant que des abdominaux faits sur un périnée relâché peuvent faire des dégâts et entraîner un affaissement de cet ensemble de muscles intimes.

Donc, messieurs, selon le docteur Mimoun, le secret tient dans un exercice simple, le stop-pipi, à faire régulièrement aux toilettes : « arrêter son jet d’urine permet de repérer ce qu’il faut faire pour retenir son éjaculation. Contracter son périnée permet de la sentir venir et se laisser du temps… Une fois qu’il aura perçu cette sensation en faisant du stop-pipi, l’homme pourra au cours du rapport sexuel contracter les fesses, comme pour retenir l’urine, et donc retarder l’éjaculation, voire renforcer son érection. » (Source : leparisien)

12/04/2009

Les asthmatiques viveraient mal leur sexualité

asthme.jpg

Perçu comme un véritable handicap par les personnes qui en souffrent, l'asthme peut devenir d’autant plus gênant lorsque la crise survient pendant un rapport sexuel. Inquiets d’y être confrontés, les asthmatiques préfèrent alors réduire la fréquence de leurs ébats (1,75 rapport par semaine contre 2,6 en moyenne en France).

Les troubles respiratoires engendrés par la maladie sont décuplés lorsqu’il s’agit de fournir un effort prolongé, notamment sexuel. Parmi les asthmatiques persistants sévères, 35% déclarent que l’asthme à une incidence certaine sur la réussite de leurs rapports, et 26% doivent en limiter la durée. Face à ces inquiétudes de plus en plus fréquentes, la collection MSD/Asthme édite un nouveau « Carnet de Saison » spécial Asthme et Sexualité. En partenariat avec l’association Asthme et Allergie, ce 5ème ouvrage a pour objectif d’aider les asthmatiques à gérer leurs crises au quotidien à travers des questions/réponses utiles et pratiques.  (Source: I-diététique )

N’hésitez pas à les demander à votre médecin. (Source: Global Sex Survey, Durex).

10/04/2009

Qu'est-ce qui excite les hommes?

excite.jpg

"Vous avez un corps, un sexe, des mains, faites marcher votre imagination" lâche un peu crûment Gérard Leleu, sexologue et auteur d'un livre sur toutes les caresses magiques que chaque femme devrait connaître. Inutile, selon lui, de se perdre en conjectures, ni en accessoires, ou de courir les clubs échangistes. Son credo : Se fier à son instinct, caresser, inventer, oser, redevenir mystérieuse et désirable ! (Source: dosctissimo.fr )

Le sexologue assure que "l'homme est souvent ravi de la seule nature charnelle et de la puissance du désir de la femme". Pour atteindre cet objectif fou et lui procurer mille délices promptes à faire tourner ivre sa libido, le sexologue recommande de devenir le "sujet" et non plus l'objet soumis.

En clair, faites de vos ébats une brûlante déclaration d'amour. Flemmardes s'abstenir ! On est présente et plutôt deux fois qu'une, à l'écoute de tous ses frémissements, qui sont autant d'indices pour le guider vers l'extase. Notre bon génie Gérard Leleu expert en volupté nous donne quelques clés !

C'est vrai, un homme ne se résume pas à son sexe ! Toutefois, après avoir fait froufrouter vos jupons sous ses naseaux, pourquoi tourner autour du pot. Surprenez-le et donnez-lui ce qu'il attend vraiment. D'autant plus que maintenant vous savez où se trouve son point H (l'équivalent du point G chez les femmes). Situé à mi-distance entre l'implantation du pénis et de l'orifice anal, ce point que vous stimulerait, peut lui procurer une forte excitation, et donc beaucoup de plaisir. Il suffit de palper franchement et profondément cette zone avec la pulpe de son médius, soutenu par son index. Et de se montrer attentive aux réactions de son homme. Vous pouvez augmenter l'intensité de cette caresse en exerçant toutes sortes de pressions fortes ou subtiles. Un premier pas, et pas des moindres, sur le chemin de l'orgasme.

