Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/10/2011

14,5 centimètres de taille

C’est la taille moyenne officielle du sexe masculin certifiée par l’Académie nationale de chirurgie française. Selon certaines statistiques, plus de 60 % des hommes ont déjà, une fois dans leur vie, pensé avoir un zizi plus petit que la moyenne. (source: dh.be)

Et de plus en plus de mâles consulteraient un chirurgien pour une pénoplastie, une opération consistant à allonger ou à grossir le pénis. Une intervention pas toujours efficace et qui engendre des risques comme tout acte chirurgical.

Pour limiter ces demandes mais sans se prononcer sur les critères chiffrés de la normalité, l’Académie nationale de chirurgie française a décidé de publier les mensurations moyennes d’un pénis. Elle indique ainsi que “la longueur moyenne au repos d’un pénis se situe entre 9 et 9,5 cm pour atteindre, en érection, une taille comprise entre 12,8 et 14,5 cm. Quant à la circonférence, elle doit respectivement se situer entre 8,5 et 9 cm – durant le sommeil –, avant d’atteindre 10 à 10,5 cm”.

14,5 cm, c’est la taille d’un petit couteau, d’une petite brosse à cheveux ou de la largeur de cet article.

Par cette publication, les chercheurs veulent “sensibiliser le public à l’inutilité et au risque de toute chirurgie sur un pénis de dimension normale et physiologiquement actif”.

Car la grande majorité des hommes a un sexe normal. Mais selon les spécialistes, beaucoup d’entre eux mesureraient mal leur sexe qui doit être calculé à partir du pubis où il s’attache et non de la peau. Ce qui représente tout de même un ou deux centimètres de plus !

Sachez également que le stress peut influencer la taille du pénis et renforcer le complexe. Au lit, apprenez donc à être plus zen et à décomplexer. L’important n’étant pas le plaisir ?

Il existe cependant quelques cas, assez rares, de micropénis qui sont de véritables pathologies. On parle ainsi de micropénis quand le sexe en érection mesure moins de 7 cm. Des cas sont détectés très tôt (avant l’âge de 5 ans) et corrigés chirurgicalement.

Toujours autant complexé malgré ces données chiffrées ? Trichez un peu et coupez les poils du pubis plus courts : cela agrandira visuellement votre sexe

 

10:17 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, taille, homme, femme

25/10/2011

Le sexe des criquets !

A la différence des sportifs qui évitent les ébats amoureux avant une compétition, les criquets chinois sont encouragés à avoir une activité sexuelle intense avant leurs combats.


"Les criquets ont besoin de beaucoup de sexe", explique Guo Junxiong, après avoir vu un de ses insectes aux longues antennes gagner une joute dans le cadre de la saison annuelle des combats de criquets à Pékin.


"Ils doivent vivre en couple sinon le mâle ne se bat pas", explique M. Guo, qui a 60 ans.


La tradition de ces batailles d'insectes remonte à plus de 1.000 ans et reste un passe-temps populaire qui réunit chaque automne les amateurs autour de petits enclos de verre spécialement conçus.imagesbioubnk.jpg


 

Lire la suite

10:16 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, criquets

24/10/2011

Pas de sexe parce que les femmes ne sont pas contentes de leur apparence physique

Selon une étude IFOP, 9 femmes sur 10 ne seraient pas satisfaites par leur apparence physique. Mais au delà des complexes qui découlent de ce constat émerge un autre phénomène : « Désolé chéri, pas ce soir, j’ai régime ! ». (source: yahoo.fr)

On le sait, bien qu’étant les femmes européennes les plus minces, les Françaises trouvent toujours à redire aux chiffres de leur balance. 45% des femmes interrogées dans le cadre de l’étude précédemment citée avouent ne pouvoir faire l’amour que dans le noir, et une femme sur cinq confesse même garder des vêtements pendant le rapport sexuel. Récemment, c’est une étude britannique réalisée sur 4.000 personnes qui a souligné davantage le phénomène : 52% des femmes refuseraient de faire l’amour avec leur partenaire car elles ne se sentent pas bien dans leur corps. La psychologue Catherine Hood, de l’Université d’Oxford explique ces résultats : « La plupart des femmes se sentent sous pression à cause d’une vision de perfection qui n’est simplement pas réaliste », rappelant au passage que « 6% des femmes en couples admettent n’avoir des relations sexuelles avec leur partenaire que par devoir ».

