Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/03/2010

180.000 euros pour un testicule enlevé par erreur

Quand l'erreur a été découverte, un autre chirurgien a enlevé le testicule malade. Mais pour celui qui était sain, il était trop tard

ROME Un homme auquel les médecins avaient enlevé par erreur dans un hôpital de Vérone (nord) un testicule sain a obtenu 180.000 euros de dommages-intérêts, rapporte mercredi le quotidien local L'Arena di Verona. Selon le journal, les médecins avaient diagnostiqué au jeune homme, âgé de 27 ans à l'époque des faits, il y a six ans, une tumeur sur le testicule gauche et avaient décidé de l'opérer. Le chirurgien qui l'a opéré a enlevé cependant par erreur le testicule droit qui était sain.

Quand l'erreur a été découverte, un autre chirurgien a enlevé également le testicule malade, mais pour celui qui était sain il était trop tard, ajoute le journal. Le tribunal a reconnu le préjudice infligé au jeune homme et condamné l'hôpital et le médecin à payer les 180.000 euros. Le tribunal a toutefois rejeté une demande de dédommagement portant sur 1,191 million d'euros présentée par les avocats de la victime.

L'amour peut prédire un séisme !

Le comportement de crapauds en pleine saison des amours pourrait permettre de "prévoir l'imprévisible", c'est-à-dire un séisme, selon une étude publiée mercredi par des chercheurs d'une université britannique.

Un "brutal changement de comportement" de crapauds males communs (Bufo bufo) a été remarqué "cinq jours jours avant le séisme" survenu dans la ville italienne de L'Aquila le 6 avril 2009, selon l'équipe de chercheurs qui surveillaient ces amphibiens sur leur site de reproduction.

Les résultats obtenus suggèrent que "les crapauds communs B. bufo sont capables de prédire des événements sismiques importants et d'adapter leur comportement en conséquence", selon la biologiste Rachel Grant (Open University, Milton Keynes, Royaume Uni).

Avec son collègue Tim Halliday (Oxford), elle observait depuis une dizaine de jours les crapauds à 74 km de L'Aquila, lorsqu'est survenu le séisme de magnitude 6,3 qui a fait 299 morts.

Cinq jours avant ce tremblement de terre, le nombre de crapauds males présents sur ce site de reproduction s'est brutalement réduit de 96%, un comportement "hautement inhabituel" pour des crapauds, selon l'étude publiée dans le Journal of Zoology.

"Une fois que les crapauds sont apparus pour se reproduire, ils restent habituellement actifs en grand nombre sur le site de reproduction jusqu'à ce que la saison des amours soit terminée", rappellent Mme Grant et son collègue d'Oxford.

Dans les trois jours précédant le séisme, le nombre d'accouplements est tombé à zéro.

29/03/2010

C'est quoi la Sexomnie?

Hier, Frederic L. a été acquitté par le tribunal correctionnel de Mons de la prévention de viol sur sa fille de 4 ans le 23 juin 2008 à Mons. Le tribunal a estimé que la version du prévenu qui avait affirmé être atteint de sexomnie -somnambulisme sexuel- était corroborée par une série d'éléments probants. Frederic L., qui avait la garde de sa fille, s'était réveillé au milieu de la nuit accroupi au sol au-dessus de sa petite fille. Il jouait de son sexe qu'il maintenait dans la bouche de celle-ci. C'est l'enfant qui avait crié "papa c'est moi" qui avait réveillé son père en prononçant ces paroles.
Selon le père, il s'agissait d'un geste totalement inconscient. Atteint de sexomnie, il avait déclaré avoir effectué cet acte de pénétration sans en avoir conscience.
Les examens médicaux et les tests du sommeil ne mettaient pas en évidence un trouble de parasomnie sans pour autant l'exclure. D'après les experts, au niveau clinique, le témoignage verbal de Frederic L. par rapport à son sommeil semblait compatible.
Le tribunal a estimé que la version du prévenu, étayée par des éléments du dossier, ne semblait pas invraisemblable. Le prévenu a bénéficié de l'acquittement au bénéfice du doute.
Il semblerait que la partie civile ait l'intention de faire appel. (Belga)
C'est quoi la Sexomnie?

On pourrait décrire la sexomnie comme un phénomène de somnambulisme sexuel. Les personnes atteintes se mettent à se masturber ou à avoir les mêmes réactions physiques que lors d'un rapport : érection, lubrification vaginale, montée du désir... Petite précision pour vous rassurer : on ne nait pas sexomniaque, on le devient. C’est une affection provoquée par certaines circonstances particulières, notamment par une difficulté à gérer ou surmonter notre stress et nos fantasmes inexprimés. Donc il est possible de reprendre le contrôle de la situation : en changeant de travail, en prenant une maîtresse ou un amant... ou si vous préférez (et on vous le recommande !) en lisant ce qui suit. (Source: le journalducouple.com )

Un mal encore tabou

Etre sexomniaque n'est pas rose tous les jours. Parfois associée par erreur à la nymphomanie ou à l’érotomanie, cette maladie n'a pas d'origine médicale établie mais découlerait du stress, de la trop forte consommation d'alcool ou de drogues. La sexomnie peut être aussi le résultat de longues frustrations. Plus qu'un problème individuel, elle peut causer une incompréhension chez le partenaire, voire une peur.
En effet, le sexomniaque peut utiliser comme objet d'assouvissement la personne près de lui, sans s'en rendre compte ! Les sexomniaques peuvent avoir plusieurs rapports en une nuit sans en ressentir la fatigue, ce qui est bien sûr très différent pour le partenaire... La vie de couple s'en trouve perturbée. Il n'y a plus de partage, et l'incompréhension peut s'installer. Pour éviter que la situation n’empire, la sexomnie nécessite une prise en charge médicale dans un centre du sommeil ou par un thérapeute.
Isabelle Arnulf, neurologue au centre du sommeil de l'hôpital de la Salpêtrière à Paris, nous éclaire :"La sexomnie est une maladie réelle identifiée il y a une vingtaine d'années, qui peut entraîner un vrai malaise psychologique chez les patients. Elle diffère du somnambulisme par un réveil plus brutal et comporte des activités motrices réduites. Mais comme le somnambulisme, le malade dispose d'une forme de conscience onirique", précise-t-elle. Si vous êtes sexomniaque, ne vous considérez pas non plus comme un monstre, vous êtes seulement quelqu'un de plus érotisé que la moyenne, ou plus sensible : "A travers le subconscient resurgissent des évènements mal vécus de la journée ou des problèmes personnels refoulés", explique le docteur Arnulf.

