Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/09/2009

Ils sont 3 sur 10 à éjaculer trop vite !

LIÈGE. Contre l’éjaculation précoce, les traitements sont de deux ordres. Il y a, d’une part, les traitements sexo-comportementaux dont les résultats varient selon les études et, d’autre part, les traitements pharmacologiques, de type antidépresseurs, qui exposent le patient à des effets secondaires indésirables.

De plus, selon le docteur Andrianne, les traitements sexo-comportementaux font rarement l’objet de remboursements. D’où l’intérêt de cette étude visant à déterminer si le fait de lire une brochure d’information peut aider les hommes souffrant d’éjaculation précoce.

Un guide pratique a donc été réalisé et remis aux 461 hommes ayant été retenus. Seuls 13,8 % d’entre eux ont précisé n’avoir constaté aucune amélioration. Dans leur cas, la consultation d’un professionnel s’est avérée nécessaire.

Plus de 80% de ces hommes ont donc estimé avoir été aidés. Les chercheurs ont donc conclu que ce guide pratique de l’éjaculation précoce constitue un instrument thérapeutique efficace. Reste désormais à dégager les fonds nécessaires à sa diffusion à plus grande échelle. Ce qu’on espère pouvoir accomplir avant la fin de l’année.

Dans cette brochure, on explique comment s’y prendre pour réguler l’excitation. Dans un premier temps, on conseille de relativiser le coït (oublier les stéréotypes sexuels) et d’élargir la gamme des comportements érotiques en expérimentant des caresses alternatives (massages du dos, du visage, des cuisses, attouchements clitoridiens avec les doigts, des objets, caresses dans des endroits inhabituels de la maison, dans des positions inhabituelles).

Ensuite, pour contrecarrer les réflexes de montée excitatoire rapide, on suggère à l’homme de pratiquer la masturbation dite du poignet fixe et du corps mobile. Il lui suffit de s’allonger sur le dos et de maintenir sa main immobile. Seul son bassin doit bouger. Une bonne respiration abdominale lui permettra, en outre, de se relaxer. (Source: J. Def. )


 

Plus de 400 hommes ont participé à une étude. 98 % ont estimé éjaculer avant 6 minutes

LIÈGE. Il y a environ un an, une équipe de l’Université de Liège présentait, avec le soutien du département de la santé et de la qualité de vie de la Province de Liège, une étude qu’elle souhaitait mener auprès de 400 hommes, quel que soit l’âge, sur l’éjaculation précoce.

Cette étude, intitulée BibliothEP, avait pour objectif d’évaluer dans quelle mesure la lecture d’une brochure d’information peut améliorer ce trouble érectile.

Qu’est-ce que l’éjaculation précoce ? Un trouble de l’éjaculation persistant ou répété lors de stimulations sexuelles minimes avant, pendant ou juste après la pénétration et avant que le sujet ne souhaite éjaculer. Bien sûr, des facteurs modifient la durée de la phase d’excitation sexuelle comme l’âge, la nouveauté de l’expérience ou du partenaire et la fréquence de l’activité sexuelle récente.

On estime à trois sur dix le nombre d’hommes qui souffrent d’éjaculation précoce. Ce chiffre est interpellant partant du principe qu’une activité sexuelle équilibrée est essentielle pour la qualité de vie.

L’insatisfaction sexuelle des deux partenaires, la baisse de l’estime de soi, l’anxiété, voire la dépression, ou encore le fait d’éviter les rapports sexuels et d’éprouver des réticences à l’égard de nouvelles relations en sont les conséquences néfastes.

Près de 500 hommes ont souhaité prendre part à cette étude. Finalement, ils étaient 461 à avoir été retenus. Parmi eux, 10,90 % avaient plus de 50 ans et 8,50 % moins de 25 ans. "Idéalement, il faut régler le problème avant l’âge de 25 ans afin d’éviter les difficultés qui peuvent survenir au sein du couple, comme les épouses trahissantes par exemple", souligne le docteur Andrianne, du service d’urologie du CHU de Liège.

L’échantillonnage était plutôt révélateur ! Pas moins de 98 % des sujets ont estimé éjaculer avant 6 minutes. Il ressort également que les hommes vivent l’éjaculation précoce de manière plus dramatique que leurs partenaires. Ils ont tendance à surestimer l’impact problématique du trouble dans le chef de leurs partenaires et à sous-estimer leur satisfaction sexuelle. (Source: Jessica Defgnée )

Commentaires

Il ne faut pas oublier que nous ne sommes que des animaux évolués et que dans des temps finalement pas si lointain que ça, il ne faisait pas bon se reproduire en pleine nature.
Je m'explique: un animal s'attardant trop longtemps pendant le coït est vulnérable, il lui est donc nécessaire dans le cas du mâle humain d'éjaculer rapidement puisqu'à la base l'accouplement est sensé assurer la pérénité d'une race. Fatalement nous avons gardé en nous ce conditionnement réflexe de se "dépécher" et cette notion de plaisir partagé donc de coït "long" n'est pas encore ancrée dans notre évolution cérébrale.
Que dire aussi de la pression médiatique qui demande la performance de l'homme alors qu'il ne semble pas programmé pour?
Rendez-vous dans mille ans, on verra chrono à la main où l'on en est!

Écrit par : Lapin Magique | 27/09/2009

En présence d'une femme mon pénis ne se met pas en érection et je commence par éjaculer. Que vais je faire?

Écrit par : john | 06/10/2009

Les commentaires sont fermés.