On le sait, les hommes d’aujourd’hui sont également soucieux de leur apparence. Une étude de la TNS Soffres a notamment révélé que 43 % des hommes voudraient entamer un régime amincissant, 30 % avouent utiliser une crème hydratante ou un antirides et 25 % sont séduits par l’idée d’effectuer un soin en institut. Pourtant, le corps ne semble en aucun cas un obstacle au rapport sexuel. « Ma femme aime mes poignées d’amour » explique Philippe, 38 ans, « Globalement je trouve que j’ai de la chance : avec les années mon corps a changé, mais les femmes continuent de me trouver séduisant. Je crois même qu’elles me regardent plus qu’avant, il doit y avoir quelque chose de rassurant ». Cette différence, Claire Stevenin, psychologue, l’explique par des attentes différentes entre les hommes et les femmes : «Une femme va moins s’intéresser au physique de son partenaire qu’à ce qui en découle : elle va être séduite par son intelligence, son humour, ou d’autres valeurs plus subjectives ». Un constat mis en relief par une étude américaine menée par le professeur Harrison G. Pope, de l’hôpital Mc Lean dans le Massachusetts (Etats-Unis), qui a révélé que les femmes préféraient les hommes de corpulence moyenne aux hommes musclés et/ou bodybuildés.

Faire l’amour c’est accepter la nudité et l’intimité. Le regard de l’autre joue alors un rôle de véritable catalyseur de nos complexes. « Certaines femmes viennent en consultation car elles ne savent plus comment gérer l’intimité avec leur partenaire. Elles ont des subterfuges : certaines positions plutôt que d’autres, laisser la lumière éteinte, ou tout simplement fuir les échanges physiques… » explique notre psychologue. Sofia raconte : « Depuis mon accouchement, je ne parviens plus à faire l’amour. Je ne supporte pas que mon corps ait changé. Et je n’arrive pas à me sentir à l’aise devant mon mari. Je n’ai plus de désir sexuel : la seule chose à laquelle je pense c’est à perdre du poids ».

La société Atkins a mené une étude en Angleterre pour mieux appréhender le comportement des femmes vis à vis des régimes amincissants. 1790 britanniques sondées plus tard, le résultat est ahurissant : 37,5% des femmes interrogées avouent penser plus souvent à la nourriture qu’à leur partenaire quand elles pratiquent un régime. Une majorité d’entre elles prétend que le régime les captive davantage que la possibilité d’avoir des rapports sexuels. Cerise sur le gâteau, 10% de ces femmes vont même jusqu’à confesser qu’elles se sentiraient plus coupables en faisant une entorse à leur régime qu’en trompant leur partenaire.

Pour Claire Stevenin, « Ces résultats traduisent surtout l’importance de se sentir bien dans son corps pour que l’alchimie du désir fonctionne. La libido est une énergie qui puise son essence à la fois sur le plan physique et sur le plan psychologique. Ces deux aspects sont essentiels, et passent d’abord par un équilibre personnel et une bonne estime de soi ». (source: Rafaële Real, Pampa Presse, http://fr.pourelles.yahoo.com/r%C3%A9gime-ou-sexe-faut-il-choisir-101016340.html)

11:30 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : femme, apparence

23/10/2011

Femmes accros au sexe

On a longtemps laissé entendre que la pornographie, sa consommation, et surtout sa dépendance, était une affaire d'hommes. Comme si les femmes étaient immunisées. Or, les organismes d'aide se rendent désormais compte que, l'accessibilité de l'internet aidant, des femmes non seulement consomment, mais aussi consultent. D'après le Internet Filter Review, qui compile toutes les statistiques web sur la question, 30% des visiteurs de sites pornographiques sont en fait des visiteuses. (source: cyberpress.ca)

Environ 10% des consommateurs se disent aussi «accros». D'après un sondage réalisé en 2006 par l'organisme auprès des consommatrices, 17% d'entre elles confient aussi souffrir de dépendance, un chiffre en hausse constante. À preuve: le site britanique Quit Porn Addiction, le plus grand du genre au Royaume-Uni, ne comptait pas une seule cliente il y a à peine deux ans. Aujourd'hui, rapportait récemment The Guardian, un appel sur trois vient d'une femme. Même constat aux États-Unis, où, selon le Washington Times cette fois, 9,4 millions de femmes consultent des sites «pour adultes» par mois, et 13% avouent également consulter ces sites... au bureau!