Pour beaucoup de sexomniaques, ce problème psychosomatique s'est révélé au fil d'échecs sentimentaux plus ou moins répétés. C'est seulement au prix d'une thérapie ciblée que les personnes atteintes arrivent à se départir du problème et surtout à rassurer leur conjoint. Stéphane, 24 ans et sexomniaque, déclare l’annoncer toujours au préalable à ses partenaires, suite à de nombreuses ruptures dues à ce phénomène, mais aussi pour en finir avec le célibat. "Après la surprise vient le moment de l'adaptation ; même en étant suivi médicalement, je ne garantis rien alors, si jamais un «incident» arrive durant la nuit... ça passe ou ça casse, constate-t-il. Il faut me prendre tel que je suis, j'ai longtemps évité les rencontres à cause de ce problème."
Pour les femmes aussi, ce trouble peut s'avérer gênant : certes, leurs partenaires peuvent trouver d’abord un «attrait» à se faire réveiller en pleine nuit par une compagne endormie, mais ils peuvent s'en effrayer par la suite. Etre insatiable de façon répétée chaque nuit peut comporter des avantages, mais pour le partenaire, quoi de plus vexant que d’avoir le sentiment d’être « utilisé » et de se réveiller au côté d'un(e) amnésique?
Certaines femmes dont le partenaire est sexomniaque peuvent mal vivre la situation, mais n'osent pas forcément recourir à un spécialiste. Chantal, 42 ans, avoue ne pas pouvoir forcer son mari à suivre une thérapie:"Il ne me parle pas de sa vie sexuelle alors il ne le fera sûrement pas devant un tiers. Je souffre surtout du manque de tendresse lorsqu'il agit en dormant. Il me parle crûment, m'empoigne violemment... j'ai été jusqu'à le gifler pour le réveiller". Une situation dont son conjoint n'a plus aucun souvenir le lendemain : "Il s'excuse et me dit qu'il ne se rappelle de rien, je ne peux pas lui en vouloir", conclut Chantal.

Comment se soigner

Si les accès de sexomnie sont occasionnels, c'est plutôt inoffensif mais s’ils deviennent réguliers, il vaut mieux consulter.
Il existe plusieurs moyens de mettre un terme à cette maladie. N'essayez pas de solutionner votre sexomnie ou celle de votre conjoint seul(e). Il est indispensable d'en parler à un spécialiste. Tournez-vous vers des centres adaptés comme le Centre du Sommeil et de la Vigilance de l'Hôtel Dieu de Paris, vous ferez l'objet d'une étude spécialisée. Plusieurs mois peuvent néanmoins s'écouler entre la prise de contact et la consultation en elle-même, alors armez-vous de patience, et surtout dialoguez avec votre partenaire… Se lier les mains ou s'assommer de somnifères n'est pas très indiqué ! Il est préférable de parler de vos soucis, de vos sources de stress, de vos inquiétudes, des fantasmes ou envies que vous n’avez pas osé exprimer jusqu’ici : c’est déjà un premier pas vers la résolution de ce problème, en attendant d’avoir l’avis d’un spécialiste. Un site avec de nombreuses adresses de cliniques en France vous permettra de trouver l'aide qui vous correspond: www.e-sommeil.com. "Lorsque l'on est en couple il est important de ne pas considérer la sexomnie comme une perversion, rapporte Isabelle Arnulf. Il faut soutenir son conjoint et chercher avec lui des issues. Par exemple l'hypnose ou l'acupuncture peuvent à terme apporter la relaxation. Mais ce n'est qu'une solution temporaire car le stress est un facteur important, certes, mais ce n'est que la partie émergé de l'iceberg".
Attention, les traitements contre les désordres du sommeil, comme les tranquillisants, ou contre la dépression comme le Valium, accentuent le risque de sexomnie. Le meilleur recours est vraiment de vous tourner vers un psychologue pour vous aider à mettre un terme aux tracas du quotidien, aux idées refoulées ou au stress. (Source: le journalducouple.com )

18:55 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexomnie

Mettre l'odeur du sexe en flacon...

Saviez-vous que dans les parfums pour homme, afin de leur donner une note animale, on trouve de la civette, une odeur fécale? Il y a quelque chose de sale dans la sexualité et c’est justement cela, peut-être, qui donne au désir toute sa puissance. Nous aimons, au-delà du bien et du mal, des parfums mêlés de puanteur. (Source: blog les 400 culs de Libération

Rituellement, les amoureux échangent un vêtement lorsqu’ils se séparent. Un T-shirt longtemps porté, par exemple, imprégné de l’odeur bien-aimée, mélange de sueur, d’excrétions et de toutes sortes d’autres choses impalpables… Imaginez qu’il soit possible de créer un parfum qui soit exactement celui de votre amoureux(se). Vous n’auriez alors plus à porter un T-shirt, mais directement son odeur sur votre peau, afin de vous sentir unis à nouveau… Pour Hervé Mathieu, dirigeant de la société Fragrance Forward, c’est possible. “On utilise pour cela une technologie nommée le Head Space, inventée dans les années 70 et largement utilisée depuis la fin des années 80."