Il se défend bien sûr d'être un être sensible, et se la joue sans doute sur le mode "dur à cuire". Parfait ! Vous allez justement le faire basculer dans un univers de volupté où toutes ces corpuscules de Kraus (ces récepteurs sensoriels) vont jouer une folle sarabande, son coeur battre la chamade et ses pupilles se dilater de plaisir. Visez les plis, son défaut dans la cuirasse. Une zone extrêmement sensible et méconnue. Plis derrière les genoux, les coudes, au creux de l'aine, du poignet, sous les fesses... Effleurez lentement. Alternez intérieur de la main, le dos, les griffes, ou la pulpe des doigts, puis mordillez et léchouillez. Ecoutez-le frémir, pour vous guider. Ne précipitez rien !

Sans doute, vous êtes-vous rendu compte combien la simple apparition d'une danseuse du ventre peut susciter tant d'émoi. Normal ! La seule vision de ce bassin monté sur roulement à billes et le voilà en train de fantasmer. Cédez à sa supplication muette, et déclenchez dans son cerveau des réactions hormonales et neuronales en cascades. En un mot : ondulez du bassin sans retenue aucune. Pensez également à créer une ambiance orientale, devenir sauvage suppose aussi un supplément d'âme. Dans le cas où votre bassin rechignerait à se prêter à cette danse, il suffit de pratiquer quelques séances de danse du ventre ou de houla-hoop... Et le tour est joué !

Sexe: le spray magique longue durée

spray.jpg

Un produit mis au point par des scientifiques de Belfast permet à des hommes souffrant d'éjaculation précoce de sextupler la durée de leurs rapports. Faut se préserver si on veut durer, rester toujours numéro un», chantait le regretté Bashung dans son sublimissime morceau Rebel. Ce vers mythique pourrait servir de bande son idéale à une publicité pour le PSD502. Derrière ce nom de code se cache un spray à usage sexuel pour les hommes. Son but: retarder l'éjaculation.

C'est l'équipe du professeur Wallace Dinsmore, du Royal Victoria Hospital de Belfast (Irlande du Nord), qui a mis au point ce produit destiné à traiter l'éjaculation précoce. Leur étude a été publiée dans la revue British Journal of Urology International. Ce spray, qui s'applique sur le pénis cinq minutes avant la relation sexuelle, contient des anesthésiques qui engourdissent le pénis.

300 hommes de plus de 18 ans souffrant d'éjaculation précoce (souvent incapables de maintenir un rapport sexuel au-delà d'une minute) ont participé à une étude pendant trois mois dans 31 centres européens. Ils ont été répartis en deux groupes : le premier a reçu le PSD502 tandis que le deuxième a utilisé un spray placebo.

Résultat des courses, si on ose dire : la relation sexuelle des utilisateurs du spray a été 6 fois plus longue qu'à leur habitude, contre 1,7 fois plus longue pour ceux du spray placebo. Plus remarquable encore, pour 90% des testeurs du PSD502, la durée du rapport sexuel est passée de quelques secondes à quatre minutes. (source: libération.fr )

07/04/2009

Mariages gays et lesbiennes: 5% de séparations

weddingay.jpg

Depuis l'existence du mariage entre personnes du même sexe (1er juin 2003), 11.653 mariages gays et lesbiens ont été célébrés et 588 d'entre eux (5%) ont débouché sur des divorces, selon des statistiques arrêtées au 15 novembre 2008, citées par le ministre de l'Intérieur Guido De Padt dans une réponse à une question parlementaire écrite.
Dans 9.274 cas, ces mariages concernaient des partenaires de nationalité belge. Ils ont donné lieu à 491 divorces (5,2%). Les mariages impliquant au moins un(e) partenaire non belge ont été au nombre de 2.379 et ont abouti à 97 séparations (4,1%), peut-on encore lire dans la réponse du ministre.
Les mariages "belges" concernaient des femmes dans 4.744 cas (51%), alors que les unions entre une Belge et une étrangère n'ont été que 657. Le pourcentage de séparation entre femmes est plus élevé (5,7%) que celui entre hommes (4,3%).

