Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/05/2009

80 000 $ pour changer de sexe !

Le coût approximatif d'une opération de changement de sexe du masculin au féminin? Près de 20 000 $. Le coût pour qu'une femme devienne un homme? En gros 80 000 $.

La sérénité qui vient après des années à espérer, à rêve et à préparer le changement d'un sexe imposé à un sexe choisi? Inestimable, selon Carol Allan, une femme transsexuelle albertaine qui a fait la transition il y a près de deux décennies et qui commence un doctorat en la matière.

Les transsexuels, d'avant ou d'après l'opération, sont dans les médias à travers l'Alberta depuis que le gouvernement provincial a annoncé en avril dernier qu'il ne financerait plus les opérations qui attribue un nouveau sexe.

Mais Carol Allan n'est pas du tout d'accord avec cette décision. Elle dit que les transsexuels sont représentés comme des personnes indigentes, siphonnant l'argent de l'assistance sociale et incapables de se tenir d'elles-mêmes.

Les transsexuels, comme les autres résidants de la province, sont de statut socio-économique divers, a-t-elle remarqué. Et elle s'inquiète que les plus démunis ne souffrent des coupures dans les fonds pour la santé.

«Quatre-vingts mille dollars, c'est comme un emprunt-logement, a-t-elle estimé. Pour quelqu'un qui est jeune et qui vient de commencer à faire sa vie, il est difficile de s'en sortir avec 80 000 $ à payer seul pour un prêt.»

Pour d'autres, le haut de la classe moyenne, cela signifie une baisse de la qualité de vie.

«Ce n'est pas facile pour ces gens de trouver l'argent dont ils ont besoin. L'opération leur est accessible mais dans le cas du changement de femme à homme, ils devront peut-être renoncer à leurs projets de maîtrise ou de doctorat. ça peut aussi vouloir dire qu'ils devront renoncer à l'achat d'une maison, ou d'une maison comme celle que leurs parents ont eu», a jugé Carol Allan. À 58 ans, elle a travaillé comme enseignante pendant de nombreuses années avant de dire au conseil scolaire public d'Edmonton en 1988 qu'elle allait devenir une femme. Ce n'a pas été facile, a-t-elle confié.

Mais elle s'est trouvée un avocat pour s'assurer qu'elle pouvait garder son emploi. La première année, on lui a pris son poste d'enseignante en école élémentaire pour l'affecter à l'enseignement de l'anglais aux nouveaux immigrants.

«Ce serait un endroit sans danger pour Carol, a-t-elle dit, en donnant son interprétation de la décision du conseil scolaire. Au bout d'un an, j'ai finalement été renvoyée à l'élémentaire.»

Elle a enseigné pendant encore 19 ans avant de prendre sa retraite.

Elle espère maintenant se plonger dans sa thèse de doctorat et, heureusement, jeter une nouvelle lumière sur le monde des transsexuels.

«Après mon changement, j'étais simplement en paix, a-t-elle commenté. Je pouvais alors vivre en tant que Carol et me concentrer sur mon travail d'enseignant. Dorénavant, je peux aussi me concentrer sur un doctorat.» (source: canoe.com)

 

Les commentaires sont fermés.