Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/05/2009

La fertilité masculine en déclin à cause de la pollution chimique

L'exposition des femmes enceintes aux produits chimiques présents dans différents produits courants est à l'origine de la baisse généralisée de la fertilité masculine, rapporte mercredi une étude réalisée par le Medical Research Council d'Edimbourg.
Selon cette étude, la présence dans les aliments, les cosmétiques et différents produits d'entretien de perturbateurs hormonaux explique l'augmentation constatée un peu partout en Europe de l'infertilité des jeunes hommes.
D'après les travaux du Pr Richard Sharpe, ces produits chimiques perturbent l'action in utero de la testostérone, substance indispensable à la bonne formation in utero du pénis et de la descente des testicules.
"De nombreuses substances chimiques présentes dans l'environnement et dans des produits de consommation courantes peuvent bloquer l'action de la testostérone et nuire aux capacités futures de reproduction des hommes", affirme le chercheur.
Selon des chiffres cités par l'étude, un garçon sur 17 naît aujourd'hui avec des testicules insuffisamment descendues.
De plus, cette pollution chimique au cours de la gestation serait la cause de malformations du pénis de plus en plus courantes, ainsi que de l'augmentation des cancers des testicules dont le nombre a doublé en 25 dans les pays riches.
Ces diverses affections entraînent une chute drastique de capacité reproductive des hommes, si bien que les jeunes hommes fabriquent aujourd'hui en moyenne moins de spermatozoïdes que leurs pères.
Les substances incriminées vont des pesticides aux phtalates (utilisés comme assouplissant pour plastiques), en passant par les parabens (conservants pour cosmétiques) et le bisphénol-A, substance utilisée notamment pour la fabrication de biberons.
Sur base de cette étude, l'organisation HEAL (Health and Environment Alliance) a appelé mercredi l'agence européenne des produits chimiques (ECHA) à retirer ces substances du marché, et introduire d'urgence des études sur les effets cumulés de ces substances sur la santé.

12/05/2009

Le viagra remporte la bataille des "citrouilles bleues"

Un producteur d'aliments autrichien a perdu une bataille juridique qu'il avait engagée pour avoir le droit de produire des friandises composées de graines de citrouille enduites de sucre bleu. Le groupe pharmaceutique Pfizer Inc. estimait, en effet, que les friandises bleues ressemblaient trop à ses pillules viagra, ont annoncé mardi les médias autrichiens.
Richard Mandl prétend, sur le site internet de son entreprise, avoir nommé la friandise en question "Styragia" en combinant le nom de sa province - Styria en anglais, Steiermarkt en allemand - avec le mot agraire (agrarisch, en allemand).
La Cour d'appel de Vienne a rejeté cet argument et renversé un précédent jugement d'un tribunal local qui avait estimé que les consommateurs n'allaient pas confondre "un produit alimentaire avec un médicament" prescrit par un médecin pour soigner l'impuissance sexuelle.
La Cour de Vienne a, par contre, jugé que Mandl avait délibérément donné à ses friandises la même forme que les pillules de viagra et qu'il évoquait les prétendus effets aphrodisiaques des graines de citrouille pour allécher les clients, a indiqué la chaîne de radio australienne ORF.
Après que le producteur des "styriagra" ait été condamné à payer plusieurs milliers d'euros de dommages, son avocat lui a déconseillé d'autres recours en justice. (DPA)

