Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/08/2010

Un site de rencontres uniquement pour les moches

 

Une célèbre règle d'Internet dit «If it exists, there is porn of it» (si ça existe, il y a un site porno de ça). Il faudra bientôt créer la règle suivante: «If it exist, there is a dating site of it» (si ça existe, il y a un site de rencontre de ça). Dans la désormais longue liste des sites de rencontres absurdes, un petit nouveau a fait son apparition en Angleterre: un site de dating exclusivement reservé aux moches. (source: slate.fr)

La déclaration d'intention d'Ugly Bug Ball se veut réaliste:

«Les rencontres sur Internet sont plus populaires que jamais avec des célibataires du monde entier qui se connectent pour trouver l'amour de leur vie. Mais n'en avez-vous pas marre de tous ces sites de rencontre cucul-la-praline qui montrent des amoureux magnifiques qui marchent main dans la main sur une plange balayée par le vent? Nous savons que cela ne marche pas comme ça. Chez Ugly Bug Ball, nous ne nous occupons que de la vraie vie. Si vous êtes l'une de ces millions de personnes qui n'aiment pas ce qu'ils voient dans le miroir, ce site est fait pour vous!»

Afin de prouver l'utilité publique du site, Ugly Bug Ball publie un graphique statistique dont on peut imaginer qu'il a été tracé au doigt mouillé:

 

Le sociologue Jean-François Amadieu arrivait lui à un taux de moches nettement plus modéré dans son ouvrage Le poids des apparences, d'après madmoizelle.com:

- extrêmement belle pour 8% des personnes,
- plus belle que la moyenne pour 17%,
- moyenne pour 50%,
- plus moche que la moyenne pour 17%,
- carrément moche pour 8%

1.500 personnes ont déjà rejoint le site ouvert depuis lundi 16 août, rapporte le quotidien anglais The Sun, qui confirme ainsi qu'il ne s'agit pas d'un canular ou d'une opération de com' virale (à moins que le journal se soit fait piéger). Le créateur du site est un multimillionaire londonien, Howard James, qui croit dur comme fer à sa mission:

«C'est triste que la moitié des Anglais soient moches et que personne n'ait jamais pensé à leur faire un site de rencontres. Ce n'est pas parce qu'on ne ressemble pas à Kate Moss ou Cheryl Cole qu'on n'a pas beaucoup d'amour à donner. Nous récupérons ces personnes et nous leur offrons une lueur d'espoir. Dans de nombreux cas, c'est leur première et unique occasion de rencontrer quelqu'un du sexe opposé.»

Afin qu'il n'y ait pas de resquillage, les inscriptions sont modérées afin de bien vérifier qu'aucune personne «belle» ou juste «OK» ne puisse s'inscrire. Seuls les vrais moches ont droit de cité.

Amusée par ce site de rencontre, la blogueuse Maïa Mazaurette réfléchit sur son blog Sexactu.com à la condition du moche:

«Dans le meilleur des cas la presse les zappe (typiquement, les magazines féminins), dans le pire des cas elle s’en moque (typiquement, la télé). C’est paradoxal parce que dans la rue, le moche est ultravisible, encore plus que quelqu’un de beau. Le moche attire le regard, la pitié, la fascination, son physique place comme un filtre ou une distance entre nous.»

25/08/2010

Le nombre de femmes stérilisées en Belgique a diminué de moitié en dix ans

Le nombre de femmes qui se sont fait stériliser a diminué de moitié entre 1999 et 2008, tombant de 11.415 à 5.767. Chez les hommes, ce chiffre est passé de 8.722 à 8.086. Sur la même période, le nombre de restaurations de la capacité à procréer a chuté de 674 à 281 chez les femmes et augmenté de 190 à 288 chez les hommes, a annoncé le magazine de santé Bodytalk sur base des chiffres de l'INAMI. D'après le gynécologue Willy Poppe, la diminution du nombre de stérilisations chez les femmes s'explique entre autres par l'élargissement de la gamme des moyens contraceptifs à long terme. De plus, "avec le vieillissement de la population, le nombre de femmes en âge de procréer a également diminué", a-t-il précisé.
L'augmentation des cas d'hommes qui ont voulu retrouver leur fertilité pourrait être la conséquence du nombre croissant de familles recomposées, selon l'urologue Frank Van der Aa (KUL). "Les hommes avec une compagne plus jeune retrouvent souvent un désir d'avoir des enfants", selon lui.
Une femme stérilisée sur 400 tombe malgré tout enceinte, selon Willy Poppe, qui ajoute que dans un cas sur quatre il s'agit de grossesses extra-utérines. Ce chiffre tombe à 1 sur 300 chez les hommes, d'après Frank Van der Aa.

