Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/05/2009

Une femme sur quatre a déjà embrassé une autre femme sur la bouche

Les Wallonnes embrassent davantage que les Flamandes

Pour le lancement de son nouveau chewing-gum Mentos Aqua Kiss, Mentos Gum a examiné les habitudes des femmes belges en matière de baisers

En moyenne, les Wallonnes embrassent davantage que les Flamandes, plus tôt et avec plus de partenaires différents. C’est ce qui ressort de la grande enquête sur le baiser menée par Mentos Gum auprès de 525 femmes belges âgées de 15 à 55 ans. L’étude révèle d’autres résultats singuliers : 50 % des femmes interrogées ont déjà eu un partenaire qui embrassait mieux que leur partenaire actuel, 25 % embrassent chaque jour avec passion et autant ont déjà embrassé une femme. L’enquête a été réalisée dans le cadre du lancement de Mentos Aqua Kiss, le nouveau chewing-gum frais qui rend « ready to kiss ».

Lire la suite

26/05/2009

Vagin: la caresse intérieure !

La caresse intérieure est une pratique très ancienne qui, au départ, avait surtout comme but de pouvoir profiter des relations sexuelles tout en évitant l’éjaculation, donc la grossesse possible. Aujourd’hui, c’est plutôt une pratique sensuelle et très tendre, fort agréable pour le couple. Pourquoi ce nom et que signifie-t-il? Si cette caresse est intérieure, c’est qu’elle se pratique à l’intérieur du vagin, le sexe masculin et le sexe féminin se caressant l’un l’autre. (source: tribune de genève)

La posture la plus utilisée pour cette pratique est la position en «petites cuillères», où la femme est allongée sur le côté en chien de fusil, son partenaire étant dans la même position couchée contre elle, le ventre contre son dos. Pour réussir cette caresse, la pénétration doit être lente et tranquille, et une fois les sexes emboîtés, les mouvements de va-et-vient sont proscrits. Ils sont remplacés par la fameuse caresse. Elle consiste pour la femme à contracter les muscles de son périnée de manière à resserrer volontairement son vagin autour du pénis de son partenaire, lui prodiguant ainsi une douce caresse. Puis, l’homme, à son tour, offre sa caresse en contractant les muscles de cette région pour faire bouger son pénis à l’intérieur du vagin.

C'est l'été : Osez la lingerie !

Vous avez envie de vivre une relation amoureuse plus épanouissante, de continuer d'être désirable et d'être désirée. Pourquoi ne pas jouer la carte de la séduction et de la surprise en sortant de la routine et du conventionnel ? Pour que les préliminaires soient plus excitants, vous pouvez opter pour une huile de massage chauffant, un sex toy ou des encens aphrodisiaques. Vous pouvez aussi titiller son imaginaire et éveiller ses sens avec un ensemble lingerie sexy. Les hommes sont toujours fascinés par les sous-vêtements sensuels...

Lire la suite

Aphrodisiaques au féminin en Afrique

C’est un secret de polichinelle que chez l’homme, on use et on abuse du viagra, des boissons au gingembre, de certains vins pour stimuler la libido pour être au top sous la couette, mais on ne savait pas que l’aphrodisiaque était prisé par la gent féminine. Cure-dents, gels, pommades, sans oublier les mixtures à base de karité, etc., les Sénégalaises disposent d’un arsenal érotique à faire tomber le plus redoutable des guerriers. Et si on y ajoute l’encens, les petits pagnes, les ceintures de perles, la guerre est alors déclarée…au mari ou au fiancé. Mais comme tout excès est nuisible, l’avis du médecin est toujours très intéressant. Voyage dans les dédales de ce marché du plaisir.  (source: xalimasn.com)

 