06/04/2009

Quand elles font l’amour, 63 % des femmes pensent à leurs défauts physiques

179b_dating_girl.jpg

3264 femmes belges ont participé à l'enquête de Flair sur les complexes. Au Nord comme au Sud du pays, il semble difficile d'être femme et d’accepter son corps tel qu'il est.

 

* Quand elles font l’amour, 63 % des femmes pensent à leurs défauts physiques.

* Presque 1 femme sur 2 envisage de subir une opération de chirurgie esthétique.

* 1 femme sur 10 n'ose pas se montrer en maillot de bain.

Ces chiffres ressortent de l’enquête «Les femmes et leurs complexes», publiée dans Flair ce mercredi 8 avril 2009. Résultats récoltés sur le site Internet du magazine www.flair.be.

Flair a interrogé

* 3264 femmes belges

* 75 % sont âgées de 15 à 30 ans

* 68 % vivent en couple

* 49 % vivent chez leurs parents

Profil type de l’interviewée

26 ans • 1 m 67 • 63 kg • En couple • Silhouette en forme de poire • Petit ventre • Un peu de cellulite • Quelques complexes • Timide • Optimiste • Note attribuée à son physique: 6,5/10.

Des chiffres affolants

* 1 femme sur 3 a déjà subi des vexations à cause de son physique.

* Presque 1 femme sur 2 envisage de subir une opération de chirurgie esthétique. Le plus souvent au niveau de la poitrine et du ventre.

* 1 femme sur 5 souffre d'une pilosité trop abondante. 1 % s'épile une heure par jour.

* 5 % des femmes ne croient pas en la sincérité des compliments qu'elles reçoivent. Pire, 4 % des femmes ne reçoivent jamais de compliments.

Lire la suite

On consulte de plus en plus tôt et de plus en plus jeune

jeune.jpg

Connaître la vie sexuelle des Belges et établir des statistiques quant aux problèmes les plus fréquents n’est pas chose aisée. Le sexe reste encore tabou et lorsqu’on pose des questions sur la vie intime, on peut supposer qu’une partie des participants embellit la situation.

L’enquête la plus récente réalisée en Belgique date de 2006 (1.500 Belges de 18 à 74 ans ont été interrogés par Test-Achats).
Elle montre que , malgré les moyens de communication actuels, les préjugés et les idées reçues restent nombreux.
Ainsi, 48 % des Belges croient à tort qu’une femme peut tomber enceinte si elle a des relations sexuelles non protégées pendant les règles et 65 % ignorent que le tabac diminue le désir sexuel. Et si, dans l’ensemble, les Belges se disent satisfaits de leur vie sexuelle, beaucoup rencontrent des difficultés sexuelles.
Difficultés qui peuvent être d’ordre physique (médicaments, diabète, maladies chroniques, troubles hormonaux,…) ou psychologique (stress, angoisse, problème de couple, passé sexuel traumatisant,…).
Plus d’un quart des Belges ont été affectés par des difficultés sexuelles au point d’avoir évité des relations intimes, mais seuls 14 % de ce groupe ont consulté un professionnel de la santé. Les raisons invoquées pour ne pas aller consulter sont nombreuses : certains disent ne pas avoir besoin d’aide professionnelle pour remédier à leurs problèmes sexuels, d’autres remettent cela à plus tard ou invoquent l’inexistence de traitement efficace et beaucoup sont gênés d’expliquer leurs problèmes sexuels à un professionnel.
Or, les difficultés sexuelles sont des problèmes de santé au même titre que les autres pour lesquels il n’y a aucune honte à consulter un professionnel. De plus, il existe aujourd’hui de nombreux traitements très efficaces car une amélioration de la qualité de vie sexuelle contribue clairement à l’amélioration de la qualité de vie en général. (Source: C. Bo.)