"L’objet dont on veut reproduire l’odeur est placé dans un récipient de verre adapté à sa forme, pour éviter tout risque de meurtrissures. Un micro-capteur, placé à l'intérieur du récipient, absorbe pendant plusieurs heures l'air autour de celui-ci. L'échantillon ainsi obtenu est ensuite étudié par une technique qu’on appelle chromatographie en phase gazeuse pour séparer les différentes molécules les unes des autres, ainsi que par spectrographie de masse pour savoir la proportion (poids moléculaire) de chacune dans l'échantillon total. Ensuite, l’humain intervient et identifie, grâce à des bases de données et à son nez, les multiples composants des odeurs.” Rien qu’une fleur peut émettre 400 molécules olfactives différentes. Imaginez ce qu’une peau humaine peut produire, surtout si l’on tient compte des activités auxquelles on s’est livré avant l’analyse… Imaginez maintenant qu’on puisse reproduire l’odeur d’une femme (d’un homme) qui vient de faire l’amour.

Avec cette technique, les parfumeurs peuvent, virtuellement, reproduire toutes les odeurs existantes, explique Hervé Mathieu. L’odeur de corps qui ont fait l’amour est sans doute possible à capturer, si l’on nuance cela par le fait qu’il n’y a sans doute pas deux odeurs semblables au cours de toute une vie amoureuse… C’est un parfum qui va naître de la combinaison de deux odeurs très personnelles, intimes, faites de l’odeur de la peau, du sexe, de la sueur, de la salive, de l’état d’excitation, qui vont s’associer ensemble. Le parfum va aussi être différent en fonction de l’heure du jour où l’on a fait l’amour, de ce qu’on a mangé, fumé ou bu avant ou pendant, sans parler des caresses qu’on a échangées ou, bien sûr, du cycle menstruel de la femme! Les combinaisons sont donc innombrables, et sans doute uniques à chaque fois. Ce pourrait être une sorte de «carte d’identité» amoureuse, unique comme une empreinte digitale et au code changeant comme par un logiciel de chiffrage numérique.

Comme beaucoup de parfumeurs, Hervé Mathieu s’intéresse de près à cette senteur un peu bestiale qui détermine parfois les coups de foudre… ou les ruptures. Quand deux personnes ne sont pas appariées, elles évoquent souvent cette sensation désagréable des peaux qui collent la nuit. Les odeurs et les températures de peau ne sont pas forcément compatibles, ce qui fait parfois dire d'une personne qu'on "ne la sent pas". A l’inverse, lorsque deux personnes s’entendent bien… s’enivrant de la réaction chimique et olfactive de leurs étreintes, elles semblent vouloir “marquer” l’autre à la façon des chiens, se l’approprier en se frottant à elle (lui) jusqu’à ne plus parvenir à distinguer son odeur de la sienne… C’est peut-être ça l’amour, finalement? Une manière de “se sentir” chez soi, en l’autre. “J'aime cette thèse, j'y crois assez, avoue Hervé Mathieu. Une des femmes que j’ai aimé faisait 2 choses: elle me léchait la paume des mains (comme un felin lèche les plaques de sel) et elle se frottait fort les joues contre ma barbe pour que sa peau en soit rougie, voire marquée de petites taches de sang, de griffures. Personnellement j'adore découvrir sous mes ongles l'odeur du sexe, elle y reste longtemps...".

Autant de petites façons de garder l'autre par l'odeur, par l'intime. Marquer son territoire comme le font les chats? "Pourquoi pas, répond Hervé Mathieu. Je ne pense pas qu'on puisse concevoir l'amour sans vouloir, à un degré ou un autre, s'approprier l'autre. Le baiser comme une sorte de cannibalisme avorté, le toucher pour garder l'odeur de la peau de l'autre, le fouissement du nez ou du visage entre les cuisses, le parfum du vêtement, l'odeur du drap ou de l'oreiller… Après tout, on parle bien des «capteurs»…”. Hervé Mathieu crée des parfums clés en main non seulement pour les marques de luxe mais pour des architectes, de riches Emirati ou des artistes. Le site pro de sa marque s’intitule “respirer – voir – toucher”. C’est dire s’il accorde au nez un rôle essentiel dans la vie. Il a en tête un projet qui devrait bientôt faire parler de lui. A suivre, donc.

26/03/2010

Comment faire l’amour partout dans le monde ?

En matière d’amour et de sexualité, les Françaises et les Français dégagent souvent un petit truc indéfinissable que les étrangers adorent. Au Japon, il existe une fascination récurrente pour les très jeunes filles. Aux Etats-Unis, les filles aux gros seins – et même aux très gros seins – ont toujours eu la cote. D’accord, mais pourquoi ? (Source: masculin.com)

France, Etats-Unis et Japon pour commencer
Question de culture, de mentalité. C’est en tout cas ce que s’attachent à montrer les auteurs de la collection « Faire l’amour dans le monde », parue aux Editions Aubanel Ces petits ouvrages permettent d’en apprendre plus sur le rapport actuel des hommes et des femmes à leur sexualité. Pour ouvrir cette collection, Catsig, Frédéric Ploton et Jean-Manuel Traimond se sont ainsi respectivement penchés sur la sexualité des Français, des Japonais et des Américains.

Quand sexe et culture ne font qu'un
Ludiques et très sérieux, ces livres évoquent la sexualité sous toutes les coutures : critères de beautés, tabous, fantasmes, manières de séduire… Les auteurs ne manquent pas de délivrer quelques petites astuces – ces petites phrases auxquelles les demoiselles ne peuvent résister quand vous les abordez… –, démontrant ainsi que sexe et culture ne sont absolument pas opposés. Bien au contraire.

« Faire l’amour en France » - Catsig
« Faire l’amour aux Etats-Unis » - Jean-Manuel Traimond
« Faire l’amour au Japon » - Frédéric Ploton
Collection parue aux éditions Aubanel

Prix : 12 euros

Du sexe halal aux Pays-Bas

El Asira, le premier sex-shop halal (licite pour les musulmans) des Pays-Bas, va être lancé par Abdelaziz Aouragh, un Néerlando-Marocain de 29 ans, musulman pratiquant. Cette boutique virtuelle, qui n’existera que sur Internet, proposera des capsules «Pure Power» pour hommes, des «stimulants sensuels» et des lubrifiants «bio» à base de beurre de cacao. Le sex-shop ne comportera cependant aucune image pornographique, conformément aux avis des religieux consultés avant de lancer l’entreprise. Un cheikh saoudien a donné sa bénédiction, à condition que les produits soient utilisés dans le cadre du mariage.