Malheureusement, peu d'études sérieuses ont été à ce jour menées sur la question, déplorent de plus en plus les experts. «Pourquoi on ne parle jamais des femmes? La vraie raison, c'est parce qu'il n'y a pas, ou très peu, de recherches qui se font sur la sexualité des femmes, et sur leurs dépendances», dénonçait justement Robert Weiss, le fondateur du Sexual Recovery Institute à Los Angeles, dans la revue Live Science, le mois dernier.

Au Québec, le phénomène demeure sinon embryonnaire, du moins drôlement tabou. De tous les sexologues interrogés, pas un n'a reçu une femme en consultation pour un tel problème de dépendance. «Je n'ai encore jamais eu de confidence à ce sujet», confirme la grande spécialiste de la sexualité des femmes, Jocelyne Robert.

Seul le psychologue Jean-Pierre Rochon, auteur des Accros de l'internet et spécialiste reconnu de ces dépendances, en a déjà vu passer dans son bureau. Et encore. «J'en ai peut-être vu 5 en 30 ans», note-t-il.

Ce qui ne veut pas dire qu'elles n'existent pas. «Des fois, c'est plus difficile pour elles d'en parler, elles ont honte, vivent une culpabilité, des remords, ça vient les chercher», confirme, Michel*, bénévole chez les Sexoliques anonymes, où sur des groupes de 70 hommes, il dit voir un maximum de quatre femmes. «Pourtant notre dépendance est la même: c'est la recherche du plaisir sexuel compulsif, enchaîne-t-il. Comme les alcooliques, on est des ivrognes du sexe. C'est la même affaire. On est dépendant, compulsivement, à la luxure.»

Le psychologue Jean-Pierre Rochon parle à cet effet de «sexolisme». «La pornographie sur l'internet est un moyen de nourrir une dépendance sexuelle», explique-t-il en entrevue. Non, ça n'est pas parce qu'on consomme de la pornographie qu'on est forcément dépendant. «Comme pour l'alcool: on peut en consommer, et puis à un moment donné, basculer dans l'alcoolisme.» Ce qui fait qu'il y a dépendance, poursuit-il, c'est quand il y a répétition, un temps démesuré passé à consommer, et puis évidemment une souffrance. «C'est un trouble obsessif compulsif, finalement.»

Si les femmes qui osent demander de l'aide demeurent marginales ici, aux États-Unis, des groupes de soutien pour femmes ainsi «souffrantes» de leur dépendance au porno ont fait leur apparition, il y a quelques années. Il s'agit, pour la plupart, de groupes religieux. L'organisation Dirty Girls Ministries, fondée par Crystal Renaud, elle-même ex «sex addict», est une des premières du genre à avoir vu le jour, en 2009. Elle réunit des femmes sur le web, pour des rencontres thérapeutiques virtuelles de «désintoxication».(source: cyberpress.ca)

11:22 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : porno, sexe, femme

21/10/2011

Le soutien gorge le plus cher du monde

 

 Lors d'un défilé qui aura lieu en novembre, Miranda Kerr aura l'honneur suprême de porter un soutien-gorge d'une valeur de... 1,8 million d'euros ! Elle a été désignée, pour son plus grand bonheur, par Victoria's Secret pour défiler avec la parure de 3400 diamants. « C’est un tel honneur », a-t-elle déclaré. « Il est absolument superbe. Il nous fait sentir un peu comme une sirène. Mais je ne peux pas croire que je porte 2,5 millions de dollars sur ma poitrine. »

11:23 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sexe, soutien, gorge, kerr

20/10/2011

Une Vietnamienne a coupé le pénis de son mari violent et infidèle

 Une Vietnamienne de Taïwan a avoué avoir coupé à l'aide d'une paire de ciseaux le pénis de son mari toxicomane, violent et infidèle, puis l'avoir jeté dans une rivière, a annoncé la police dimanche.