23/08/2010

France: les salaires des homosexuels inférieurs à ceux des hétérosexuels

 

Les hommes homosexuels français gagnent en moyenne 6,5 % de moins dans le secteur privé que leurs collègues hétérosexuels, à responsabilité et qualification comparables, et 5,5% de moins dans le public, selon une étude publiée samedi par le quotidien Libération. Cet écart de salaires n'est qu'une moyenne "si l'on considère que tous (les homosexuels) ne sont pas +visibles+ dans l'entreprise, cela veut dire que ceux qui le sont subissent une discrimination plus importante encore", souligne Thierry Laurent, l'un des deux auteurs de l'étude.

Avec son collègue Ferhat Mihoubi, économiste comme lui au centre d'Etudes des politiques économiques (Epee) de l'université d'Evry (sud de Paris), il a basé sa recherche sur la situation de 904 individus représentatifs, appartenant à un couple de même sexe, dont 788 salariés.

"Après avoir éliminé tous les biais qui auraient pu fausser les résultats, nous arrivons à un écart de rémunérations que l'on dit +inexpliqué+", précise-t-il.

A l'inverse (des hommes homosexuels), les lesbiennes ne subiraient aucune différence de traitement et bénéficieraient même d'une légère prime (+2%).

Dans le secteur public, les gays de moins de 35 ans ne subissent aucune discrimination salariale, le recrutement s'opérant le plus souvent sous forme de concours anonyme, mais au delà de 45 ans, ils connaissent une différence de salaire encore plus importante (-13%) que dans le privé, indique l'étude.

Le code du travail français stipule qu'aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, "notamment en matière de rémunération (...) en raison de son orientation sexuelle"

Arrêter de fumer améliore la vie sexuelle

 

 

Arrêter de fumer a un impact très positif sur la vie sexuelle, selon une étude menée par une université de Hong Kong. Cette étude a révélé que 53,8% des fumeurs traités pour impuissance indiquaient que leurs problèmes s'étaient améliorés dans les six mois suivant l'arrêt de la nicotine.

Ce chiffre, comparé aux 28,1% d'hommes traités pour dysfonctionnement érectile et ayant continué à fumer, montre que ceux qui ont arrêté de fumer ont 91,5% plus de chance d'avoir une meilleure vie sexuelle.

"Les fumeurs devraient être conscients de ces effets secondaires dus à leur tabagisme et devraient arrêter maintenant pour éviter des troubles érectiles et autres maladies causées par le tabac", a commencé le professeur Lam Tai-hing, qui a participé à l'étude.

Plus de 700 hommes souffrant de troubles érectiles et âgés de 30 à 50 ans ont pris part à cette étude en trois ans, menée par l'école de santé publique de l'université.

22/08/2010

30 Belges changent de sexe chaque année

 

Quelque 30 Belges subissent chaque année une opération complète pour changer de sexe. Il s'agit dans 68% des cas d'hommes qui deviennent des femmes, rapporte samedi Het Belang van Limburg. L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes recense depuis 1993 le nombre d'opérations complètes en Belgique. En 17 ans et demi, 507 Belges ont changé de sexe, ce qui représente une moyenne d'environ 30 cas par an. "Un pic a cependant été constaté en 2008. Cette année-là, 74 personnes avaient changé de sexe", précise Hildegard Van Hove, membre de l'Institut. "Cela résulte d'une modification de la loi. Jusqu'en 2007, il fallait se présenter devant un juge pour pouvoir changer de sexe. Depuis 2008, il suffit d'aller à la commune."

Il y a beaucoup plus d'hommes que de femmes qui se font opérer. "Il s'agit d'une tendance mondiale, mais nous n'avons pas d'explication scientifique à ce phénomène", réagit Mme Van Hove.

Parmi les Belges qui ont changé de sexe, 65% étaient célibataires, 7% étaient mariés, 22% étaient divorcés et 1% était veuf. Soixante pour cent d'entre eux habitent en Flandre, 25% en Wallonie et 11% à Bruxelles.