Lire la suite

L’influence de la porno graphie

porn.jpg


L’idée de devoir être performant au lit demeure bien ancrée dans les mœurs. Hommes et femmes pensent la sexualité de manière totalement différente. Pour Michel Amand, sexologue et président de la Société des sexologues universitaires de Belgique (SSUB), l’homme pense qu’il faut juste “appuyer sur un bouton” alors que pour la femme, le contexte, l’environnement et les circonstances sont étroitement liés à la sexualité. D’où les nombreux malentendus.
La sexualité est-elle toujours aussi taboue ?
“Non, aujourd’hui, on parle assez spontanément de la sexualité et l’on vient facilement consulter. Il y a ceux qui viennent parce qu’ils ne veulent pas aller chez le psy, les couples, et ceux qui arrivent avec une demande très claire. Quand il y a un problème au sein d’un couple, notre rôle est de déconstruire les malentendus pour reconstruire quelque chose entre eux car les hommes et les femmes voient la sexualité de manière totalement différente.”

Lire la suite

Aujourd’hui, les hommes consultent autant que les femmes

sexo.jpg


Aujourd’hui, les hommes consultent autant que les femmes. Florence Bierlaire est sexologue à la clinique Antoine Depage, à Bruxelles, et consulte depuis 19 ans. Et depuis ces dernières années, les demandes ne cessent d’augmenter et son cabinet ne désemplit plus.
Rencontrez-vous plus d’hommes ou de femmes ?
“Il y a une vingtaine d’années, il y avait plus de femmes. Aujour- d’hui, il y a autant de femmes que d’hommes. Ils me disent d’ailleurs souvent préférer parler de leurs problèmes à une femme plutôt que de montrer une faiblesse à un autre homme. Et une fois la première consultation passée, les hommes parlent plus librement de leurs difficultés sexuelles.”
Quels sont les problèmes que vous rencontrez le plus chez les femmes ?
“Clairement les troubles du désir, la perte de désir. Viennent ensuite les problèmes de vaginisme (NdlR : une contracture involontaire des muscles du vagin qui empêche la pénétration) et de dyspareunie (NdlR : douleurs lors de la pénétration ou lors des mouvements de va-et-vient).”
Et chez les hommes ?
“Le problème le plus fréquent reste l’éjaculation précoce, puis l’impuissance. Certains sont également dépendants aux films pornographiques, aux images érotiques. Je rencontre aussi, dans de très rares cas, des problèmes d’anorgasmie et de fétichisme. Les hommes consultent aussi de plus en plus jeunes.”
Et les personnes plus âgées ?
“Comme je travaille dans une clinique, les personnes plus âgées viennent chez moi après avoir vu un autre médecin qui leur a conseillé de consulter un sexologue. Cela fait partie d’une prise en charge globale. Et puis aujourd’hui, certains en sont à leur deuxième ou troisième couple. Il y a donc une nouvelle motivation qui s’installe.”
Les demandes ont-elles augmenté ces dernières années ?
“Oui, beaucoup ! Parce qu’on parle plus facilement de ses problèmes sexuels et que les gens viennent plus vite consulter. Dans la société actuelle, l’homme pense devoir être performant. Il aura donc plus vite peur de ne pas être à la hauteur, de mal faire. Si la vie sexuelle est plus enrichissante, elle est aussi plus compliquée, ce qui stresse beaucoup de personnes et entraîne des problèmes sexuels plus nombreux.”
Comment avoir une vie sexuelle épanouie ?
“Il faut arrêter de se mettre la pression qui freine l’épanouissement. Avoir plus de communication. Et puis, un peu de manque crée le désir. L’homme doit apprendre à aller plus dans le sentiment et la femme plus dans le génital. Il faut alterner le fast-food et le gastronomique…”
Interview > C. Bo.