25/03/2010

Sexe : la chirurgie des lèvres

La chirurgie plastique des petites lèvres est en plein essor. Une étude américaine réalisée en 2008 montre que, pour 37 % des femmes (moyenne d'âge 35,7 ans), les motifs étaient purement esthétiques. Parmi elles, 6,9 % ont avoué avoir cédé à l'influence de leur partenaire.

Le principal « défaut » à corriger ? Raccourcir les lèvres, ce qui redonne tonus, fermeté et… jeunesse au sexe féminin. Car il n'y a pas que le visage, les seins, le ventre, les fesses et les cuisses qui doivent être juvéniles pour attirer et conserver les ardeurs mâles, il y a aussi la vulve. A quand la langue, la rate ou les amygdales ? (Source: femina.fr)

Source : John R. Miklos, MD, and Robert D. Moore, DO., « Labiaplasty of the Labia Minora : Patients’Indications for Pursuing Surgery », in The Journal of Sexual Medicine, 2008, 5, 1492-1495.

Un sperme de bonne qualité serait plus important pour les hommes qu'une carrière

Avoir un sperme de bonne qualité serait plus important pour les hommes qu'une carrière réussie ou que leur popularité auprès des femmes. C'est du moins ce que prétendent les résultats d'un sondage britannique révélés aujourd'hui.

L’enquête financée par la National gamete donation trust, une fondation qui encourage la gent masculine au don de sperme, a été réalisée auprès de 3.000 hommes. Ceux-ci devaient définir les différentes priorités de leur existence.

Sur les deux premières marches du podium, les participants ont respectivement placé "s’installer avec sa partenaire" puis, "acquérir un bien immobilier". Surprise : "avoir un sperme performant et de bonne qualité" arrive juste après, en troisième position. "Réussir sa carrière" n'arrive qu'ensuite, en quatrième position, suivi de "posséder une apparence physique agréable". Les hommes ont majoritairement placé les performances sportives et la possession d’une belle voiture en sixième position. Ils estiment cependant qu’être populaire auprès des femmes fait partie des aspects les moins importants de leur existence : cette qualité se retrouve donc en septième et dernière position.

Deuxième constat : alors que 13% des hommes estiment que la qualité de leur sperme est leur principale priorité, 91% sous-estiment le nombre de couples subissant l'infertilité au Royaume-Uni. Ces derniers seraient pourtant un sixième à rencontrer des problèmes pour avoir un enfant. "Au Royaume-Uni, à cause de l'infertilité ou de maladies génétiques, il y a des centaines de couples qui ont besoin d'un donateur de sperme pour les aider à concevoir l'enfant dont ils ont tant envie" explique Laura Witjens, la présidente de la National Gamete Donation Trust.

La fondation à l’origine de l’enquête a récemment lancé une campagne nommée "Have you got the balls ?", littéralement "Avez-vous les boules ?" afin de sensibiliser les hommes à la pénurie nationale de sperme de qualité. Elle espère ainsi les inciter au don et répondre à la demande des centaines de couples qui souhaitent devenir parents.

24/03/2010

Le rouge à lèvres de l'amour !

Un nouveau rouge à lèvres à la composition unique permettrait de révéler quand les femmes sont d'humeur à faire l'amour, en changeant de couleur.

Le rouge à lèvres, une fois posé sur les lèvres d'une femme, passerait ainsi de la transparence au cramoisi profond, en fonction de l'humeur de la porteuse à faire l'amour ou non.

Ainsi, plus la couleur ressortirait, plus l'utilisatrice serait tentée par la sexualité. Cela serait dû à une réaction chimique provoquée par le corps féminin. Chaque tube de rouge à lèvres est vendu 12 livres soit 13.50 euros.Le produit a été mis au point aux États-Unis et le porte-parole de la marque explique : "Les couleurs changent en fonction de votre état émotif". Si certains voient en ce produit l'arme ultime pour savoir comment va se terminer un rendez-vous, d'autres préconisent le port de ce rouge à lèvres de façon exceptionnelle, afin que tous les hommes ne sachent pas, rien qu'en regardant les lèvres d'une femme, ce dont elle a envie ou non.

22/03/2010

90% des couples vivaient une baisse de leur bonheur conjugal dès la naissance de leur premier enfant

 

L'enquête américaine, réalisée par l'université de Denver, avait en effet observé que 90% des couples vivaient une baisse de leur bonheur conjugal dès la naissance de leur premier enfant

On ne sera donc pas étonné d'apprendre que les parents de jumeaux ont une vie amoureuse encore plus sur le fil !

Une étude britannique menée par l'université de Birmingham et rapportée par le Guardian révèle qu'un tiers de parents de jumeaux (ou de triplés) se séparent, contre moins d'un quart pour les parents d'enfant unique.

La première année qui suit l'arrivée des deux bébés serait particulièrement éprouvante pour le couple. Mais plus étonnant, c'est le facteur financier qui conduirait davantage à la rupture.

En effet, les mamans de jumeaux sont 20% de plus à ne pas retourner travailler après la naissance de leurs bambins, ce qui provoque une perte de revenus supplémentaire pour la famille.

Source : www.grazia.fr

21/03/2010

LES FILLES PLUS ACTIVES SEXUELLEMENT QUE DANS LES SIXTIES !