Dans un couple, la recherche du plaisir et la satisfaction des désirs valent tous les périples. Quitte à aller puiser dans les savoir-faire les plus fous pour que l’homme cède devant toute résistance.Le « thiouray », les « bine bine », les petits pagnes aux noms évocateurs (nay deugueur, kayitou keurgui…) ne suffisent plus. Il faut dénicher l’arme fatale capable de propulser l’homme au septième ciel. A ce jeu de l’érotisme et de la séduction, les femmes sont devenues de véritables et de redoutables fouineuses. Leur dernière trouvaille, en matière d’aphrodisiaque, est le « saf safal ». Il se présente sous diverses formes : gel, pommades, pastilles, cure-dents. A quelques jets de pierres du Camp Sékou Mballo, se trouve « Djeddah Cosmétiques ». Dans ce magasin où s’empile une panoplie de flacons, sachets et paquets, la cliente a un large choix. On y trouve tout ce qu’il faut pour ferrer et dompter le plus rebelle des hommes. A l’image d’une pharmacienne derrière son officine, Kiné Sylla, la tenancière de « Djeddah Cosmétiques » vante les vertus des produits exposés dans le magasin. « Nous avons les savons à base de menthe. Ils aseptisent et augmentent le désir », fait-t-elle savoir. Ces savons appelés « Touch Me » pesant 100 grammes, se trouvent dans de jolis emballages aux couleurs très gaies. Marketing oblige : l’emballage est illustré par la photo d’une femme, vêtue d’un débardeur avec de fines lanières, et affichant un sourire ravageur. En véritable experte, Kiné Sylla ressort d’autres artifices. « Il y a aussi le gel excitant ou le spray Miss Beauty ». Il s’agit de flacons agrémentés de photos aguicheuses. Sur le gel, une fille pose avec sa lingerie noire, en fines dentelles. Côté prix, ces produits sont « abordables » puisque leurs coûts varient entre 3 500 et 5 000 F. Qui est acheteur ? « La plupart du temps, ce sont les femmes qui viennent faire leurs emplettes, car il y a aussi des produits pour hommes ». Outre la gamme susnommée, Kiné Sylla propose également à ses clientes des cure-dents. Appelés « sothiou sucré » et vendus à 200 francs, ces fameux cure-dents sont fortement prisés pour leurs vertus aphrodisiaques. « On les utilise comme les autres cure-dents ; la seule différence, c’est qu’on doit avaler le suc », explique la dame qui ajoute : « On vend aussi les pastilles blanches à sucer. Nous avons aussi le chewing gum avec divers parfums, fraise, menthe. Leur prix est de 3 500 francs. Nous proposons aussi des liquides de la taille d’un collyre, qu’on enduit sur les seins. Les clientes reviennent le plus souvent parce que leurs hommes sont sens dessus, sens dessous. Cela rend fou le partenaire ».

Lire la suite

Les femmes intelligentes s’en tirent mieux au lit

Il y a tout de même une justice! «Les femmes intelligentes prendraient plus de plaisir au lit que les bimbos.» Vous parlez d’une nouvelle. Elle dégonfle les préjugés à la même vitesse que ces bombes anatomiques ont mis pour gonfler leurs seins. (source: lesquotidiennes.com)

 

Tout se base, comme toujours, sur une étude universitaire. Je ne sais pas si vous pensez comme moi. Mais les gens qui hantent ces établissements supposés respectables ne pensent qu’à ça. Le sexe. Toujours le sexe. Vous ne me direz tout de même pas que ce sont leurs sponsors et les politiques qui les obligent à ne pas voir plus loin que la chose pointant dans leur braguette. Mais peut-être que nos savants se doutent-ils aussi que leurs révélations «zizi-panpan» se révéleront forcément plus médiatiques que les autres. La preuve. Je suis en train de vous en parler.
Evidemment, la chose se voit formulée avec tout le jargon d’usage. «L’intelligence émotionnelle des femmes serait directement liée à leur aptitude à avoir des orgasmes.» Celles qui ont l’intelligence émotionnelle la plus basse (nous y revoilà!) risqueraient donc de souffrir de «dysfonctionnement sexuels». On croit rêver. C’est à croire que nos mères et nos compagnes fonctionnement comme une pure tuyauterie.

 

Néanmoins ces dysfonctionnements (j’y reviens) seraient fréquents. Un tiers environ des personnes du «deuxième sexe» (merci Simone!) y serait sujet. Vous vous rendez compte? Pas d’orgasmes. Tout le monde sait pourtant que, sans eux, au jour d’aujourd’hui, on n’existe tout simplement pas. L’épanouissement est devenu quelque chose d’horizontal.

Nez de femmes ou d'hommes

C'est scientifique : les strip-teaseuses sous pilule contraceptive reçoivent moins de pourboires que leurs autres collègues, qui, elles, touchent des rémunérations variant du simple au double. Les soirs où ces dames sont en période d’ovulation, le public leur distribue jusqu’à 70 dollars chacune. En revanche, lorsque, quinze jours plus tard, ces professionnelles ont leurs règles, leurs pourboires chutent de moitié. « Les femmes dégagent une odeur plus excitante quand elles ovulent », ont conclu, après deux mois d’observation in vivo, les chercheurs de l’université d’Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Cet exemple prouve, comme d’autres bien plus convenables, à quel point les odeurs nous influencent, voire nous dominent. L’odorat est pourtant un sens méconnu. (Source: lepoint.fr)

Lire la suite

21/05/2009

Le système immunitaire masculin serait plus faible que le féminin

Le système immunitaire masculin serait plus faible que le féminin, selon une étude canadienne. L’hormone sexuelle femelle œstrogène aiderait les femmes à résister aux attaques infectieuses.