Trois quarts des femmes considèrent que le sexe est important

Trois quarts des femmes considèrent que le sexe est important et la plupart des femmes sont globalement satisfaites voire satisfaites de leur vie sexuelle, selon une enquête du mensuel gratuit Dialogue & Santé. Quatorze pc attribuent une cote de 9 ou 10 à leur vie sexuelle et environ 50 pc une note entre 7 et 8.
L'enquête montre également que les jeunes femmes, plus souvent que les plus âgées, déclarent souffrir d'un manque de libido. La probabilité que la contraception hormonale ait une influence négative sur la libido est cependant relativement faible. "Les jeunes adultes veulent atteindre beaucoup d'objectifs en même temps, ce qui a pour conséquence qu'ils sont plus fatigués, stressés et parfois frustrés, ce qui est néfaste pour la libido", relève la gynécologue Mireille Merckx. "Les médias jouent également un rôle en diffusant des images et des opinions en termes de sexe qui sont en fin de compte éloignées de la réalité", constate-t-elle.
Mireille Merckx considère également que les femmes de plus de 40 ans se sentent mieux dans leur peau que les plus jeunes et ont plus de temps à consacrer à elles-mêmes et à leur relation. "Les plus âgées peuvent donc souvent profiter de leur seconde jeunesse, entre autres sur le plan sexuel".
L'enquête s'est par ailleurs penchée sur la perception des femmes en termes de contraception. Il en ressort que 61,9 pc des femmes entre 25 et 54 ans ont recours à un moyen contraceptif. Par ailleurs, près de 45 pc des femmes qui utilisent la pilule déclarent oublier de temps en temps de la prendre et une femme sur dix qui l'utilise l'oublie au moins une fois par mois.
L'étude montre que 6 femmes sur 10 qui utilisent un moyen de contraception sont satisfaites. Environ 3 femmes sur 10 qui ont recours à un contraceptif ont déjà pensé en utiliser un autre.
Le mensuel a interrogé entre mi-novembre 2008 et mi-février 2009 1.434 femmes entre 16 et 54 ans. Les résultats complets de l'étude seront disponibles dans l'édition de juin du magazine.

11/05/2009

Le secret des seins

Les seins sont aussi différents les uns des autres que le sont les visages. Ils vivent en toute liberté sur la plage, se dessinent sous les pulls moulants ou s'offrent aux regards dans un beau décolleté plongeant… et ils rendent fous les hommes de tout âge !

La poitrine d'une femme est aussi importante pour elle que l'est le pénis pour un homme… c'est dire ! Et si 70 % des hommes avouent préférer les poitrines voluptueuses, les femmes, elles, semblent se satisfaire de plus de discrétion. Ainsi, quand on demande aux femmes si elles souhaiteraient une poitrine plus volumineuse (sans aucune douleur et sans que cela ne leur coûte un centime), seulement 5 % d'entre elles répondent par l'affirmative! Mais il faut savoir que la taille moyenne de soutien-gorge est aujourd'hui le 90 B alors que c'était le 80 B il y a une vingtaine d'années.

Lire la suite

11:50 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seins, sexe, madonna, jackson, messi

Une femme a arraché le pénis de son amant lors d'un accident de voiture.

Singapour - Une femme a arraché le pénis de son amant lors d'un accident de voiture. Un patron et sa secrétaire étaient en rendez-vous galant lorsque leur voiture, stationnée, a été percutée par l'arrière par une fourgonnette. Sous le choc, la femme, qui faisait une fellation à son partenaire, a refermé ses mâchoires et arraché le pénis.L'accident s'est déroulé sous les yeux d'un détective privé, présent sur les lieux sur demande du mari de la secrétaire qui se doutait de l'infidélité de son épouse. C'est lui qui a appelé une ambulance pour conduire la victime à l'hôpital où sa maîtresse l'a rejoint avec ce qui restait de son pénis. (source: zigonet)

06/05/2009

Inauguration d'une Clinique de Périnéologie au CHU Saint-Pierre

Les pathologies pelviennes touchent une femme sur trois. Pendant longtemps, ces problèmes ont été solutionnés par le spécialiste concerné et centré principalement sur l'organe qu'il connaissait le mieux. Une Clinique de Périnéologie, inaugurée mardi au CHU Saint-Pierre (site César De Paepe) en présence de la princesse Astrid, offre désormais une prise en charge pluridisciplinaire.
Les pathologies du plancher pelvien concernent un large éventail de troubles tels que l'incontinence urinaire, le prolapsus (descente d'organe) génital, l'incontinence anale, les problèmes de vidange (urinaire et anal), problèmes sensitifs et sexuels, de même que des syndromes douloureux chroniques.
Là où naguère les différentes pathologies pelviennes étaient traitées par différents spécialistes, sans aucune forme de coopération ou de concertation, elles peuvent à présent être prises en charge par une équipe multidisciplinaire composée de kinésithérapeutes, gynécologues, gastro-entérologues, urologues, chirurgiens, sexologues, psychologues et infirmières.
Une unité dédiée à la prise en charge des femmes ayant subi des mutilations génitales a également été créée au sein de la nouvelle clinique.
La Clinique de Périnéologie a ouvert ses portes en janvier 2009 et a déjà accueilli plus de 570 patientes.

05/05/2009

Les jeunes flamands très traditionnels concernant les relations hommes-femmes

Un garçon sur cinq préfère ne pas être vu en compagnie d'une personne homosexuelle ou bisexuelle et un sur dix estime que les relations sexuelles entre deux personnes du même sexe sont une erreur, selon deux études universitaires publiées cette semaine dans le magazine flamand de l'enseignement Klasse. Selon le magazine, le sujet "lesbigay" n'est toujours pas un thème abordable dans les écoles.