 

« Faites l’amour, pas la guerre » : ce slogan de la fin des années 60 semble davantage mis en pratique aujourd’hui qu’à l’époque. D’après une étude réalisée au Royaume-Uni pour le compte de LLoyds Pharmacy auprès de 3000 femmes, les filles des années 2000 sont trois fois plus actives sexuellement que leurs aînées des années 60. Bien que ces dernières puissent se targuer d’avoir été les porte-drapeaux de la libération sexuelle, elles n’avaient connu en moyenne, à 24 ans, que 1,67 partenaire en moyenne. Aujourd’hui, au même âge, les filles assurent avoir déjà eu 5,65 partenaires différents, et près de 10% d'entre elles affirment en avoir connu plus de dix. Et si la génération peace and love était celle-ci ? Notons quand même que l’évolution des mœurs ces cinquante dernières années a beaucoup joué, mais il est aussi intéressant de constater que l’épidémie de Sida, apparue entre temps, ne semble pas avoir freiné la libération sexuelle des femmes. Une bonne nouvelle si bien sûr on n’oublie pas de sortir couvert

20/03/2010

Sexe: moins de maladie

 

Les relations sexuelles améliorent la vue, réduisent les risques de maladies cardio-vasculaires et de cancers, renforcent le système immunitaire et agissent comme un formidable déstressant. Trois rapports amoureux par semaine rallongeraient la durée de vie de dix ans, cinq orgasmes par semaine réduiraient pour l'homme les risques de cancer de la prostate de 30% et, chez la femme, une vie sexuelle épanouissante ferait chuter dans certaines conditions le taux de cancer du sein.

19/03/2010

Les personnes mariées sont plus souvent obèses que les célibataires

 

Les hommes et les femmes mariés ont deux fois plus de chances de devenir obèses que les personnes qui restent célibataires, selon une étude grecque publiée vendredi.

Selon l'étude, qui a été publiée dans le quotidien grec Kathimerini et qui devait être présentée à une conférence sur l'obésité à Athènes, l'obésité abdominale ou la graisse située au niveau du ventre est un problème majeur parmi les gens mariés.

Dimitris Kiortsis, le président de l'association hellénique de l'obésité, a rappelé qu'"une mauvaise nutrition et un manque d'exercice étaient principalement responsables de ce phénomène".

L'enquête, menée auprès de 17.341 Grecs âgés entre 20 et 70 ans, montre que les hommes mariés ont trois fois plus de chances de souffrir de cette forme d'obésité que leur homologue célibataire.

Les femmes mariées ont quant à elle deux fois plus de chances de souffrir d'obésité abdominale en comparaison avec les femmes célibataires.

18/03/2010

Un être sans sexe !

Un(e) Australien(ne) ayant subi en 1983 une opération pour changer de sexe - et qui avait décidé de vivre sans genre sexuel défini - a reçu des papiers d'identité sans indication sexuelle. "Sexe non spécifié" est la mention qui figure désormais sur le document délivré par l'Etat australien du New South Wales.

Norrie May-Welby, un(e) habitant(e) de Sydney de 48 ans, était mercredi très enthousiaste. "Ce n'est qu'un morceau de papier, mais ça fait un monde de différence", a-t-il/elle déclaré au Sydney Observer. "Cela signifie que lorsque j'aurai des papiers à remplir et que quelqu'un me demandera 'êtes-vous un homme ou une femme? ', je pourrai répondre 'aucun des deux, voici un document qui l'atteste, merci d'en convenir".

Norrie May-Welby a dû fournir des éléments pour obtenir ces documents d'identité sans indication sexuelle. Il/elle a dû présenter des documents rédigés par des médecins qui attestent qu'il/elle ne pouvait être catalogué comme homme ou femme et qu'il/elle devait être considéré comme dépourvu de genre sexuel. Norrie May-Welby a arrêté son traitement hormonal peu après l'opération qu'il/elle a subie à 21 ans. Il/elle trouvait que cette opération ne lui avait pas apporté ce qu'il/elle en espérait.

17/03/2010

Quand la maman des poissons est un papa

Chez les Syngnathus scovelli, un petit poisson des mers chaudes, le mâle assure la gestation des oeufs et sélectionne sa progéniture en choisissant les oeufs des femelles les plus grandes, selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature. Chez ces poissons des fonds marins des mers chaudes qui mesurent de 10 à 12 centimètres, les mâles se débarrassent souvent des oeufs reçus pendant un accouplement avec une femelle de petite taille, apparemment dans le but d'économiser leurs forces pour les oeufs d'une autre offrant de meilleures chances de survie.
Comme chez les hippocampes, les oeufs couvés sont placés dans une poche où ils seront nourris et pourront se développer.
"Au bout du compte, si le mâle aime la maman, les enfants seront mieux traités", observe dans un communiqué de l'université A&M du Texas Kimberley Paczolt, l'un des deux auteurs de l'étude.
Les arbitrages pour sélectionner une descendance ayant de meilleures chances de survie sont monnaie courante dans le règne animal, mais c'est la première fois qu'ils sont observés après l'accouplement chez une espèce où le mâle est "enceint".
Les chercheurs restent pour l'instant perplexes sur la signification de cette découverte. "Nous ne comprenons pas bien pourquoi il en est ainsi", observe Mme Paczolt.

16/03/2010

Les femmes sous contraceptifs pourraient vivre plus longtemps, selon une étude

Des femmes prenant la pilule contraceptive depuis la fin des annés 60 ont vécu plus longtemps que celles qui n'avaient jamais été sous pilule, selon une nouvelle étude publiée vendredi dans le British Medical Journal (BMJ).

Des chercheurs britanniques ont étudié plus de 46.000 femmes pendant près de quatre décennies, depuis 1968, et ont comparé le nombre de décès de femmes prenant la pilule à ceux de femmes ne l'ayant jamais prise.

Dans cette étude, les femmes sous contraceptif oral le prenaient pendant près de quatre ans. Les experts ont conclu que la pilule réduisait la mortalité par cancer intestinal de 38% et de 12% pour ce qui est des autres maladies.

Les médecins ne savent pas exactement pourquoi la pilule réduitait la mortalité. Elles continuent des hormones de synthèse qui suppriment l'ovulation, ce qui pourrait jouer un rôle dans la prévention de certaines maladies.

Des études préalables avaient déjà montré que la pilule n'augmente pas la mortalité. Elle pourrait aussi protéger contre le cancer des ovaires et de l'endomètre, mais en revanche légèrement accroître les risques de cancer du sein et du col de l'utérus.

"De nombreuses femmes, notamment celles qui ont eu recours à la première génération de contraceptifs oraux il y a de nombreuses années, seront sans doute rassurées par nos résultats", a estimé Philip Hannaford de l'Université écossaise d'Aberdeen, auteur principal de l'étude.