La suspecte, âgé de 30 ans et identifiée uniquement par son prénom, Pan, en mandarin, a sectionné environ la moitié du sexe de son mari samedi matin à leur domicile de Tainan (sud) alors qu'il dormait, sous l'effet de stupéfiants et de somnifères.

"Elle a été placée en détention pour le chef d'agression après avoir été interrogée", a indiqué à l'AFP un officier de police qui a requis l'anonymat.
Employée dans un karaoké, la jeune femme, régulièrement frappée par la victime qui entretenait une liaison avec une autre femme, a déclaré n'éprouver aucun remords.

Elle encourt jusqu'à 12 ans de prison

11:24 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, santé, karaoké

14/10/2011

IST: Une brochure pour la santé des Lesbiennes

Peu concernées par le sida (mais bien par les IST!), les lesbiennes ont toujours été les grandes oubliée des campagnes de prévention... C'est pourquoi la sortie de Tomber la culotte! a son importance. Financée par l'INPES et imprimée à 20 000 exemplaires, la brochure vise à donner (sur quarante pages!) un coup de pouce aux lesbiennes, aux bis et plus généralement à toutes celles qui ont pu coucher avec une femme, pour «s'affirmer, s'amuser et prendre soin de soi». (source: têtu.com)

Le projet a été coordonné par Sida Info Service et le Kiosque Infos Sida. Le Planning familial et des associations (SOS Homophobie, l'Association des médecins gays, le Glup, Cigale, Le Mag, Solidarité Sida, Le collectif lesbien Lyonnais) ont également participé.

Que peut-on y trouver? Des infos sur les IST bien sûr, et la façon de se protéger, mais pas seulement. Sur un ton très léger, Tomber la culotte! nous donne une petite leçon d'anatomie, explique le concept d'hétéronormativité, déconstruit l'identité et l'orientation sexuelle, revient sur le mythe du «Lesbian bed death», sur la relation (parfois difficile) des filles avec leurs professionnels de santé... Le tout illustré par des artistes lesbiennes ou queers (Maryssa Rachel, Naiel, Cab, La p'tite Blan...).

La brochure se veut ludique. On y joue aux mots mêlés, on remplie un petit carnet de santé, on nous explique, façon Yoda de La Guerre des étoiles, comment entretenir ses sextoys... Complète et drôle, Tomber la Culotte est une jolie réussite!

10:59 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, lesbienne, tete, santé, soins

12/10/2011

Sexe au volant: 2% des Belges

DEUX POUR CENT DES BELGES affirment avoir des activités sexuelles durant la conduite, d'après une enquête menée par Goodyear sur les habitudes des automobilistes de 16 pays européens. (Belga et la libre.be)IMG_0130.JPG

Les Belges seraient ainsi plus sages que les Néerlandais qui arrivent en tête avec 7pc d'automobilistes qui reconnaissent avoir ce type de distraction au volant. Mais les Belges reconnaissent que mêler sexe et conduite n'est pas à conseiller du point de vue de la sécurité. «Il n'existe pas de réglementation spécifique en ce qui concerne ce type d'activité au volant», reconnaît Benoît Godard, porte-parole de l'IBSR. «Mais le conducteur doit être capable de maîtriser son véhicule à tout moment, ce qui n'est sans doute pas le cas. La police pourrait donc verbaliser sur base de cet article».

Parmi les autres habitudes qui apparaissent dans l'enquête, 19pc des Belges reconnaissent boire et manger au volant régulièrement, 8pc lisent la carte en conduisant, 16pc affirment continuer à conduire tout en étant fatigués et 19pc déclarent conduire régulièrement pieds nus ou avec de mauvaises chaussures.

19:21 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sex, volant, auto

Sexe et infection urinaire

Au cours de sa vie, une femme sur deux sera atteinte de cystite bactérienne E. Coli, la forme la plus fréquente des infections urinaires. Elle est plus fréquente chez les patientes diabétiques, les femmes jeunes en périodes d'activité sexuelle et les femmes enceintes. (plus d'infos sur femme en santé)

12:25 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, femme, infection urinaire

11/10/2011

Les leçons de sexe

Les Flamands en raffolent. Depuis le lancement, le 3 octobre, plus de 100 000 visiteurs uniques ont découvert le site www.hoehetmoet.be. Ce sont surtout les hommes qui ont rapidement et facilement trouvé l’accès à ce site web (69% d’hommes contre 31% de femmes).

