Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/03/2010

La première capote pour ados est lancée en Suisse

Un jeune sur quatre ne trouve pas de préservatif à sa taille. Un condom conçu pour eux arrive sur le marché.


Vendu en magasin et donné en classe

Le Ceylor Hotshot est disponible depuis peu en pharmacies, drogueries et dans les grandes Coop, au prix de 7 fr. 60 la boîte de six. On peut l’acheter en ligne sur http://www.aids.ch/shop ou www.praeser.ch. En outre, un kit contenant un Hotshot, un condom classique et du lubrifiant sera distribué par des formateurs en éducation sexuelle dans les écoles et les centres de planning familial. Le préservatif pour jeunes remporte déjà un grand succès, selon Lamprecht SA, détenteur de Ceylor.(Source: 20min.ch)

Du plaisir sur mesure. C’est ce que promet le Ceylor Hotshot, nouveau préservatif destiné aux ados. Sa particularité: une ouverture rétrécie, qui garantit un bon maintien.

Lancé par l’Aide suisse contre le sida et PLANeS, l’organisation faîtière des centres de planning familial, il vise à mieux protéger les jeunes des infections sexuellement transmissibles et des grossesses non désirées. Selon un récent sondage mené par le magasine «Bravo» auprès de 12 970 jeunes hommes âgés de 13 à 20 ans, les capotes standard sont trop grandes pour un ado sur quatre. «Le pénis des jeunes gens n’a souvent pas encore atteint sa taille adulte, relève Fausta Borsani, cheffe de projet à PLANeS. Si le préservatif n’est pas adapté, il glisse et protège mal.»

L’âge moyen du premier rapport sexuel se situant vers 17 ans, Hotshot répond donc à un besoin. Il constitue aussi un outil de prévention. «Le fait de le distribuer dans les écoles permet d’aborder la sexualité avec les ados», relève Fausta Borsani. Un point de vue partagé par Oscar Tosato, municipal lausannois chargé de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Education: «Tout produit qui renforce le message «Protège-toi!» est une bonne chose.» La nouvelle capote rique-t-elle d’inciter les pré-ados à une sexualité débridée? «Non! Qu’ils sachent comment se protéger à 12 ans ne me choque pas. Mieux vaut être bien informé avant le premier rapport.» (Source: 20min.ch)

Les commentaires sont fermés.