"A long terme, les bénéfices en matière de santé de la pilule contraceptive sont plus importants que tous les risques", a renchéri pour sa part Richard Anderson, gynécologue de l'Université d'Edimbourg, qui n'a pas participé à l'étude. Il a jugé en revanche que ces résultats ne pouvaient pas être projetés sur les femmes utilisant les contraceptifs actuels, susceptibles d'entraîner des risques différents des produits antérieurs. Et le facteur risque évolue certainement en fonction de la durée sous traitement contraceptif.

Les dangers et avantages de la pilule contraceptive peuvent en outre varier considérablement d'un pays à l'autre, en fonction de la manière dont elle est utilisée, et en fonction de l'état de santé général particulier à chaque patiente, notent les auteurs de l'étude. (source: AP)

Sur le Net: http://www.bmj.com

Les relations sexuelles dans l'espace seraient inévitables

 

Que ce soit lors des missions spatiales ou pour une nuit de noces hors du commun, l’espace semble être un lieu insolite pour avoir des relations sexuelles. Et pourtant : d'après les experts, le cosmos n'échappera pas à l'union charnelle des êtres.

La semaine dernière, la firme japonaise First Avantage et la société privée américaine de voyages dans l’espace Rocketplane Global annonçaient qu’il était maintenant possible d’envoyer Monsieur et Madame au septième ciel, littéralement. Les sociétés se sont en effet lancées dans l'organisation de mariages dans l'espace, pour la modique somme de 2,3 millions de dollars (240 millions de yens), nuit de noces à travers l'espace incluse.(Source: http://www.maxisciences.com )
Mais les jeunes mariés fortunés pourraient bientôt ne plus être les seuls à entretenir ce type de relation hors de la Terre : les astronautes aussi. Contraints à la proximité durant de longues périodes, ils s’adonneraient en effet à des pratiques assez peu professionnelles. La Nasa tend plutôt à éviter le sujet…
Pourtant d’après les analystes, ce phénomène est presque inévitable. D’autres situations semblables, sur Terre cette fois, ont montré que même les grands chercheurs ne pouvaient pas se passer de ce besoin physiologique.
A la station McMurdo au pôle sud, par exemple, 200 chercheurs étaient isolés durant toute une année. Le mois dernier, la base de recherche a reçu 16.500 préservatifs. Sans doute de quoi combler les 6 mois d’obscurité à venir sur la station de l’Antarctique.
Pour Lawrence Palinkas, professeur d'anthropologie et de médecine préventive à UCLA, "il y a certainement eu des relations sexuelles dans les stations de recherche polaire, en tout cas un contact sexuel, entre les hommes et les femmes." Il ajoute que "sur une mission de trois années pour Mars, il existe également une possibilité, bien que la Nasa ait déjà essayé de minimiser l'importance du besoin lors de missions aussi longues."

Nicole Cloutier-Lemasters, porte-parole de la Nasa, a affirmé que les chercheurs "sont orientés uniquement vers la mission et sont très concentrés sur les tâches qu’ils doivent accomplir". 

Pour Jason Kring, de l’Université aéronautique d’Embry-Riddle en Floride, "la sexualité humaine est l'un des besoins élémentaires". "Si vous commencez à leur dire : 'Et durant trois ans, vous ne pouvez pas avoir de rapports', ils vont trouver le moyen d’en avoir" a-t-il suggéré.

"Aucune recherche n’est conduite pour savoir si le sexe dans l'espace est une bonne ou une mauvaise chose", affirme Palinkas. Il ajoute cependant que c'est "un fait probablement inévitable."

Dans le livre de Laura Woodmansee, Sexe dans l'Espace, l’auteure décrit plusieurs positions qui pourraient être travaillées à bord des navettes. Elle imagine également que certains accessoires pourraient être utilisés, comme une ceinture élastique permettant aux partenaires de se rejoindre ou des longes qui maintiendraient l’un des deux à une structure ferme.
Un peu de lecture pour les astronautes et les futurs mariés au porte-monnaie bien rempli qui souhaiteraient, durant leurs prochains voyages, tester les acrobaties de ce Kâmasûtra nouvelle génération. (Source: http://www.maxisciences.com )

15/03/2010

Les hommes fidèles auraient un QI plus élevé que les infidèles

Londres, Grande-Bretagne - Une étude britannique aurait démontré que les hommes fidèles seraient plus intelligents que ceux qui trompent leur partenaire. Selon le Dr Satoshi Kanazawa, l'étude montrerait un lien fort entre monogamie et intelligence. Cette recherche a été basée sur deux enquêtes américaines reliant le quotient intellectuel et les attitudes sociales. "Les analyses empiriques montrent que plus les hommes sont intelligents plus ils respecteront la monogamie et l'exclusivité sexuelle contrairement à ceux moins intelligents", explique le Dr Kanazawa. L'exclusivité sexuelle serait une sorte d'évolution sociale de l'homme ce qui démontrerait son intelligence et son aptitude à s'adapter au changement. L'étude n'a toutefois pas pu obtenir de résultats concrets concernant le quotient intellectuel des femmes et la fidélité.

14/03/2010

Une clinique de fertilité britannique offre un ovule à gagner

 

La clinique de fertilité britannique Bridge Centre propose à ses clientes un concours avec un ovule à gagner, afin de promouvoir ses services qui permettent de sélectionner "le profil" d'un futur bébé, a indiqué l'établissement dimanche. La gagnante pourra choisir un ovule en fonction des caractéristiques raciales, du milieu d'origine ou de l'éducation de la donneuse, contournant de facto la législation britannique, indique l'hebdomadaire britannique Sunday Times dimanche.

Les femmes intéressées par une insémination in vitro d'un ovule d'une donneuse américaine sélectionnée sont invitée à se rendre à un séminaire à Londres organisé par la clinique américaine GIVF de Fairfax en Virginie, partenaire du Bridge Centre.

La gagnante bénéficiera d'une fécondation aux Etats-Unis, d'une valeur de 13.000 livres (14.300 euros), a confirmé la clinique à l'AFP.