 Top 5 des cours les plus vendus:

 La doigter (11%)

Cunnilingus (10%)

Première fois (9%)

Se masturber (8%)

Fellation (8%)

 

Lorsque le site web a été lancé aux Pays-Bas en 2007, ce cours arrivait en effet en tête des ventes avec 13%, suivi de Cunnilingus (12%), Fellation (11%), La doigter (9%) et Première fois (7%). Les cours sont disponibles en ligne et peuvent donc être consultés en toute discrétion. Toujours est-il que les Flamands apprécient la fonction « cadeau » : ce sont surtout les leçons « Madame au-dessus » et « Faire l’amour en sécurité » qui sont offerts en cadeau.

 

 

 

Le lancement réussi traduit un réel besoin

 

« Améliorer la pratique du sexe et la rendre plus satisfaisante n’est pas un « besoin inventé » ». En effet, un grand nombre de jeunes veulent améliorer leurs expériences sexuelles et celles de leur partenaire. Le succès du site web en est la preuve vivante. Grâce à www.hoehetmoet.be, les Flamands ont pour la première fois accès à des vidéos en ligne qui présentent des techniques sexuelles explicitement, certes, mais en restant toujours « soft ». Le trafic généré par ce site web est très révélateur : le temps était venu pour une telle initiative », indique Peter Leusink, porte-parole de HoeHetMoet.

 

 

 

Découvrez ici l’avis de l’Association flamande de sexologie et d’experts étrangers.

 

Le site internet Hoehetmoet.be n'existe qu'en néerlandais pour le moment.
Une version francophone est en construction
.

 

19:13 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : leçons, sexe, santé

Sida: protégez-vous !

Le sida n’occupe plus l’avant de la scène médiatique. Mais tapi dans l’ombre, il fait chaque jour de nouvelles victimes.  

Chaque jour dans le monde, 7.000 personnes sont contaminées par le virus du sida. Cette maladie qui a fait 25 millions de morts depuis son apparition, il y a une trentaine d’années, poursuit ses ravages et continue à se répandre.

Avec 3 nouvelles contaminations par jour, la Belgique n’est pas épargnée. En 2009, 1.135 nouveaux cas ont été diagnostiqués. C’est le niveau de contamination par le VIH le plus élevé depuis le début de l’épidémie. Plus élevé même qu’en 1992, lorsque le sida faisait la Une de l’actualité. Et le nombre d’infections sexuellement transmissibles suit la même courbe, ce qui témoigne d’un relâchement des comportements de prévention. (plus d'infos sur femme en santé)

Affiche+é...JPG

De nombreuses animations sont organisées autour du 1er décembre tant en Région bruxelloise qu’en Wallonie. Elles seront reprises sur www.preventionsida.org

18:39 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, sida, femme, homme

10/10/2011

Première députée transsexuelle

Anna Grodzka, 57 ans, deviendra la première députée transsexuelle dans le nouveau Parlement polonais issu des législatives de dimanche, un scrutin qui a donné la troisième place au mouvement anticlérical RP fondé par le milliardaire excentrique Janusz Palikot. (source: afp)

Militant pour les personnes ayant changé de sexe, et présidente de la fondation Trans-Fuzja, Anna Grodzka se présentait sur les listes du Mouvement de Palikot (RP) à Cracovie (sud), ancien fief du pape Jean Paul II.

"A 99% j'ai été élue", a-t-elle déclaré lundi à l'AFP, dans l'attente des résultats officiels définitifs.

"Je suis très, très heureuse. C'est un rêve de ma vie qui se réalise aujourd'hui et une nouvelle étape qui s'ouvre", a-t-elle confié au téléphone d'une voix émue.

Née à Otwock près de Varsovie, elle portait le prénom masculin de Ryszard. "A l'âge de 12 ans, je me suis moi-même donné intimement le prénom féminin d'Ania", a-t-elle raconté à l'AFP.