Les universités d'Anvers et de Hasselt ont interrogé 4.000 jeunes homosexuels, bisexuels et hétéro sur leur position concernant les personnes homosexuelles et bisexuelles et les genres (homme-femme). Il en ressort que près un jeune garçon sur cinq estime que les lesbigays ne peuvent pas avoir les mêmes droits que les personnes hétérosexuelles. En outre un sur cinq préfère ne pas être vu en compagnie d'une personne lesbigay et un sur dix estime que les rapports sexuels entre personnes du même sexe sont une erreur. Les filles ont une attitude plus positive que les garçons vis-à-vis des lesbigays.

Lire la suite

04/05/2009

Faites l'amour tous les jours !

Une année à faire l'amour tous les jours, le rêve de chaque homme, sans doute. Une Américaine, Charla Muller, a décidé d'offrir cette promesse à son mari pour son anniversaire. Bilan après un an? Son mariage va mieux, mais impossible de tenir à ce rythme-là indéfiniment.

On commence par le meilleur

"Lorsque j'ai promis à mon mari que nous ferions l'amour chaque jour de son quarantième anniversaire, il n'était pas des plus enthousiastes. Après une semaine, il était déjà beaucoup plus pour. Après un mois, il a vraiment réalisé que son cadeau lui faisait plaisir. Il était heureux et rayonnait toute la journée. C'était une sensation délicieuse... La nuit, on était si intimes, le jour on était un couple si proche", explique tout d'abord Charla.

Confiance en soi boostée

Selon Charla, ce cadeau d'anniversaire avait des répercussions dans bien d'autres domaines. "Cela a été bénéfique pour ma confiance en moi, parce qu'avant, on ne peut pas dire que j'étais très sûre de moi. Et dès que j'ai commencé à réaliser à quel point mon cadeau faisait plaisir à mon mari, j'ai commencé à me sentir bien, sexy même! Le sexe, j'en ai fait une habitude, presque comme de me laver les dents... On se prenait des vendredis matins entiers à traîner au lit. Et le week-end, on faisait ça après des dîners romantiques."

Un brin de monotonie à l'horizon

"Le troisième mois, mon mari m'a dit tout à coup un jour qu'il n'arriverait pas à être excité. Mais que le lendemain était un autre jour et que ça fonctionnerait de nouveau. Auparavant, il aurait été honteux de ce genre de panne, mais à faire l'amour tous les jours, il avait tout simplement moins de pression sur chaque partie de jambes en l'air. Aux alentours du septième mois, c'est devenu particulièrement difficile. Le sexe était devenu une obligation, une routine. C'était devenu vraiment monotone".

Lire la suite

Sexe ou kilos : Un choix?

«La taille compte» est le titre très équivoque d'une étude réalisée par un institut anglais, Response source, qui montre que les brindilles font plus l'amour que les enrobées. Parmi les 3.000 Britanniques interrogés, plus de la moitié des femmes qui font du 36 ont eu (disent avoir eu) un rapport sexuel dans les derniers sept jours. En revanche, 12% des obèses n'ont pas fait l'amour depuis un an voire plus, et 6% de ces obèses pas depuis six mois.

L'étude, commandée par une marque de produits amincissants genre Slim Fast local, insiste: les belles plantes ont davantage confiance en elles que les gros tas pour se mettre nues. (Source: slate.fr )

Naaaan, tu crois?

Pas la peine d'avoir fait Saint-Cyr pour comprendre l'argument commercial de l'étude et le slogan qui pourrait en découler. «Maigrissez avec les produits de la marque X et vous aurez une vie sexuelle». Le lien entre fréquence des rapports sexuels et poids? Il n'est pas si difficile à étayer. N'importe quelle fille normalement constituée — ni grosse ni maigre — pourra l'attester: l'envie d'aller faire des galipettes varie en fonction des kilos. En résumé, plus on grossit, moins on a de désir. Pas tant pour une raison physiologique - le gras n'a pas pris la place des hormones - que pour un facteur psychologique. La pensée «je suis moche quand j'ai pris 3/6/9 kilos» a un impact beaucoup plus grand sur la sexualité que l'arrivée soudaine d'une migraine. C'est dire.