Les chercheurs de l’Université McGill au Canada ont centré leur étude sur une enzyme appelée Caspase-12, qui peut freiner le processus inflammatoire, la première ligne de défense de l’organisme contre les agents pathogènes tels que les bactéries et les virus. Ils ont étudié des souris qui n’ont pas le gène de la Caspase-12  et qui sont très résistantes aux infections. On a implanté le gène de la Caspase-12 humaine dans un groupe de souris mâles et femelles et seules les souris mâles ont été plus réceptives aux infections. Les chercheurs canadiens en ont conclu que c’est l’œstrogène produit par les souris femelles qui a bloqué le développement du gène humain Caspase-12.

Puisque l’expérience a été menée avec de la Caspase-12 humaine, les chercheurs pensent que leurs conclusions sont applicables à l’homme. Ce travail pourrait mener à trouver de nouveaux moyens de renforcer le système immunitaire par le biais de manipulations génétiques. Les chercheurs de l’Université McGill se posent quand même la question: comment faire accepter aux hommes l’idée d’être traités avec une hormone exclusivement féminine ?

(A.L.)

19/05/2009

6 secrets pour le rendre fou

Mais non, il n’y a pas que la fellation pour faire jouir son chéri. Selon le Dr Gérard Leleu, sexologue, nos hommes ont des attentes beaucoup plus subtiles que ça. Il pointe six attentes pour topsanté.com.

Prenez part au jeu activement Cest la première règle ! Si autrefois il était de bon ton de fermer les yeux et de penser à la patrie, aujourdhui, les honnêtes compagnes doivent faire preuve dun minimum dintérêt pour la bagatelle. Ce qui est largement le cas. Néanmoins, nos amants attendent de nous que nous prenions encore plus de plaisir et que nous sachions le montrer, même à grands renforts de décibels. Et que nous sachions provoquer nous-mêmes la rencontre amoureuse.

Lire la suite

62% des femmes déclarent faire l'amour plus souvent pendant les vacances

Selpon un sondage réalisé auprès des internautes du site lastminute.com, 62% des femmes déclarent faire l'amour plus souvent pendant les vacances, alors que 69% des hommes disent "pas plus que d'habitude". Les femmes (57%) sont également plus nombreuses que les hommes à souhaiter pimenter leurs relations en vacances. En effet, 72% de la gente masculine n'en voient pas l'intérêt. Ces derniers préfèrent profiter des vacances pour se reposer...

Question infidélité, 55% des hommes et 50% des femmes estiment que les aventures arrivent plus en vacances, "surtout si on part séparément". De fait, 11% des femmes suivent à la trace leur homme pour éviter tout risque

Un parc à thème sur le sexe

 En octobre, le parc «Love Land» ouvrira ses portes près du fleuve Yangsté en Chine. Il s'agira du premier parc chinois sur le thème du sexe.

Ce parc proposera des sculptures de personnes nues, des photos d'organes génitaux, une exposition sur l'histoire sexuelle, des histoires sur les pratiques sexuelles dans le monde, des explications sur la prévention du SIDA et le mode d'emploi du préservatif.

Selon le directeur du parc, le sexe est un sujet tabou en Chine et il faut que l'information soit accessible dans ce domaine.

Des Chinois ont toutefois déjà qualifié «Love Land» de vulgaire et ont déclaré que les Chinois ne sont pas prêts à discuter de sexe en public.

Le sexe est un sujet tabou en Chine mais on commence à vraiment avoir besoin de l'accès à l'information dans ce domaine, a dit Lu.

Le directeur a eu l'idée de construire un tel parc après en avoir visité un parc similaire et fort populaire, en Corée du Sud. (source: le Quotidien du Peuple)

18/05/2009

Infidélité: les 4 raisons

La crise a bon dos : elle serait responsable de tout, et notamment de nos envies de donner un coup de canif dans le contrat qui nous lie à nos chéris. Eh oui, c'est ce qui se raconte outre-Manche dans les médias. Peut-être parce quand on ne peut plus se permettre de craquer sur une petite robe sexy pour s'assurer de son sex-appeal, on le teste autrement. Parce qu'on a besoin de jouissance dans la vie, et qu'un amant c'est un luxe abordable. Parce que l'incertitude économique rend notre chéri moins puissant à nos yeux.

Bref, les raisons de mater les beaux mâles qui passent sont légion. Mais il n'y a pas que la crise qui joue du tam-tam sur notre libido. De tous temps, les femme ont eu envie d'aventures. Mais le carcan des conventions sociales et religieuses nous tenaient en martingale. Aujourd'hui, il en faut plus pour nous freiner. Reste qu'avant de craquer pour le beau mec du troisième, il faut savoir pourquoi on en est arrivée là.

Lire la suite

80 000 $ pour changer de sexe !

Le coût approximatif d'une opération de changement de sexe du masculin au féminin? Près de 20 000 $. Le coût pour qu'une femme devienne un homme? En gros 80 000 $.

