Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/05/2009

La fertilité masculine en déclin à cause de la pollution chimique

L'exposition des femmes enceintes aux produits chimiques présents dans différents produits courants est à l'origine de la baisse généralisée de la fertilité masculine, rapporte mercredi une étude réalisée par le Medical Research Council d'Edimbourg.
Selon cette étude, la présence dans les aliments, les cosmétiques et différents produits d'entretien de perturbateurs hormonaux explique l'augmentation constatée un peu partout en Europe de l'infertilité des jeunes hommes.
D'après les travaux du Pr Richard Sharpe, ces produits chimiques perturbent l'action in utero de la testostérone, substance indispensable à la bonne formation in utero du pénis et de la descente des testicules.
"De nombreuses substances chimiques présentes dans l'environnement et dans des produits de consommation courantes peuvent bloquer l'action de la testostérone et nuire aux capacités futures de reproduction des hommes", affirme le chercheur.
Selon des chiffres cités par l'étude, un garçon sur 17 naît aujourd'hui avec des testicules insuffisamment descendues.
De plus, cette pollution chimique au cours de la gestation serait la cause de malformations du pénis de plus en plus courantes, ainsi que de l'augmentation des cancers des testicules dont le nombre a doublé en 25 dans les pays riches.
Ces diverses affections entraînent une chute drastique de capacité reproductive des hommes, si bien que les jeunes hommes fabriquent aujourd'hui en moyenne moins de spermatozoïdes que leurs pères.
Les substances incriminées vont des pesticides aux phtalates (utilisés comme assouplissant pour plastiques), en passant par les parabens (conservants pour cosmétiques) et le bisphénol-A, substance utilisée notamment pour la fabrication de biberons.
Sur base de cette étude, l'organisation HEAL (Health and Environment Alliance) a appelé mercredi l'agence européenne des produits chimiques (ECHA) à retirer ces substances du marché, et introduire d'urgence des études sur les effets cumulés de ces substances sur la santé.

Commentaires

pour moi ben c'est pas trop grave
mais pour les générations futures ahhhh ça oui faut faire quelque chose

Écrit par : jean-marie | 13/05/2009

Les commentaires sont fermés.