Logique: quand on se sent mal dans son corps, on ne veut pas le montrer, surtout pas au partenaire à qui l'on veut plaire. L'étude de «Response source» l'écrit: «elles sont inquiètes à l'idée d'être vues nues». Il faut éviter les positions que seule Kate Moss peut se permettre. «La position où ton corps est le moins visible, et par lui, et par toi, c'est le missionnaire», rationnalise mon amie Elsa, qui n'est pas ce que l'on appelle «physiquement aidée par la nature».

Lire la suite

Sexe: les insolites du passé

Pendant longtemps les hommes ont eu peur du vagin des femmes. Cette entrée secrète cachait-elle un monstre, une grande bouche pleine de dents? Les femmes pouvaient-elles leur couper le sexe d'une bouchée? Ce mythe nous vient des Grecs et se base sur l'idée que le corps de la femme est dangereux et cache de nombreux secrets. Les hommes risquaient donc la castration en cas de relation sexuelle avec une femme, de quoi calmer leurs ardeurs.

Mais le pénis présente lui aussi quelques dangers puisque d'après une auteure du Moyen-Âge, Hildegarde Von Bingen, le sexe de l'homme pouvait répandre un liquide vénéneux dont il valait mieux ne pas s'approcher.

Orgasme et sacrilège

Les Occidentaux ont toujours été particulièrement prudes en matière de sexe, ils étaient donc les champions pour inventer de nouvelles rumeurs capables d'effrayer les plus téméraires. Au début du 19e siècle, les docteurs mettaient en garde contre le sexe, qui était une activité dangereuse.

Au début, pourtant, il était conseillé aux hommes de stimuler le clitoris, mais dès 1830, les choses ont changé. Il était alors nécessaire que les femmes ne ressentent pas de plaisir durant la relation sexuelle, c'était malsain et l'orgasme était synonyme de douleur. Au lieu d'hurler son plaisir, la femme hurlait en réalité sa souffrance ou pire si elle prenait du plaisir pendant l'acte, c'est que son âme était perdue et dédiée à l'enfer.

Lire la suite

La grève du sexe au Kenya

Au Kenya, il y a une possible reprise des hostilités sociales et les femmes en ont assez… Ainsi, des milliers de femmes ont tenté de voir quel type d’action elles pouvaient entreprendre pour se faire entendre… Après avoir bien réfléchi, elles sont parties du principe que le sexe est ce qui réunit tout le monde, jeunes et vieux, riches et pauvres… Pas bête comme raisonnement !

Alors, elles se sont réunies grâce à des groupes défendant les droits des femmes pour faire le boycott du sexe durant une semaine, espérant ainsi que « leurs hommes » seront fatigués et feront pression sur le gouvernement pour qu’il travaille enfin à restaurer la paix sociale.

Onze groupes de femmes participent donc à cette grève du sexe, une action complètement novatrice et inédite dans le monde. Les épouses du Président Mwai Kibaki et du Premier Ministre Raila Odinga sont aussi concernées et elles vont priver leurs augustes époux d’ébats sexuels.

Dans la rue, pour certains hommes, c’était la stupéfaction voire même la colère… D’aucuns disaient déjà qu’ils allaient se consoler dans les bras des prostituées mais… Pas folles les guêpes ! Les femmes kényanes les avaient précédés en payant par-ci par-là les prostituées pour qu’elles fassent grève elles aussi… (source: web-libre.org )

28/04/2009

30 % des femmes se masturbent plusieurs fois par semaine

Plus d'1 femme sur 3 s'ennuie au lit.

- Près de 2 femmes sur 3 souhaitent des rapports plus fréquents.

- 30 % des femmes se masturbent plusieurs fois par semaine.(Source: Pendant 2 semaines, Flair a mis en ligne sur son site Internet, www.flair.be, un questionnaire de 54 questions, auquel 2464 femmes belges ont répondu )

Lire la suite

27/04/2009

Peinture avec son sexe: la vidéo

 

On aura tout vu! Scoop People a découvert cet artiste américain qui fait le buz sur le net en faisant de la peinture avec... son sexe ! Il s'appelle Tim Patch et se donne le surnom de Pricasso, avec un "r".. (Voir la vidéo )

Et sur cette vidéo qui circule, il ne dessine pas n'importe quoi, car c'est Georges Bush qui est ainsi dessiné avec de la peinture sur une toile.

Sur la video ci-joint vous allez découvrir l'intégralité de son oeuvre au son de la télé et d'une vidéo du Muppet's Show... Au point où on en est, pourquoi pas ...