La sérénité qui vient après des années à espérer, à rêve et à préparer le changement d'un sexe imposé à un sexe choisi? Inestimable, selon Carol Allan, une femme transsexuelle albertaine qui a fait la transition il y a près de deux décennies et qui commence un doctorat en la matière.

Les transsexuels, d'avant ou d'après l'opération, sont dans les médias à travers l'Alberta depuis que le gouvernement provincial a annoncé en avril dernier qu'il ne financerait plus les opérations qui attribue un nouveau sexe.

Mais Carol Allan n'est pas du tout d'accord avec cette décision. Elle dit que les transsexuels sont représentés comme des personnes indigentes, siphonnant l'argent de l'assistance sociale et incapables de se tenir d'elles-mêmes.

Les transsexuels, comme les autres résidants de la province, sont de statut socio-économique divers, a-t-elle remarqué. Et elle s'inquiète que les plus démunis ne souffrent des coupures dans les fonds pour la santé.

«Quatre-vingts mille dollars, c'est comme un emprunt-logement, a-t-elle estimé. Pour quelqu'un qui est jeune et qui vient de commencer à faire sa vie, il est difficile de s'en sortir avec 80 000 $ à payer seul pour un prêt.»

Pour d'autres, le haut de la classe moyenne, cela signifie une baisse de la qualité de vie.

«Ce n'est pas facile pour ces gens de trouver l'argent dont ils ont besoin. L'opération leur est accessible mais dans le cas du changement de femme à homme, ils devront peut-être renoncer à leurs projets de maîtrise ou de doctorat. ça peut aussi vouloir dire qu'ils devront renoncer à l'achat d'une maison, ou d'une maison comme celle que leurs parents ont eu», a jugé Carol Allan. À 58 ans, elle a travaillé comme enseignante pendant de nombreuses années avant de dire au conseil scolaire public d'Edmonton en 1988 qu'elle allait devenir une femme. Ce n'a pas été facile, a-t-elle confié.

Mais elle s'est trouvée un avocat pour s'assurer qu'elle pouvait garder son emploi. La première année, on lui a pris son poste d'enseignante en école élémentaire pour l'affecter à l'enseignement de l'anglais aux nouveaux immigrants.

«Ce serait un endroit sans danger pour Carol, a-t-elle dit, en donnant son interprétation de la décision du conseil scolaire. Au bout d'un an, j'ai finalement été renvoyée à l'élémentaire.»

Elle a enseigné pendant encore 19 ans avant de prendre sa retraite.

Elle espère maintenant se plonger dans sa thèse de doctorat et, heureusement, jeter une nouvelle lumière sur le monde des transsexuels.

«Après mon changement, j'étais simplement en paix, a-t-elle commenté. Je pouvais alors vivre en tant que Carol et me concentrer sur mon travail d'enseignant. Dorénavant, je peux aussi me concentrer sur un doctorat.» (source: canoe.com)

 

Les gens beaux atteignent plus souvent les sommets

 

Outre le succès qu'elles rencontrent auprès de l'autre sexe, les personnes attirantes s'en sortent souvent mieux dans leurs vies sociale et professionnelle, selon une recherche menée à l'université de Floride sur 200 hommes et femmes âgés de 25 à 75 ans, rapporte dimanche un hebdomadaire britannique.

 

 

Les participants à cette étude ont répondu à des questions sur leurs revenus, leur style de vie, leur formation ou leurs éventuels problèmes de stress. Ils ont également dû se soumettre à un test de QI. Ensuite, leurs photos ont été présentés à un autre groupe de personnes, auxquelles il était demandé de coter l'attirance de l'homme ou de la femme figurant sur la photo. L'analyse des résultats obtenus a montré que les personnes jugées comme étant les plus attirantes jouissaient dans la plupart des cas d'un meilleur emploi que celles disposant d'un QI semblable mais considérées comme mois attirantes. Selon les chercheurs, ce constat n'est pas seulement dû au fait que les personnes attirantes parviennent à faire bonne impression. Il semble aussi que ces personnes sont souvent mieux instruites et qu'il est plus facile de travailler avec elles car elles ont une plus grande confiance en elles-mêmes. Les scientifiques insistent toutefois pour dire qu'un beau visage ne suffit pas. Selon l'échantillon étudié, une tête bien faite mène toujours à un score élevé, indépendamment de l'apparence extérieure, et ce sont les personnes qui combinent à la fois intelligence, attirance et confiance en soi qui peuvent aller le plus loin de la vie. (source: le vif)

 

Lire la suite

Le Kama Sutra catholique

Dans son livre, le père Ksawery Knotz propose aux couples mariés un guide spirituel et pratique pour les aider à épicer leur vie sexuelle. Prodiguer des conseils sur le sexe n'est plus l'apanage des magazines féminins, des blogs et des ouvrages d'épanouissement personnel. En Pologne, un moine franciscain, le père Ksawery Knotz, vient de sortir son propre opus sur le sujet. Son titre ? «Le sexe comme vous n'en avez jamais entendu parler : pour les couples mariés qui aiment Dieu» (Sex as you don't know it: For married couples who love God). Et son auteur, bien que religieux, ne se limite pas à des considérations spirituelles : le guide se veut aussi pratique.