"Je me suis ensuite engagée dans une vie de couple traditionnelle. Dans ce mariage, j'ai été le père d'un fils qui est déjà adulte".

Mais "il y a vingt ans, j'ai été diagnostiquée comme étant une femme et on m'a proposé de changer de sexe", a-t-elle confié.

"Désormais, je vis seule", dit cette femme élégante, vêtue d'un chemisier blanc, d'une jupe noire et chaussée d'escarpins noirs, à la soirée électorale de son parti dimanche.

Anna Grodzka, qui a travaillé dans les affaires, dans l'édition et la production cinématographique, s'est fait opérer à plusieurs reprises en Thaïlande.

"Je vais continuer à faire ce que je faisais jusqu'à présent, c'est-à-dire lutter pour les droits des personnes transsexuelles, mais du haut d'une autre tribune", dit-elle.images.jpg

 

 

 

 

Sur son blog, elle a écrit : "J'ai décidé de me présenter sur les listes du Mouvement de Palikot à Cracovie, pour faire entendre la voix des exclus et des victimes de discriminations dans le système politique en Pologne".

Mme Grodzka assure qu'elle sera la première députée transsexuelle en Pologne, et aussi très probablement la seule députée transsexuelle actuellement dans le monde, après la fin du mandat de la NéoZélandaise Georgina Beyer, élue en 2007.

A la soirée électorale du RP, qui a obtenu 10,01% des voix et aura 40 députés, Anna Grodzka ne cachait pas sa joie.

"Aujourd'hui, la Pologne vit des changements. La preuve c'est moi, ainsi que Robert Biedron, homosexuel et animateur de la campagne contre l'homophobie, qui se présentait sur les listes du RP à Gdynia (nord)", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Une fois au Parlement, sa priorité sera de proposer une loi sur le changement de sexe.

"Pourquoi dans un pays aussi catholique que l'Espagne peut-il y avoir une loi de ce genre, et pas en Pologne ?", s'interroge cette femme qui se dit "athée depuis toujours".

Le Mouvement de Palikot propose notamment des mariages entre homosexuels avec la possibilité d'adoption de l'enfant biologique d'un des parents, la libéralisation de l'avortement actuellement interdit en Pologne et la fécondation in vitro gratuite. Il prône l'abandon du financement de l'Eglise par l'Etat, l'introduction d'un impôt sur la religion payé par les citoyens et la suppression des cours de catéchisme dans les écoles publiques.

18:40 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sexe

09/10/2011

Le sexe ne s'apprend pas sur le net

Une enquête intéressante de Nice-Matin.

Nous avons fait le test : un simple mot « sexuellement connoté » dans un moteur de recherche et ce sont des milliers d'images érotiques voire pornographiques qui s'affichent. (Source: nicematin.com)

Ce qui est nous est permis l'est aussi aux ados. Emportés par la montée d'hormones, ils seraient ainsi nombreux à aller se frotter à ces images « interdites ». « Par définition, un adolescent est intéressé par les choses du sexe. Cela n'a rien de nouveau. Ce qui a changé, c'est l'accessibilité. Alors qu'il y a quelques décennies, on s'échangeait sous le manteau les journaux de papa pour discrètement se rincer l'œil sur des images coquines, Internet permet aujourd'hui de plonger en quelques secondes dans un univers où le corps, sa nudité et son érotisation sont rois… », analyse le Dr Alain Espesset, sexologue à Cannes.

Des scénarios types

Parmi ces images, certaines peuvent choquer par leur caractère cru et la violence qu'elles évoquent. « Surtout pour des ados qui n'ont pas de définition personnelle d'une sexualité normale, précise le spécialiste.Certes, des images pornos avant la première expérience ne modélisent pas forcément le comportement sexuel à venir ; mais on ne peut prétendre que cela ne l'influence pas du tout. Un exemple : la fellation très présente dans ces images peut apparaître comme un préliminaire normal à toute relation. »

De façon générale, le danger serait l'établissement de scénarios types des relations sexuelles qui ne correspondent pas à ceux de la partenaire. Autres risques : le développement d'une véritable addiction vis-à-vis de ces images, qui conduit à se désintéresser de tout le reste. Ou encore une tendance à l'hyperérotisation, avec une lecture des rapports homme-femme qui n'est plus que sexuelle.