07:14 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : le surnom de pricasso

23/04/2009

Enquête sur la sexualité des Français

Selon le sondage Sofres-Nouvel Obs-RTL, les Français se divisent entre 5 "sexotypes": "traditionnels distanciés" (12% des Français), "romantiques conformistes", "amants fidèles" (25%), "explorateurs affranchis" (24%) et "décomplexés tranquilles" (14%).

La Sofres, Le Nouvel Observateur et RTL publient cette semaine (en kiosque le 23 avril) en exclusivité un sondage sur les pratiques sexuelles des Français. Cette enquête, réalisée les 8 et 9 avril dernier auprès d’une échantillon représentatif de mille personnes, trace le portrait d’une France décomplexée mais qui croit encore et toujours à l’amour, à la fidélité et à la complicité dans le couple.
Les Français estiment à 74% que le sexe est important dans leur vie : 71% d’entre eux ont eu des relations sexuelles dans les mois qui ont précédé l’enquête. Leurs principales motivations ? Partager un moment de complicité (82%), satisfaire un besoin naturel (75%) et rechercher la jouissance (59%).
Les Français qui prennent leur vie sexuelle très au sérieux -74% de l’échantillon considère qu’elle est importante dans leur vie- sont une majorité à la considérer satisfaisante (63%). Mais ce taux diminue fortement en fonction de l’âge: seulement 28% des personnes âgées de 59 à 70 ans se disent comblées.
Du côté des pratiques, comme l’avaient illustrées de précédentes enquêtes, la masturbation, la fellation et le cunnilingus sont pratiqués par une majorités de sondés. Tandis que la pénétration anale et l’échangisme restent largement minoritaires. Le désir homosexuel est revendiqué par 9% de l’échantillon. Et le passage à l’acte par 6%. Quoi qu’il en soit, 55% des personnes interrogées disent qu’il faut chercher à réaliser ses fantasmes sexuels.
Plus à l’aise sous la couette que leurs parents et grands-parents, les Français d’aujourd’hui considèrent néanmoins à 77% que la fidélité conditionne la réussite d’un couple et 56% estiment qu’ils ne pourraient pas avoir de rapports sexuels avec quelqu’un sans l’aimer.
L’enquête Sofres-Le Nouvel Observateur-RTL fait aussi apparaître cinq "sexotypes" parmi la population :
- les "traditionnels distanciés" (12% des Français) qui manifestent peu d’intérêt pour la sexualité.
- Les "romantiques conformistes" (25%) pour lesquels sexe et amour sont indissociables.
- Les "amants fidèles" (25%) pour qui la sexualité et quête de la jouissance sont la grande affaire de la vie à deux.
- Les "explorateurs affranchis" (24%) qui sont les plus audacieux et les plus consommateurs de sexe.
- Les "décomplexés tranquilles" (14%) qui, heureux de leur vie sexuelle, affichent une sexualité sereine et épanouie

11:35 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2009

Sexualité perturbée par les bouteilles d'eau en plastique

Les bouteilles en plastique propageraient dans l'eau minérale des hormones qui pertuberaient la sexualité de l'être humain.

Une récente étude vient de démontrer que l'eau vendue dans des bouteilles en plastique contiendrait deux fois plus d'hormones que l'eau du robinet ! Faut-il donc bannir ces bouteilles par peur d'une menace sur notre sexualité

Ce sont les résultats auxquels sont arrivés les chercheurs allemands Martin Wagner et Jörg Oehlman, de l'université Goethe à Francfort. Cette étude, publiée dans la revue Environnemental Science and Pollution Research, affirme que le plastique des bouteilles libèrerait dans l'eau minérale ce qu'on appelle des perturbateurs endocriniens. Ces hormones, féminines et masculines, seraient deux fois plus présentes dans cette eau que dans l'eau du robinet ou celle contenue dans des bouteilles en verre.

Lire la suite

20/04/2009

Les couples remettent la capote

Deux centièmes de millimètres en caoutchouc, c’est beaucoup quand on est amoureux, c’est carrément trop quand on a trouvé l’homme idéal. Vraiment ? « C’est un fait, les rapports sans préservatif sont devenus une sorte de norme dans les couples stables » note Hubert Crevoisier, infirmier au Checkpoint Genève. « Ce qui n’était pas forcément le cas il y a dix ans, lorsque l’épidémie faisait peur. » Certains tourtereaux, pourtant, choisissent de remettre le condom, même après une longue période de sexe non protégé. « Pour le meilleur, et pour le pire », comme dit l’adage, tant cette décision mélange allègrement amour, plaisir, affirmation de soi et respect de son/ses partenaire(s).