Lire la suite

10:07 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kama sutra catholique

Qualité du sperme en baisse

Selon une étude danoise menée par le Dr Neils Skakkebaek et publiée en 1992, le nombre de spermatozoïdes chez les hommes a été divisé par deux en 50 ans. Ses résultats furent alors vivement critiqués, néanmoins dautres études ont convergé dans son sens. Tout dabord, le Dr américain Shanna Swan a de nouveau analysé ces résultats pour finalement confirmer quil y avait une baisse de la qualité spermatique de 3% en Europe et de 1,5% par an aux Etats-Unis. En France, les recherches du professeur Pierre Jouannet, chef du service de biologie de la reproduction à lhôpital Cochin à Paris, ont évalué la baisse de la concentration spermatique à 2% par an entre 1970 et 1995. En revanche, le volume de léjaculat chez les Français reste stable avec 3,8ml en moyenne.

Une grande variabilité selon les régions

En Europe, ce sont les Finlandais qui possèdent le meilleur sperme avec 100 millions de spermatozoïdes par millilitre (ml). Aujourdhui, un Français en possède en moyenne 60 millions/ml (près de 90 millions/ml en 1973). Notez que cette concentration reste supérieure à la valeur normale évaluée par l'OMS à 20 millions/ml et au-delà. Cependant, là encore, des disparités géographiques apparaissent : les Parisiens sont ceux qui ont le plus à craindre pour leur fertilité alors quà Rennes ou Toulouse, aucune évolution (négative) de la concentration spermatique na été constatée. Aux Etats-Unis, cest dans le Minnesota que les résultats les plus faibles ont été enregistrés. Est-ce linfluence des pesticides dans cet état américain essentiellement agricole ? Pas de catastrophisme cependant car les chercheurs pensent quil faut que la concentration soit en-deçà de 5 millions de spermatozoïdes par millilitre pour que le couple ait besoin dune aide médicale à la procréation. (source: Yahho.fr et tosanté.com

15/05/2009

Vidéo de femmes nues dans Paris

Un buzz vidéo depuis 24 h sur l’internet français avec l’arrivée d’un vidéo-clip tourné pour un groupe électro-rock originaire de Paris. Il s’agit du groupe Make The Girl Dance avec notamment comme membre principal, l’animateur de l’émission “Plus Vite Que La Musique” sur M6 : Pierre Mathieu. (Source vidéo sur : www.nerienlouper.fr )  

Make The Girl avec le single “Baby Baby Baby” est en train d’envahir le web grâce au vidéo-clip de la chanson, un clip très bien réalisé et très bien pensé. Le buzz était assuré pour le groupe, ce qui va leur permettre de se faire connaître du grand public en un temps record. Déjà plus de 900 000 visionnages du clip de “Baby Baby Baby” en à peine 24h… cela peut laisser espérer que le prochain vidéo-buzz mondial soit français! Un clip qui forcément… attire l’œil et fait parler! Dans le clip, ce sont plusieurs jeunes filles (ndlr : charmantes, ce qui ne gâche rien…) qui vont se balader dans l’une des rues piétonnes les plus fréquentées de Paris : la rue Montorgueil!

Imaginez-vous en train de vous balader rue Montorgueil à Paris et là, vous croisez une jeune fille complètement nue… puis une 2ème… puis une 3ème… il y aurait de quoi rester perplexe! Nous vous laissons donc découvrir en vidéo ce clip vidéo mettant en scène des jeunes filles nues se baladant à pied, au milieu des piétons, en plein centre-ville de Paris.

