Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/07/2009

Pourquoi les femmes quittent-elles les hommes pour d'autres femmes?

Récemment, une nouvelle forme d'amour entre amies semble faire son apparition. Au cours des dernières années Cynthia Nixon de « Sex and the City » a quitté son petit ami, avec lequel elle était depuis 15 ans et a commencé à fréquenter une femme (et à en parler ouvertement).

L'actrice Lindsay Lohan et la DJ Samantha Ronson ont étalé leur relation amoureuse de New York à Dubaï. La chanson de Katy Perry « I Kissed a Girl » était en tête du Top 50. « The L Word », « Work Out », et « Top Chef » met en vedette une lesbienne à la télévision, et il y a même une TV réalité qui parle de lesbiennes dans le milieu professionnel.

Des femmes ayant des rapports sexuels avec d'autres femmes n'a certes rien de nouveau, mais nous sommes arrivés à un point où, dans la culture populaire, cela semble soudainement presque à la mode ou en tout cas complètement convenable.

Les statistiques sur le nombre de femmes qui ont échangé leurs petits amis et maris contre une petite amie sont difficiles à trouver. Bien que le « US Census Bureau » conserve la trace des personnes mariées, divorcées, célibataires, et même des partenaires de même sexe qui vivent ensemble, il ne cherche pas à connaître l’histoire derrière ces chiffres.

Mais des experts comme Binnie Klein, psychothérapeute dans le Connecticut et professeur de Yale dans le département de psychiatrie, s'accordent à dire que les relations alternatives sont à la hausse.

« Il est clair qu'un changement de l'orientation sexuelle est envisageable pour de plus en plus de personnes qu'auparavant, et cela représente plus qu'une simple possibilité et acceptation que de franchir la ligne », explique Klein. Rien que ces dernières années, une demi-douzaine de ses patientes mariées sont déjà tombés amoureuses d'une femme. « La plupart craignent que si elles n’y vont pas, qu'elle éprouveront des regrets par la suite. » (Source: alterheros)




La philosophe féministe Susan Bordo, Ph.D, professeur d'anglais, chercheur sur l'égalité des sexes et sur les études féminines à l'Université du Kentucky, et auteur de « Unbearable Weight: Feminism, Western Culture, and the Body », est également d'avis que dans l'environnement actuel, de plus en plus de femmes vont très certainement sortir de la boîte de l’orientation classique.

« Lorsqu'un tabou est levé ou brisé, les gens se sentent alors libres de faire ce qui leur plait », dit-elle.
« Il est donc logique que nous puissions voir des femmes, pour toutes sortes de raisons, marcher vers cette direction, maintenant que la voie est plus libre. Bien entendu, nous ne devons pas nous imaginer que nous vivons dans un monde où tous les choix sexuels sont possibles. Il suffit de regarder le casting de "The L Word" et il est clair que seul un certain type de lesbiennes mince et élégante, androgyne est acceptable dans notre culture. »

Ceci dit, les récentes affaires très médiatisées de Cynthia Nixon et son attitude très terre-à-terre vont peut-être ouvrir la voie pour de nombreuses femmes. En 1998, lorsque « Sex and the City » a débuté sur la chaîne HBO, elle était dans une relation depuis longtemps avec Danny Mozes, professeur d'anglais, avec qui elle a eu deux enfants.

Elles ne s'étaient pas mariées : « J'ai été prudente et j'ai estimé que le mariage était potentiellement un piège, alors je me suis tenue à l'écart de celui-ci », a déclaré Nixon dans une interview avec « London's Daily Mirror ».

En 2004, après la fin de ses 15 ans de relations avec Mozes, Nixon a commencé à voir Christine Marinoni, dans une école publique d'avocats. Elles se sont rencontrées alors qu'elle travaillait sur une campagne visant à réduire la taille des Plumes d’Anges n°66 4 Mai 63 a.H. classes dans la ville de New York. Marinoni a été d'un grand soutien quand l'actrice a été diagnostiquée d’un cancer du sein.