A l’image de Francis*, 29 ans, aujourd’hui célibataire, qui sort d’une relation de trois ans et demi avec Philippe*. « C’était à peu près deux ans après notre rencontre, se souvient le jeune homme. Suite à une dispute, on s’est séparés quelque temps, puis on s’est réconciliés. Comme je soupçonnais Philippe d’avoir eu quelques aventures, j’ai décidé de mettre une capote lorsqu’on a recommencé à coucher ensemble. On n’en a pas parlé, je l’ai fait, tout simplement. Philippe a eu l’air surpris, il ne semblait pas y avoir pensé. » Pourquoi ? « On le sait bien, l’amour rend aveugle, remarque Hubert. Chez Francis, le bon sens a primé, tandis que Philippe est resté dans l’émotionnel au moment des retrouvailles. Il a juste « oublié » le VIH et les IST alors que la population homosexuelle est dans un contexte d’épidémie au VIH. Avant d’abandonner le préservatif, un test de dépistage est nécessaire pour faire le point ensemble. Une bonne communication devient le dernier rempart contre une contamination à l’intérieur du couple. »

Lire la suite

Les musulmans et le sexe. Quand le plaisir n’est pas un péché

La contradiction est frappante entre l’idée reçue d’un islam pudibond et la réalité d’une religion qui magnifie l’acte amoureux. Un droit absolu pour le fidèle aux yeux du Prophète.

L’islam serait puritain par essence, et les musulmans antisexe de nature. Voilà ce qui ressortait d’un sondage CSA publié dans Le Monde des religions en janvier 2005, selon lequel 72 % des Français considèrent que le Coran réprime la sexualité (contre 43 % pour le catholicisme et 38 % pour le judaïsme). Mais il se trouve que la réalité est à l’opposé de ces idées répandues sur la religion de Mohammed. D’abord, parce que s’il est un peuple, une religion, une langue où l’amour a une place primordiale, c’est bien dans le monde arabo-musulman. Pas moins de soixante mots existent pour exprimer l’amour, « comme les Esquimaux en ont soixante pour désigner la neige », a l’habitude de dire le cinéaste tunisien Nacer Khémir. Cela va de la simple inclinaison (mawadda) au transport total (tatayyum) en passant par la passion (ichq) ou l’agonie amoureuse (sababa). Pas un aspect, un détail, une caractéristique de ce sentiment que les musulmans n’aient étudié  : ses symptômes, ses genres, ses états et ses remèdes.

Peuple amoureux par essence, les Arabes ont marqué de leur empreinte la poésie courtoise européenne du Moyen Âge et ont initié l’Occident à l’art de la séduction et de la galanterie. À l’instar d’Ibn Hazm, poète andalou du XIe siècle, ils considèrent que « l’amour n’est point objet d’aversion, ni tabou, pour la religion ». La tradition musulmane veut que celui qui aime et meurt d’amour soit considéré comme un martyr.

Lire la suite

17/04/2009

Redécouvrir son corps

Baisers et caresses de toutes sortes augmentent l'intimité et établissent une véritable communication sensuelle : ils permettent de se sentir désiré. Alors pas question de faire l'impasse sur les préliminaires !

La bonne méthode ? Commencez par des massages (pas forcément des organes génitaux). Après une journée stressante, ils favorisent la détente et lancent le mécanisme du désir. Les baisers, eux, d'innocents en apparence, peuvent devenir très "chauds" et réjouir non seulement la bouche, mais aussi tout le corps. Ensuite, vous pouvez cibler les zones érogènes : seins, fesses, ventre, intérieur des cuisses Pour faire monter la tension, enchaînez avec des caresses franches et directes, manuelles ou buccales, sur les zones génitales.Votre partenaire est trop pressé ? Il y a mille façons de lui dire gentiment : "Attends un peu", "D'abord, j'ai envie de". N'hésitez pas à formuler vos demandes de façon claire et explicite, sans avoir peur de rentrer dans les détails.

La masturbation

En solitaire, c'est un bon moyen de connaître les réactions de votre corps : vous découvrirez grâce à elle ce qui vous fait frémir et vous saurez ensuite mieux guider votre partenaire. A deux, la masturbation consiste à vous caresser devant votre partenaire, à l'inviter à vous caresser et à caresser son sexe. Elle permet d'exacerber votre désir et le sien en faisant intervenir les sens de la vue et du toucher. Prenez votre temps : regardez-le prendre du plaisir et abandonnez-vous sous ses doigts.