13/05/2009

La fertilité masculine en déclin à cause de la pollution chimique

L'exposition des femmes enceintes aux produits chimiques présents dans différents produits courants est à l'origine de la baisse généralisée de la fertilité masculine, rapporte mercredi une étude réalisée par le Medical Research Council d'Edimbourg.
Selon cette étude, la présence dans les aliments, les cosmétiques et différents produits d'entretien de perturbateurs hormonaux explique l'augmentation constatée un peu partout en Europe de l'infertilité des jeunes hommes.
D'après les travaux du Pr Richard Sharpe, ces produits chimiques perturbent l'action in utero de la testostérone, substance indispensable à la bonne formation in utero du pénis et de la descente des testicules.
"De nombreuses substances chimiques présentes dans l'environnement et dans des produits de consommation courantes peuvent bloquer l'action de la testostérone et nuire aux capacités futures de reproduction des hommes", affirme le chercheur.
Selon des chiffres cités par l'étude, un garçon sur 17 naît aujourd'hui avec des testicules insuffisamment descendues.
De plus, cette pollution chimique au cours de la gestation serait la cause de malformations du pénis de plus en plus courantes, ainsi que de l'augmentation des cancers des testicules dont le nombre a doublé en 25 dans les pays riches.
Ces diverses affections entraînent une chute drastique de capacité reproductive des hommes, si bien que les jeunes hommes fabriquent aujourd'hui en moyenne moins de spermatozoïdes que leurs pères.
Les substances incriminées vont des pesticides aux phtalates (utilisés comme assouplissant pour plastiques), en passant par les parabens (conservants pour cosmétiques) et le bisphénol-A, substance utilisée notamment pour la fabrication de biberons.
Sur base de cette étude, l'organisation HEAL (Health and Environment Alliance) a appelé mercredi l'agence européenne des produits chimiques (ECHA) à retirer ces substances du marché, et introduire d'urgence des études sur les effets cumulés de ces substances sur la santé.

12/05/2009

Le viagra remporte la bataille des "citrouilles bleues"

Un producteur d'aliments autrichien a perdu une bataille juridique qu'il avait engagée pour avoir le droit de produire des friandises composées de graines de citrouille enduites de sucre bleu. Le groupe pharmaceutique Pfizer Inc. estimait, en effet, que les friandises bleues ressemblaient trop à ses pillules viagra, ont annoncé mardi les médias autrichiens.
Richard Mandl prétend, sur le site internet de son entreprise, avoir nommé la friandise en question "Styragia" en combinant le nom de sa province - Styria en anglais, Steiermarkt en allemand - avec le mot agraire (agrarisch, en allemand).
La Cour d'appel de Vienne a rejeté cet argument et renversé un précédent jugement d'un tribunal local qui avait estimé que les consommateurs n'allaient pas confondre "un produit alimentaire avec un médicament" prescrit par un médecin pour soigner l'impuissance sexuelle.
La Cour de Vienne a, par contre, jugé que Mandl avait délibérément donné à ses friandises la même forme que les pillules de viagra et qu'il évoquait les prétendus effets aphrodisiaques des graines de citrouille pour allécher les clients, a indiqué la chaîne de radio australienne ORF.
Après que le producteur des "styriagra" ait été condamné à payer plusieurs milliers d'euros de dommages, son avocat lui a déconseillé d'autres recours en justice. (DPA)

Trois quarts des femmes considèrent que le sexe est important

Trois quarts des femmes considèrent que le sexe est important et la plupart des femmes sont globalement satisfaites voire satisfaites de leur vie sexuelle, selon une enquête du mensuel gratuit Dialogue & Santé. Quatorze pc attribuent une cote de 9 ou 10 à leur vie sexuelle et environ 50 pc une note entre 7 et 8.
L'enquête montre également que les jeunes femmes, plus souvent que les plus âgées, déclarent souffrir d'un manque de libido. La probabilité que la contraception hormonale ait une influence négative sur la libido est cependant relativement faible. "Les jeunes adultes veulent atteindre beaucoup d'objectifs en même temps, ce qui a pour conséquence qu'ils sont plus fatigués, stressés et parfois frustrés, ce qui est néfaste pour la libido", relève la gynécologue Mireille Merckx. "Les médias jouent également un rôle en diffusant des images et des opinions en termes de sexe qui sont en fin de compte éloignées de la réalité", constate-t-elle.
Mireille Merckx considère également que les femmes de plus de 40 ans se sentent mieux dans leur peau que les plus jeunes et ont plus de temps à consacrer à elles-mêmes et à leur relation. "Les plus âgées peuvent donc souvent profiter de leur seconde jeunesse, entre autres sur le plan sexuel".
L'enquête s'est par ailleurs penchée sur la perception des femmes en termes de contraception. Il en ressort que 61,9 pc des femmes entre 25 et 54 ans ont recours à un moyen contraceptif. Par ailleurs, près de 45 pc des femmes qui utilisent la pilule déclarent oublier de temps en temps de la prendre et une femme sur dix qui l'utilise l'oublie au moins une fois par mois.
L'étude montre que 6 femmes sur 10 qui utilisent un moyen de contraception sont satisfaites. Environ 3 femmes sur 10 qui ont recours à un contraceptif ont déjà pensé en utiliser un autre.
Le mensuel a interrogé entre mi-novembre 2008 et mi-février 2009 1.434 femmes entre 16 et 54 ans. Les résultats complets de l'étude seront disponibles dans l'édition de juin du magazine.