Lire la suite

15:25 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sexe, nice, matin, net

08/10/2011

Jeunes: Trop de rapports non protégés !

De plus en plus de jeunes Occidentaux ont des rapports sexuels sans utiliser de moyen de contraception, selon une étude menée dans 29 pays. La hausse est particulièrement forte en France, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. (source: lematin.ch)

Chez nous, c'est le cas aussi. «  On veut encore renforcer la prévention dans les écoles. On sensibilise les jeunes aux modes de transmission du sida et des infections sexuellement transmissibles (IST). On combat la banalisation de l’usage du préservatif. Les jeunes ont des croyances erronées et un niveau d’information insuffisant quant aux modes de transmission des IST et du Sida » souligne Thierry Martin, directeur de la plate-forme Prévention Sida.

S'appuyant sur de précédentes études, l'enquête montre qu'entre 2009 et 2011, le nombre de jeunes qui ont déjà eu un rapport sexuel sans contraception avec un nouveau partenaire a augmenté de 111% en France (passant de 19% à 40%), 39% aux Etats-Unis (de 38% à 53%), de 19% en Grande-Bretagne (de 36% à 43%). En moyenne, 42% des jeunes Européens interrogés en 2011 ont eu des rapports sexuels non protégés avec un nouveau partenaire, contre 36% en 2010. Le nombre de jeunes ayant déjà eu des relations sexuelles sans contraceptif avec un nouveau partenaire dépasse les 50% aux Etats-Unis mais aussi en Chine, en Estonie, au Kenya, en Corée du Sud, en Norvège et en Thaïlande.

Lire la suite

15:45 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sex, sexe, sida, jeunes

Sexe et addiction sur ordonnance

Six mois après avoir fait condamner, pour la première fois en France, un laboratoire pour les effets secondaires néfastes du Requip, un médicament contre la maladie de Parkinson, l'avocat Antoine Béguin enfonce le clou dans un livre réquisitoire Sexe et addictions sur ordonnance. (source: romandie.com)

"Je ne remets pas en cause l'apport thérapeutique réel de ces médicaments mais le défaut d'information de leurs fabricants et des organes de contrôle à l'égard des patients sur ces risques de réactions," a expliqué l'auteur à l'AFP.

Son livre dénonce l'incurie des firmes pharmaceutiques, les contrôles déficients, l'immobilisme de l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) et raconte la descente aux enfers de dizaines de malades de Parkinson qui l'ont contacté après le premier procès gagné par une victime du Requip, Didier Jambart.

(Sexe et addictions sur ordonnance d'Antoine Béguin, édit l'Apart, 16€)

Lire la suite

15:26 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sexe, béguin, addictions

07/10/2011

92% des chansons parlent de sexe

Gordon Gallup et Dawn R. Hobbs de l'Université d'Albany aux Etats-Unis viennent de publier un article dans la très sérieuse revue Evalutionary Psychology. Le titre, Songs as a Medium for Embedded Reproductive Messages ( NDLR: «Les chansons, un media comprenant des messages pour la reproduction»), résume assez bien l'objet du papier. (source: libération.fr)

Les deux universitaires ont étudié les textes des chansons les mieux vendues en 2009 pour trois genres musicaux: la country, la pop et le R'n'B. Le résultat est éloquent: selon l'étude, 92 % des dix chansons les plus vendues évoquent le sexe, et chaque titre comporte, en moyenne, 10,42 phrases relatives au sexe. Les chercheurs affirment aussi que plus une chanson évoque le sexe, plus elle a de chances de faire partie des meilleures ventes... Mais rien de neuf selon eux: le sexe ferait partie du thème le plus évoqué en chansons depuis 400 ans. Dernier enseignement de l'étude: pour entendre parler de sexe, il faut écouter du R'n'B, c'est le genre qui statistiquement l'évoque le plus. Les fans d'Akon devaient avoir deviné.

