Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/09/2009

Le film X devient l'affaire de tous

Le film X n'est plus réservé à une minorité masculine et apparaît comme un phénomène intégré à la vie sexuelle des Français, au point que le visionnage n'est plus une expérience honteuse et solitaire, mais une vraie affaire de couple, selon une enquête de l'Ifop.

"L'émergence des chaînes câblées et d'internet comme moyens d'accès au X, entraîne démocratisation et banalisation du genre. Le principal enseignement est que les Français sont aujourd'hui décomplexés vis-à-vis du X", a expliqué à l'AFP François Kraus, chargé de l'étude rendue publique mercredi et réalisée pour le groupe Marc Dorcel, leader français de la production pornographique.

"On ne regarde plus un film X seulement en solitaire. Le X fait partie désormais des moyens d'activer la libido au sein du couple, en cassant la routine, toutes tranches d'âge et catégories sociales confondues", ajoute M. Kraus, précisant que cet "observatoire de la pornographie" est le premier réalisé en France.

57 % des personnes interrogées dans l'isolement d'un questionnaire en ligne "pour une plus grande sincérité", indiquent avoir déjà visionné en couple un film X. Les femmes admettent en voir plus facilement avec leurs partenaires (59 %) que toutes seules (50 %).

"On note une forte disposition des femmes à regarder un film X avec leur partenaire. Si celui-ci le leur demandait, deux sur trois accepteraient (67 %), mais 30 % reconnaissent qu'elles le feraient seulement pour faire plaisir", souligne François Kraus. Toutefois, 36 % seulement des couples ont fait l'amour en regardant un film X.

Selon l'Ifop, l'âge moyen du premier visionnage reste élevé : 24 ans en moyenne, ce qui semble aller à l'encontre des idées reçues mais seuls les plus de 18 ans ont été interrogés.

Le rôle de l'apprentissage de la sexualité est globalement limité (35 %), mais l'impact du porno sur le désir sexuel est réel pour 44 % hommes et femmes. 32 % des femmes admettent qu'un film X augmente le désir.

89 % des sondées disent avoir déjà visionné un film X, et 69 % les jugent excitants mais une majorité ne les trouve pas moins "ridicules" (59 %) et "dégradants" (58 %). Seuls 21 % les estiment "sains".

L'étude révèle aussi que la consommation de film X est plus élevée chez les personnes en couple (48 %) que chez les célibataires (45 %).

Si les films X sont avant tout visionnés à domicile (86 %), certains l'ont expérimenté dans des lieux insolites comme une chambre d'hôtel lors d'un déplacement professionnel (30 %).

Dernier enseignement important : les Français, quel que soit leur âge ou leur sexe, considèrent à 84 % que la sexualité présentée dans les films X, est éloignée des pratiques courantes.

Un avis que partage les jeunes hommes de moins de 35 ans. Ils sont ainsi 81 % à savoir que cela reste du cinéma et n'a rien à voir avec la réalité.

Les sites internet gratuits constituent le principal moyen d'accès à la pornographie (45 %), devant Canal+ (35 %) et les DVD (22 %).

Enfin, malgré les idées reçues, hommes et femmes attachent de l'importance au scénario (59 et 55 %). Cependant, les hommes sont deux fois plus nombreux à estimer important le nombre de scènes explicites ou la qualité de la lingerie.

Enquête réalisée par l'Ifop du 30 juin au 2 juillet auprès d'un échantillon de 1.016 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas, interviews par questionnaire auto-administré en ligne. (AFP)

Les commentaires sont fermés.