Un petit exercice pour faire renaître le désir

Oubliez les rapports sexuels et l'orgasme pendant quelques semaines. Votre mission la première semaine : vous consacrer aux caresses sur le dos et le ventre. Puis la deuxième semaine, intéressez-vous à tout le reste du corps, effleurez les organes sexuels. Cela vous permettra de redécouvrir le corps de l'autre, de réapprendre à le faire frémir sous vos doigts. Attention, ces caresses vont provoquer une excitation sexuelle à laquelle il est difficile de résister. Ne cédez pas : c'est l'attente qui augmente le désir. La troisième semaine, vous pouvez enfin aller jusqu'au bout, mais sans sauter les préliminaires ! (Source: topsanté et yahoo.fr )

Mao en spermatozoïde, aux côtés de Hitler et de Ben Laden

Les médias officiels et des internautes en Chine se sont indignés d'une publicité allemande pour des préservatifs caricaturant Mao en spermatozoïde, aux côtés de Hitler et de Ben Laden, qui constitue selon eux une insulte au géant asiatique.

Selon le journal Global Times, la publicité a été réalisée par l'agence Grey Worldwide pour la société pharmaceutique Doc Morris afin de promouvoir une nouvelle ligne de préservatifs.

La campagne, sans texte, représente un groupe de spermatozoïdes, dont l'un a une forme humaine. Mao est reconnaissable à sa coupe de cheveux, Hitler de même avec la moustache en plus, et Ben Laden à sa barbe fournie.

Cependant, le fait que le fondateur de la République populaire de Chine soit associé à Hitler et Ben Laden a suscité une vive réaction en Chine, où Mao est une icône pour le régime et une partie de la population.

Sur son site internet, le Quotidien du Peuple, organe du Parti communiste chinois, consacre une page spéciale à l'affaire, avec des réactions courroucées.

"Ils doivent s'excuser auprès de la Chine", écrit un internaute. Mais, sur le portail sina.com, certains ne sont pas d'accord.

"Je suis un vieil ouvrier de 70 ans, j'ai beaucoup réfléchi mais je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi des gens défendent Mao avec acharnement", écrit l'un.

"A l'époque, outre la famine et la pauvreté, tout le monde avait le sentiment d'être en danger et dans une ambiance asphyxiante, en quoi Mao était-il grandiose? ", ajoute l'auteur du commentaire, provoquant une surenchère d'insultes nationalistes.

Selon le Global Times, Grey Worldwide a envoyé une lettre d'excuses au consulat de Chine à Francfort.

L'année dernière, le constructeur automobile français Citroën s'était excusé pour avoir utilisé un Mao qui louchait et à la bouche tordue dans une publicité en Espagne. Et l'avait remplacé par un Napoléon furibard

16/04/2009

Le préservatif, objet de 1.001 plaisirs

Plus qu’un outil de protection contre les maladies sexuellement transmissibles, le préservatif est aujourd’hui devenu un acteur à part entière du plaisir sexuel. Ce n’est pas pour rien que le leader du préservatif, Durex, propose une gamme forte de 16 modèles.
En dehors des classiques, Gossamer et Silver, on peut trouver des spécimens aux goûts fruités (Fiesta) ainsi que des modèles microperlés et nervurés (Pleasuremax) pour procurer un maximum de plaisir à ses utilisateurs.
À ce titre, la Performa se taille la plus grosse part du gâteau sur le marché belge. Une demi-surprise quand on sait que grâce à sa noix de benzocaïne disposée dans son réservoir, on peut aisément prolonger une nuit de plaisirs.
La capote reste un secteur porteur dans lequel se disputent plus de 60 fabricants. Cette concurrence joue bien entendu en faveur des amoureux qui ont l’embarras du choix entre des capotes sans latex réalisées en polyuréthane (chez Durex, Manix,…), la capote fluorescente (chez Love Light Technosex).
Le préservatif se la joue bling bling avec une couleur or (chez Kartouche) et satin avec des préservatifs disposés dans un étui très classe (chez Yes for Lov)…

Lire la suite

09:49 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gossamer et silver

L'auto chaude !

Selon le quotidien norvégien Drammens Tidende, un jeune couple a été surpris à 123 km/h, sur une portion d’autoroute limitée à 100… et alors qu’ils faisaient l’amour !