La vente pour le profit d'ovules est interdite en Grande-Bretagne, ce qui rend les dons très rares. Les donneuses doivent par ailleurs pouvoir être identifiées et contactées quand l'enfant issu de leur ovule atteint 18 ans.

La loi américaine permet en revanche aux femmes de vendre leurs ovules, ce qui peut leur rapporter jusqu'à 10.000 dollars si leurs caractéristiques sont jugées bonnes.

Les ovules sont fournis à la clinique américaine GIVF par des donneuses américaines entre 19 et 32 ans, qui ont toutes eu une éducation supérieure. Les fumeuses et les femmes ayant des problèmes de poids ne sont pas admises.

Perturbation de la libido

L'alimentation peut jouer un rôle dans la libido et l'infertilité. En effet, diverses substances chimiques tels les pesticides, insecticides qui sont souvent stockés sur les aliments ont été décelés comme des perturbateurs endoctriniens.

Le bio pour une bonne libido

Seuls les fruits et les légumes bio garantissent de ne pas contenir des substitus de pesticides. Pour les produits de l'agriculture classique, la plupart d'entre eux contiennent des résidus et souvent au dessus des limites autorisées. Les céréales sont elles largement touchées par les insecticides de stockage. Il est utile de concommer 5 vraies portions de fruits et légumes par jour. D'y ajouter les fruits secs 4 à 5 par jour.

Le plastique nuit à la libido

Il est recommandé de ne pas consommer de produits conservés dans des emballages plastiques. En effet, ils contiennent des substances perturbatrices tels que les xénoestrogènes.

Pour une bonne libido, éliminez....

les sodas, l'alcool, les desserts lactés, les pains industriels, les plats industriels, les plats panés, le soja et diminuez les doses de sel.

Pour une bonne libido, mangez...

Régulièrement du poisson, des viandes maigres, buvez de l'eau et surtout des boissons à base de thé.

(Source: topsanté et En savoir plus: Mon ordonnance alimentaire/ Laurent Chevallier/ LLL Editions)

13/03/2010

Une femme accouche quatre heures après avoir appris sa grossesse

Agée de 21 ans, Belinda Waite, souffrait de douleurs au ventre depuis neuf mois. Ses médecins en avaient conclu qu'elle souffrait du syndrome du colon irritable. En réalité la jeune femme était enceinte, peut-on lire sur yahoo.fr.

 

"J'avais l'impression que quelque chose bougeait à l'intérieur de mon corps ces derniers mois, mais je ne pensais pas être enceinte et cela n'a d'ailleurs pas non plus frôlé l'esprit des médecins" raconte la jeune femme. Lorsque, le 6 février dernier, la jeune femme s'est à nouveau rendue à l'hôpital, elle a appris qu'elle était enceinte de trois mois. Elle est alors retournée chez elle et, quatre heures plus tard, aidée par la mère de son petit ami, elle a donné laissance à Louise! Elle était en réalité au terme de sa grossesse. L'effet de choc passé, le couple a affirmé se réjouir de l'arrivée inattendue de leur petite Louise.

12/03/2010

Les hommes flamands se rasent plus les parties génitales que les Wallons

Dix-sept pour cent des hommes flamands se rasent les parties génitales alors qu'ils ne sont que 10 pc à le faire en Wallonie, selon une enquête de la chaîne de magasins cosmétiques Kruidvat. Par contre, les hommes wallons sont plus nombreux (21 pc) que les Flamands (13 pc) à se raser les aisselles. Kruidvat Belgique a mené une enquête sur les rituels de soins chez l'homme, auprès de 1.391 personnes. Les femmes ont également été interrogées sur les comportements de leur compagnon en matière de soin.
L'enquête de Kruidvat révèle également que 13 pc des femmes pensent que leur compagnon emprunte leur sèche-cheveux en cachette. En Wallonie, 35 pc des femmes utilisent le rasoir de leur homme en cachette.
Il apparaît également que l'homme belge déteste plus que tout chez sa partenaire sa mauvaise haleine (26 pc en Wallonie, 30 pc en Flandre), sa transpiration (24 pc en Wallonie, 21 pc en Flandre) et sa pilosité excessive (15 pc en Wallonie et en Flandre). Interrogées à leur tour sur ce qui les agace le plus chez leur compagnon, les femmes ont livré ce même top 3.
Enfin, les hommes estiment que les yeux de leur compagne sont leur principal atout, tant en Flandre qu'en Wallonie. Le sourire arrive, lui, en deuxième position.

10/03/2010

Sexe: les hommes plus souvent actifs que les femmes avec l'âge

Les hommes ont deux fois plus de chances que les femmes d'être sexuellement actifs à des âges avancés, mais, quel que soit le sexe, être en bonne santé est déterminant pour le bien être sexuel une fois ces âges venus, selon une étude publiée mercredi par le British Medical Journal (BMJ). Se fondant sur deux enquêtes auprès de la population américaine, l'étude montre que le fossé, qui se creuse avec l'âge, est nettement plus profond parmi les 75-85 ans. Près de quatre hommes sur dix dans cette tranche d'âge se disent sexuellement actifs contre moins de deux femmes sur dix (17%).
Une enquête (1995-1996) portait sur quelque 3.000 personnes de 25 à 74 ans et l'autre (2005-2006) sur un nombre équivalent de gens âgés de 57 à 85 ans. La vaste majorité (95 à 97,8%) se définit comme hétérosexuelle.
A 55 ans, les hommes ont encore en moyenne près de 15 années de vie sexuelle contre dix ans et demi pour les femmes.
Parmi les 75-85 ans, 41,2% des hommes se disent intéressés par le sexe contre 11,4% des femmes.
Quasiment les trois quarts des hommes, dans tous les groupes d'âge, indiquent avoir une partenaire. Alors que cette proportion tombe à moins de quatre sur dix (38,5%) chez les femmes de 75 ans et plus.
L'activité sexuelle correspondait à au moins un rapport dans les six mois (1ère enquête) et un dans les 12 mois précédents (2e enquête).