Service de médecine sexuelle à Mont Godinne

sexoclinik.jpg

La santé sexuelle est une préoccupation quotidienne aussi bien pour les patients que pour toutes les personnes intervenant dans le domaine du soin. Elle se définit comme l'expérience d'un bien-être physique, émotionnelle, mentale et sociale relative à la sexualité. Mais comment accueillir la plainte dans un domaine relativement délicat ? Comment apporter une réponse a une problématique souvent multifactorielle ? Ou trouver l’information et le soutien spécialisé nécessaire afin d’aider au mieux nos patients ? C’est dans le souhait d’amener des réponses à ces diverses questions que les cliniques universitaires de Mont-Godinne soucieuses d’une approche intégrée du patient ont souhaité l’ouverture d’un centre de médecine sexuelle.

L’inauguration du Centre de Médecine Sexuelle aura lieu le 25 avril.

Cela se présente comme une initiative interdisciplinaire visant à répondre aux demandes de traitement des dysfonctions sexuelles fonctionnelles et des difficultés sexuelles liées à des affections somatiques chroniques ou réactionnelles à des interventions chirurgicales. La spécificité de ce centre réside dans son souhait d'une prise en charge globale de la sexualité, La coordination par un psychosomaticien permet d'intégrer les différents axes d'approche de la sexualité que sont le somatique, le cognitif et l'affectif. Il s’agit d'une mise en commun de compétences existantes coordonnées au sein d'une même équipe en interaction avec le médecin traitant. Cette journée d’inauguration, comme sont titre l’indique, nous permettra de mieux afficher les différents versant des prises en charges sexuelles, aussi bien au niveau des aspects somatiques que psychique. D’amener une information sur la communication particulière qu’est la sexualité mais surtout d’échanger entre les intervenants de première ligne et l’hôpital.

Lire la suite

05/04/2009

Les fantasmes des femmes

fantasme.jpg

Les mecs penseraient plus souvent au sexe que les filles? Erreur ! Sselon une enquête Ipsos, 96% des femmes fantasment ! La différence ? Elles l’avouent moins volontiers. Tour d’horizon de ces fantasmes typiquement féminins.

-Fantasme : faire l’amour sur une plage abandonnée, mais aussi dans un champs, dans la forêt est un des grands classiques féminins. La raison ? Une soif de liberté et de sensualité sans contraintes, comme en vacances.

-Fantasme : faire l’amour dans un lieu public ou incongru… À l’arrière d’une voiture, dans une cabine d’essayage… Pourquoi ? La peur d’être surpris augmente l’excitation sexuelle.

-Fantasme : faire l’amour dans un décor de Shéhérazade, dans un harem, ou en pleine jungle… La puissance érotiques de l’exotisme est incontestée et permet un instant de s’évader.

Lire la suite

02/04/2009

Les archives du lapin en ligne : cinquante ans d’érotisme selon Playboy

playboy.jpg

Il y a eu trois grande inventions dans l'Histoire de l'humanité : le feu, la roue et Playboy !" La déclaration de Hugh Hefner, le fondateur du magazine érotique Playboy justifie sans doute la mise en ligne de quelques unes de ses archives. À partir de cette semaine est accessible gratuitement l’intégralité d’une cinquantaine de numéros parus entre 1954 et 2006. Au-delà de la curiosité pornographique dont chacun est libre, cette mise en ligne est intéressante à deux titres. D’une part elle permet d’observer l’évolution des représentations de l’érotisme, ou plus exactement, de la femme érotique et des standards de beauté. Et d’autre part, elle offre la possibilité de consulter de longs entretiens menés avec de grandes figures intellectuelles du XXe siècle. ( source: nonfiction.com)

 

Lire la suite

01/04/2009

Comment mettre en préservatif (2)

Comment mettre un préservatif? Ce cours vidéo sur la sexualité vous propose d'apprendre à mettre un préservatif

Pour rappel, nous vous avions déjà proposé un sujet sur la question : http://lesexeetlesbelges.blogs.dhnet.be/archive/2009/03/2...

10:04 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la banane