11/05/2009

Le secret des seins

Les seins sont aussi différents les uns des autres que le sont les visages. Ils vivent en toute liberté sur la plage, se dessinent sous les pulls moulants ou s'offrent aux regards dans un beau décolleté plongeant… et ils rendent fous les hommes de tout âge !

La poitrine d'une femme est aussi importante pour elle que l'est le pénis pour un homme… c'est dire ! Et si 70 % des hommes avouent préférer les poitrines voluptueuses, les femmes, elles, semblent se satisfaire de plus de discrétion. Ainsi, quand on demande aux femmes si elles souhaiteraient une poitrine plus volumineuse (sans aucune douleur et sans que cela ne leur coûte un centime), seulement 5 % d'entre elles répondent par l'affirmative! Mais il faut savoir que la taille moyenne de soutien-gorge est aujourd'hui le 90 B alors que c'était le 80 B il y a une vingtaine d'années.

Lire la suite

11:50 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seins, sexe, madonna, jackson, messi

Rapports sexuels avec 9 à 10 femmes en moyenne

Selon une enquête réalisée par les spécialistes de l’Institut de sexologie de la 1ère faculté de Médecine de l’Université Charles, les habitudes sexuelles des Tchèques évoluent plutôt dans le sens positif, c'est-à-dire vers la responsabilité et la prévention. Les sexologues ont découvert également une nette tendance à la fidélité matrimoniale.
2000 personnes ont été interrogées, en décembre dernier, dans le cadre de cette enquête dont les résultats ont été récemment publiés. Il en découle qu’au cours des quinze dernières années 30% des Tchèques ont commencé à se protéger contre la conception non désirée par le préservatif ou la pilule au lieu d’utiliser le coït interrompu ou la méthode du calendrier. Pourtant aujourd’hui encore 37 % des hommes et 47 % des femmes n’utilisent aucune protection lors de rapports sexuels avec des partenaires occasionnels. L'âge de la sexualité en République tchèque commence relativement tard. Le sexologue Petr Weiss s’en félicite:
«Les premiers attouchements et le premier baiser dans la population tchèque viennent au cours des 14ème et 15ème année de la vie. C’est la période des premiers amours. Et nous sommes très contents que le premier coït ne vienne en général qu’à l’âge de 18 ans et que les jeunes couples tchèques aient au moins quatre ans pour se connaître intimement avant l’acte sexuel en lui-même. Il est plus probable que les gens qui sont passés par cette étape des attouchements et de la tendresse trouvent plus tard la satisfaction et la jouissance dans leurs activités sexuelles.»
Ce qui laisse à désirer en République tchèque, c’est l’éducation sexuelle. Selon Petr Weiss les écoles se limitent souvent à inviter un sexologue pour donner une conférence sur les cycles menstruels et c’est tout. Les jeunes sont donc obligés de chercher ailleurs les informations qui les intéressent: «Nous constatons durablement que dans la population tchèque les premières informations sur la sexualité sont données aux jeunes par leurs amis du même âge et nous savons que cette source est la moins fiable. Le plus grand nombre de mythes sur la sexualité est répandu parmi les jeunes justement par leurs camarades de la même génération.»
Les Tchèques sont-ils fidèles ou volages? Les hommes interrogés ont déclaré avoir noué au cours de toute la vie des rapports sexuels avec 9 à 10 femmes en moyenne. Les femmes, elles, n’avouent avoir eu en moyenne que 5 amants. Mais ces données ne sont pas très crédibles car, en général, les hommes ont tendance à surévaluer le nombre de leurs conquêtes amoureuses, tandis que les femmes sous-évaluent le nombre de leurs partenaires sexuels.
Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’enquête a révélé que parmi la population tchèque la fidélité matrimoniale n’est pas un concept dépassé. Tandis qu’il y a dix ans deux tiers des hommes et la moitié des femmes reconnaissaient avoir été infidèles, aujourd’hui ce n’est que la moitié des hommes et le tiers des femmes. Bien que la majorité des personnes interrogées se soient montrées tolérantes vis-à-vis de l’infidélité, l’adultère dans la population tchèque serait donc en baisse. Les Tchèques se classent aussi parmi les peuples les plus tolérants du monde vis-à-vis de l’homosexualité. (source: radio.cz)

Lire la suite

Une femme a arraché le pénis de son amant lors d'un accident de voiture.