09/03/2010

Les orang outangs femelles ne s'intéressent pas aux comportements machos

Les orang outangs femelles ne se laissent apparemment pas éblouir par le comportement macho de leurs congénères masculins, ont découvert à Borneo des chercheurs capables de déchiffrer des cris particuliers dans le langage des singes. Les singes femelles savent apparemment quand les mâles font des avances ou quand ils veulent tenir un rival à l'écart, rapportent Carel von Chaik et son équipe de l'Université de Zürich dans la revue Ethology.

Les chercheurs ont suivi les jeunes mâles Niko, Kentung et Fugit dans la réserve naturelle Tuanan à Borneo. Ils ont analysé la fréquence particulière des sons produits uniquement par les jeunes mâles pubères. Leurs hurlements sonores sont constitués d'une série de cris et de grognements sonores audibles à un kilomètres à la ronde même dans la jungle. Ces hurlements ne visent cependant pas seulement à attirer de futures partenaires, selon les chercheurs.

Il semble, en effet, que leurs hurlements servent également à signaler leur présence afin d'écarter les concurrents.

Les femelles orang outangs semblent bien faire la différence dans la gamme des mâles hurlements. Lorsqu'ils sont destinés à les attirer, elles s'approchent des mâles mais lorsqu'ils visent à éloigner les concurrents, elles ignorent les vocalises de leurs mâles.

08/03/2010

Les femmes Belges ont connu en moyenne presque 7 partenaires

Les comportements et habitudes des femmes en matière de sexualité ont été étudiés. Les femmes interrogées semblent privilégier les relations stables. Elles ont connu en moyenne presque 7 partenaires. Plus de la moitié de l’échantillon est sexuellement active au moins une fois par semaine.

 

 

La pilule en tête

La pilule reste de loin le premier moyen contraceptif utilisé (55% dont 78% chez les jeunes de 20 à 30 ans, 56% des femmes de 20 à 29 ans, 45% des femmes de 40 à 55 ans). 11% des femmes n’utilisent pas de moyen contraceptif. En moyenne, les femmes ont déjà essayé 2 moyens contraceptifs (notamment le préservatif !).

 

Contraception : un an de risque ?

En moyenne, les femmes ont utilisé un moyen contraceptif pour la première fois à l’âge de 17 ans et demi (15 ans et demi chez les 14-19 ans contre 18,4 ans chez les 40-55 ans). Il faut mettre en relation ces chiffres avec l’âge déclaré du premier rapport sexuel qui lui est de 16,6 ans chez les femmes de 15 à 29 ans (enquête « Jeunes : Amour, Sexe et Respect », Mutualité Socialiste, déc 2009).

Quatre-vingt-huit pc des femmes estiment que la contraception a joué un rôle majeur pour la liberté des femmes, ressort-il d'une étude de la Mutualité socialiste sur la contraception, présentée à l'occasion de la journée internationale de la femme. Une grosse majorité des 818 femmes francophones, de 14 à 55 ans, habitant Bruxelles et la Wallonie, interrogées dans le cadre de cette étude effectuée en collaboration avec Dedicated Research, pensent que la contraception a eu un impact très important pour la liberté des femmes, comme l'accès au travail et le droit de vote des femmes.

L'étude révèle aussi que la pilule est le moyen contraceptif le plus connu (95 pc), suivi par le stérilet (90 pc) et le préservatif masculin (84 pc). La pilule est aussi le contraceptif le plus utilisé (55 pc), devant le stérilet (16 pc) et le préservatif masculin (8 pc). Onze pc des femmes interrogées déclarent par contre ne pas utiliser de moyen contraceptif.

L'enquête a par ailleurs mis en évidence le fait que l'âge moyen de la première utilisation d'un contraceptif est de 17 ans et demi alors qu'une étude de décembre de la Mutualité Socialiste montre que le premier rapport sexuel a lieu à l'âge moyen de 16,6 ans.

   

Les avantages et les inconvénients

Les principaux avantages reconnus à la pilule sont : la régulation du cycle féminin, le fait de ne pas avoir le stress d’une grossesse « surprise », sa contribution à la liberté de la femme…

 

Le prix est le frein le plus important à l’utilisation d’un moyen contraceptif. 1 femme sur 2 trouve que les moyens contraceptifs sont trop chers. La contrainte de la prise journalière et les effets secondaires de la pilule arrivent en deuxième et troisième position des inconvénients cités. Notons que chez les jeunes filles (14-19 ans) « la peur d’en parler » monte à 41%, elles sont également plus nombreuses (50%) à estimer que la pilule fait grossir.

 

Grossesses non planifiées, contraception d’urgence et avortement

59% des femmes interrogées ont déjà donné naissance à en moyenne deux enfants. Plus d’une femme interrogée sur 3 (37%) a déclaré avoir connu une grossesse non planifiée et, dans ce cas, la pilule était utilisée par 1 personne sur 3 !

 

13% des femmes interrogées et actives sexuellement ont déjà eu recours à l’avortement, 22% à la pilule du lendemain. Pour cette dernière, la proportion monte à 40% pour les moins de 30 ans.

 

Face à ces constats, La Mutualité Socialiste agit:

-          une intervention financière élargie et étendue. Depuis le 1er janvier 2010, l’avantage contraception proposé dans le cadre de l’assurance complémentaire passe de 30€ à 40€ par an pour toutes les femmes. Quel que soit l’âge et quel que soit le moyen contraceptif utilisé, La Mutualité Socialiste rembourse 40€ par an.

-          un information adaptée :

  • vers tous les publics : les femmes, les jeunes, les personnes handicapées, les seniors
  • sur tous les sujets : amour, bien-être, contraception, prévention des IST, vie affective et sexuelle...
  • via tous les moyens : un site internet http://www.loveinrespect.be/, des actions de terrain, le Safekit, des spots vidéo, des animations dans les écoles, des consultations dans les centres de planning familial, un dépliant « Ma contraception ? », des brochures (Seniors : le sexe, c’est bon pour la santé !, L’interruption volontaire de grossesse, A comme ados…), etc.