Séduction au masculin

Rion Sabean finit actuellement ses études de photographie en Floride. Dans son dernier travail, Men's Up, il fait poser des hommes à la manière des pin-ups des 50's pour un résultat assez comique. «J'ai toujours été intéressé par la façon dont les genres étaient définis l'un par rapport à l'autre, et par la façon dont on m'a appris que l'identité sexuelle acquise et l'identité sexuelle innée étaient en fait unique, alors que ça ne pourrait pas être plus éloigné de la réalité», explique Rion Sabean. Son œuvre pourrait en tout cas inspirer le prochain calendrier du Stade Français.

15:30 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chansion, libération, tube

05/10/2011

Le sexe dans les titres de film

Quel est le point commun entre Not Another Teen Movie, Cruel Intentions, Wild Things et Date Movie ? Leur titre français comporte une déclinaison du mot sexe (sex, sexe ou sexy). L'astuce, massivement éprouvée depuis les années 90, a dû faire ses preuves en salle, puisqu'une rapide recherche sur les bases de données donne des occurrences par centaines.  (source: lexpress.fr)

Dans les années 90 et 2000, le phénomène concernait essentiellement les films pour ados et jeunes adultes. Et si cela s'était un peu calmé, les "sex films" reviennent en force en 2011, avec trois oubliables : Sex Friends (No String Attached en vo) avec Natalie Portman, Sexe entre amis (Friends With Benefits) avec Justin Timberlake et Mila Kunis, puis aujourd'hui (S)ex List (What's Your Number ?) avec Anna Faris et Chris Evans. Point commun à ces trois films: une propension moralisatrice à pointer du doigt des trentenaires qui se sont fourvoyés en considérant que la coolitude consistait à remplacer l'amour par le sexe. Heureusement, l'amour, le vrai, viendra au secours de ces brebis égarées.  

Lire la suite

15:33 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, titre, sexe

04/10/2011

Vivre sans sexe

 

Dans une société où le sexe est omniprésent, comment en vient-on à vivre sans sexe? Pour beaucoup, la situation s'est installée après une période de célibat. Blessés par d'anciennes relations, désireux de se retrouver ou peu enclins à coucher à droite et à gauche, ces célibataires ont choisi d'attendre de rencontrer le ou la partenaire avec qui tout collerait. De fil en aiguille, la période d'abstinence s'est allongée, jusqu'à ce qu'ils réalisent qu'ils n'ont pas fait l'amour depuis deux, quatre voire dix ans et finissent par s'interroger. Est-il normal de vivre sans sexe ou devraient-ils s'en inquiéter?

Freud disait que l'abstinence n'était pas vivable. Selon lui, «la tâche de maîtriser la pulsion sexuelle autrement qu'en la satisfaisant peut réclamer toutes les forces d'un être humain. Seule une minorité y parvient, et encore de façon intermittente.» La sexologue Caroline Doré n'est pas tout à fait d'accord. «Si la personne vit bien avec ça, je ne vois pas de problème. C'est peut-être un signe que le désir n'est pas très présent... Certaines personnes ont simplement moins de désir. Et après, tout est question d'attitude à savoir si l'abstinence est facile à vivre ou non.»

 

Lire la suite

15:36 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, vie

02/10/2011

Uterus: première greffe mondiale

Première mondiale en Turquie. Un utérus a été transplanté avec succès à une femme qui est née sans cet organe. La jeune Derya Sert, 21 ans, devient ainsi la première femme au monde à recevoir une greffe d'utérus d'une donneuse décédée. L'intervention réalisée par huit médecins et sept assistants s'est déroulée en août dernier à l'hôpital universitaire Akdeniz, situé en Turquie. (source: femmeensanté)

15:40 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uterus, santé, femme

01/10/2011

Attention aux infections urinaires

Au cours de sa vie, une femme sur deux sera atteinte de cystite bactérienne E. Coli, la forme la plus fréquente des infections urinaires. Elle est plus fréquente chez les patientes diabétiques, les femmes jeunes en périodes d'activité sexuelle et les femmes enceintes. Dans  un tiers des cas, on observe une récidive dans les six mois. Sur un an, environ 50% des femmes connaissent une seconde infection. On estime que le risque de récidive fréquente, soit 3 ou 4 cystites par an, est de 20 à 30%. (source: femmeensanté)

 

15:42 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sex, sexe, infections, urinaire