Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

05/05/2009

Les jeunes flamands très traditionnels concernant les relations hommes-femmes

Un garçon sur cinq préfère ne pas être vu en compagnie d'une personne homosexuelle ou bisexuelle et un sur dix estime que les relations sexuelles entre deux personnes du même sexe sont une erreur, selon deux études universitaires publiées cette semaine dans le magazine flamand de l'enseignement Klasse. Selon le magazine, le sujet "lesbigay" n'est toujours pas un thème abordable dans les écoles.

Les universités d'Anvers et de Hasselt ont interrogé 4.000 jeunes homosexuels, bisexuels et hétéro sur leur position concernant les personnes homosexuelles et bisexuelles et les genres (homme-femme). Il en ressort que près un jeune garçon sur cinq estime que les lesbigays ne peuvent pas avoir les mêmes droits que les personnes hétérosexuelles. En outre un sur cinq préfère ne pas être vu en compagnie d'une personne lesbigay et un sur dix estime que les rapports sexuels entre personnes du même sexe sont une erreur. Les filles ont une attitude plus positive que les garçons vis-à-vis des lesbigays.


L'enquête révèle également que les jeunes hétéro voient négativement la fin de la distribution traditionnelle des rôles. Ainsi un sur trois trouvent ennuyant qu'un garçon se comporte comme une fille et un sur quatre estiment qu'une fille doit d'abord penser à ses enfants et ensuite seulement à sa carrière.

Et les garçons hétéro ne sont pas tendres vis-à-vis des relations sexuelles entre garçons: les homosexuels sont obscènes, immoraux, les lesbiennes sont sexy. L'attitude positive vis-à-vis des lesbiennes est plutôt lié à une image sexuelle idéale qu'à une attitude positive vis-à-vis des lesbigay. Les filles hétérosexuelles s'identifient plus facilement aux garçons homosexuels, ce qui facilite l'amitié entre eux.

L'enquête s'est également penchée sur ce que ressentent les lesbiennes et bisexuelles flamandes. Une fille interrogée sur cinq estime que les conséquences émotionnelles liées au fait d'être lesbienne ou bisexuelle sont très lourdes et 40 pc ont déjà été confrontées à des violences verbales ou psychiques en raison de leurs préférences sexuelles.

Plus de la moitié des filles ont déjà pensé au suicide et 15 pc ont au moins fait une tentative.

Dans de nombreuses écoles le sujet "lesbigay" est toujours tabou, indique le magazine Klasse. Lors des cours d'éducation sexuelle, la sexualité lesbigay est très rarement, voire pas du tout, abordée.

Certaines écoles excluent les élèves homosexuels ou bisexuels ou évitent scrupuleusement que les filles aient le moindre comportement affectif entre elles. De nombreuses filles cachent dès lors leur orientation sexuelle à l'école.

Les commentaires sont fermés.