Loin de cacher leur relation, Nixon en parle librement à télévision et dans les journaux sans aucun soucis. « J'ai été avec des hommes toute ma vie et je n'avais jamais été amoureuse d'une femme auparavant », dit-elle au « Daily Mirror ». « Mais aujourd'hui, je le suis et cela ne me ne semble pas si étrange. Cela ne change pas qui je suis. Je suis juste une femme qui est en amour avec une autre femme. »

Au cours des dernières décennies, les scientifiques ont avancé étape par étape et commencent à avoir une idée sur l'orientation sexuelle. Sommes-nous né ainsi ou est-ce une question d'éducation ? Cela peut-il évoluer au cours de notre vie ?

Une poignée d'études dans les années 1990 la plupart d'entre elles étaient axés sur les hommes a suggéré que l'homosexualité était génétique. Dans une étude, les chercheurs ont trouvés dans l'ADN que les marqueurs Xq28 région du chromosome X réveillaient pourquoi les hommes étaient gay. Mais une autre étude de plus grande envergure n'a pas pu reproduire ces résultats, laissant l' « American Academy of Pediatrics » et l' « American Psychological Association » spéculer sur le fait que l'orientation sexuelle serait probablement due à des causes multiples telles que l'environnement, le cognitif et d'autres facteurs biologiques.

Aujourd'hui cependant, une nouvelle ligne de recherche sur l'orientation sexuelle commence à être abordée de manière beaucoup plus souple, en particulier quand il s'agit de femmes. L'idée que la sexualité est quelque chose de linéaire date de 1948, quand Alfred Kinsley a présenté sa célèbre échelle des sept points, avec zéro représentant l'hétérosexualité, 6 signifiant complète homosexualité, la bisexualité étant au milieu, où nombreux hommes et femmes qu'il avait interrogés se retrouvaient.

La phrase à la mode dans les études récente est « la fluidité sexuelle ».

« Les gens me demandent toujours si cette recherche implique que tout le monde soit bisexuel. Non, pas du tout », déclare Lisa Diamond, Ph. D., professeur associée de psychologie et des études de genre à l'Université de l'Utah et l'auteur en 2008 du livre « La fluidité sexuelle : Comprendre l'amour et le désir de la femme ». « La fluidité représente la capacité à répondre érotiquement d'une manière inattendue, dans des situations particulières ou lors de rapport avec autrui. Cela ne semble pas être quelque chose qu'une femme peut contrôler. » En outre, des études indiquent que cela est plus répandu chez les femmes que chez les hommes, selon Bonnie Zylbergold, rédacteur en chef adjoint de l' « American Sexuality », un magazine en ligne.

En 2004, les résultats d'une étude à l'Université Northwestern nous ont été révélateurs. Au cours de l'expérience, les sujets féminins étaient sexuellement excités aussi bien lorsqu'elles regardaient des femmes et des hommes hétérosexuels que par des films érotiques montrant des femmes entre elles ou même des hommes entre eux. Parmi les sujets de sexe masculin, toutefois, les hommes hétérosexuels ont été excités que par des films érotiques de femmes entre elles, mais pas par les films montrant des hommes homosexuels.

« Nous avons constaté que le désir sexuel des femmes est moins catégorique en vue d'un sexe particulier, contrairement aux hommes, leur désir étant plus variable dans le temps », affirme l'étude du chercheur principal, J. Michael Bailey, Ph.D. « Ces résultats représentent probablement une différence fondamentale entre les cerveaux des hommes et celui les femmes ».

Diamond admet que cette idée que la libido peut se balader en va-et-vient entre les sexes peut-être effrayante de confusion pour ceux dotés de croyances conventionnelles au sujet de l'orientation sexuelle. Mais lorsque les femmes qu'elle a interrogées expliquent leurs sentiments, cela ne semble pas si fou. Beaucoup d'entre elles, par exemple, sont attirées par une personne, indépendamment de son genre, elles sont attirées par des traits tels que la bonté, l’intelligence et l’humour, qui pourrait s’appliquer aussi bien à un homme qu’à une femme, surtout s'ils aspirent à une relation affective. Et si cela arrive par la voie d'une femme au lieu d'un homme, l'émotion peut l'emporter, quelle que soit l'orientation hétérosexuelle prise auparavant.  (Source: alterheros)

Les commentaires sont fermés.