Singapour - Une femme a arraché le pénis de son amant lors d'un accident de voiture. Un patron et sa secrétaire étaient en rendez-vous galant lorsque leur voiture, stationnée, a été percutée par l'arrière par une fourgonnette. Sous le choc, la femme, qui faisait une fellation à son partenaire, a refermé ses mâchoires et arraché le pénis.L'accident s'est déroulé sous les yeux d'un détective privé, présent sur les lieux sur demande du mari de la secrétaire qui se doutait de l'infidélité de son épouse. C'est lui qui a appelé une ambulance pour conduire la victime à l'hôpital où sa maîtresse l'a rejoint avec ce qui restait de son pénis. (source: zigonet)

06/05/2009

Inauguration d'une Clinique de Périnéologie au CHU Saint-Pierre

Les pathologies pelviennes touchent une femme sur trois. Pendant longtemps, ces problèmes ont été solutionnés par le spécialiste concerné et centré principalement sur l'organe qu'il connaissait le mieux. Une Clinique de Périnéologie, inaugurée mardi au CHU Saint-Pierre (site César De Paepe) en présence de la princesse Astrid, offre désormais une prise en charge pluridisciplinaire.
Les pathologies du plancher pelvien concernent un large éventail de troubles tels que l'incontinence urinaire, le prolapsus (descente d'organe) génital, l'incontinence anale, les problèmes de vidange (urinaire et anal), problèmes sensitifs et sexuels, de même que des syndromes douloureux chroniques.
Là où naguère les différentes pathologies pelviennes étaient traitées par différents spécialistes, sans aucune forme de coopération ou de concertation, elles peuvent à présent être prises en charge par une équipe multidisciplinaire composée de kinésithérapeutes, gynécologues, gastro-entérologues, urologues, chirurgiens, sexologues, psychologues et infirmières.
Une unité dédiée à la prise en charge des femmes ayant subi des mutilations génitales a également été créée au sein de la nouvelle clinique.
La Clinique de Périnéologie a ouvert ses portes en janvier 2009 et a déjà accueilli plus de 570 patientes.

05/05/2009

Les jeunes flamands très traditionnels concernant les relations hommes-femmes

Un garçon sur cinq préfère ne pas être vu en compagnie d'une personne homosexuelle ou bisexuelle et un sur dix estime que les relations sexuelles entre deux personnes du même sexe sont une erreur, selon deux études universitaires publiées cette semaine dans le magazine flamand de l'enseignement Klasse. Selon le magazine, le sujet "lesbigay" n'est toujours pas un thème abordable dans les écoles.

Les universités d'Anvers et de Hasselt ont interrogé 4.000 jeunes homosexuels, bisexuels et hétéro sur leur position concernant les personnes homosexuelles et bisexuelles et les genres (homme-femme). Il en ressort que près un jeune garçon sur cinq estime que les lesbigays ne peuvent pas avoir les mêmes droits que les personnes hétérosexuelles. En outre un sur cinq préfère ne pas être vu en compagnie d'une personne lesbigay et un sur dix estime que les rapports sexuels entre personnes du même sexe sont une erreur. Les filles ont une attitude plus positive que les garçons vis-à-vis des lesbigays.

Lire la suite

04/05/2009

Faites l'amour tous les jours !

Une année à faire l'amour tous les jours, le rêve de chaque homme, sans doute. Une Américaine, Charla Muller, a décidé d'offrir cette promesse à son mari pour son anniversaire. Bilan après un an? Son mariage va mieux, mais impossible de tenir à ce rythme-là indéfiniment.

On commence par le meilleur

"Lorsque j'ai promis à mon mari que nous ferions l'amour chaque jour de son quarantième anniversaire, il n'était pas des plus enthousiastes. Après une semaine, il était déjà beaucoup plus pour. Après un mois, il a vraiment réalisé que son cadeau lui faisait plaisir. Il était heureux et rayonnait toute la journée. C'était une sensation délicieuse... La nuit, on était si intimes, le jour on était un couple si proche", explique tout d'abord Charla.

Confiance en soi boostée

Selon Charla, ce cadeau d'anniversaire avait des répercussions dans bien d'autres domaines. "Cela a été bénéfique pour ma confiance en moi, parce qu'avant, on ne peut pas dire que j'étais très sûre de moi. Et dès que j'ai commencé à réaliser à quel point mon cadeau faisait plaisir à mon mari, j'ai commencé à me sentir bien, sexy même! Le sexe, j'en ai fait une habitude, presque comme de me laver les dents... On se prenait des vendredis matins entiers à traîner au lit. Et le week-end, on faisait ça après des dîners romantiques."

Un brin de monotonie à l'horizon

"Le troisième mois, mon mari m'a dit tout à coup un jour qu'il n'arriverait pas à être excité. Mais que le lendemain était un autre jour et que ça fonctionnerait de nouveau. Auparavant, il aurait été honteux de ce genre de panne, mais à faire l'amour tous les jours, il avait tout simplement moins de pression sur chaque partie de jambes en l'air. Aux alentours du septième mois, c'est devenu particulièrement difficile. Le sexe était devenu une obligation, une routine. C'était devenu vraiment monotone".

Lire la suite