La voiture, conduite par Monsieur et zigzagant, a attiré l’attention des policiers, qui l’ont prise en chasse, selon le journal. L’ayant rattrapée, les hommes en uniformes ont compris la raison des mouvements erratiques du véhicule : une femme se trouvait sur les genoux du conducteur et tous deux « s’agitaient intensément ». « Ils avaient des relations sexuelles », rapporte un des policiers, qui précise (est-ce bien utile ?!) que cela « engendrait des situations dangereuses ».

Arrêtés quelques kilomètres plus loin, le conducteur de 28 ans s’est vu retirer son permis de conduire et sa passagère de 21 ans a dû prendre le volant.

Concernant d’autres pratiques sexuelles moins « encombrantes » (on va pas vous faire un dessin !), on voit bien, mais pour carrément copuler, on se demande encore comment les amoureux inconscients se sont débrouillés. Couple de contorsionnistes, voiture d’un modèle très vaste… à Moto Mag, on se perd en conjecture !

12/04/2009

Les asthmatiques viveraient mal leur sexualité

asthme.jpg

Perçu comme un véritable handicap par les personnes qui en souffrent, l'asthme peut devenir d’autant plus gênant lorsque la crise survient pendant un rapport sexuel. Inquiets d’y être confrontés, les asthmatiques préfèrent alors réduire la fréquence de leurs ébats (1,75 rapport par semaine contre 2,6 en moyenne en France).

Les troubles respiratoires engendrés par la maladie sont décuplés lorsqu’il s’agit de fournir un effort prolongé, notamment sexuel. Parmi les asthmatiques persistants sévères, 35% déclarent que l’asthme à une incidence certaine sur la réussite de leurs rapports, et 26% doivent en limiter la durée. Face à ces inquiétudes de plus en plus fréquentes, la collection MSD/Asthme édite un nouveau « Carnet de Saison » spécial Asthme et Sexualité. En partenariat avec l’association Asthme et Allergie, ce 5ème ouvrage a pour objectif d’aider les asthmatiques à gérer leurs crises au quotidien à travers des questions/réponses utiles et pratiques.  (Source: I-diététique )

N’hésitez pas à les demander à votre médecin. (Source: Global Sex Survey, Durex).

10/04/2009

Sexe: le spray magique longue durée

spray.jpg

Un produit mis au point par des scientifiques de Belfast permet à des hommes souffrant d'éjaculation précoce de sextupler la durée de leurs rapports. Faut se préserver si on veut durer, rester toujours numéro un», chantait le regretté Bashung dans son sublimissime morceau Rebel. Ce vers mythique pourrait servir de bande son idéale à une publicité pour le PSD502. Derrière ce nom de code se cache un spray à usage sexuel pour les hommes. Son but: retarder l'éjaculation.

C'est l'équipe du professeur Wallace Dinsmore, du Royal Victoria Hospital de Belfast (Irlande du Nord), qui a mis au point ce produit destiné à traiter l'éjaculation précoce. Leur étude a été publiée dans la revue British Journal of Urology International. Ce spray, qui s'applique sur le pénis cinq minutes avant la relation sexuelle, contient des anesthésiques qui engourdissent le pénis.

300 hommes de plus de 18 ans souffrant d'éjaculation précoce (souvent incapables de maintenir un rapport sexuel au-delà d'une minute) ont participé à une étude pendant trois mois dans 31 centres européens. Ils ont été répartis en deux groupes : le premier a reçu le PSD502 tandis que le deuxième a utilisé un spray placebo.

Résultat des courses, si on ose dire : la relation sexuelle des utilisateurs du spray a été 6 fois plus longue qu'à leur habitude, contre 1,7 fois plus longue pour ceux du spray placebo. Plus remarquable encore, pour 90% des testeurs du PSD502, la durée du rapport sexuel est passée de quelques secondes à quatre minutes. (source: libération.fr )

07/04/2009

Mariages gays et lesbiennes: 5% de séparations

weddingay.jpg

Depuis l'existence du mariage entre personnes du même sexe (1er juin 2003), 11.653 mariages gays et lesbiens ont été célébrés et 588 d'entre eux (5%) ont débouché sur des divorces, selon des statistiques arrêtées au 15 novembre 2008, citées par le ministre de l'Intérieur Guido De Padt dans une réponse à une question parlementaire écrite.
Dans 9.274 cas, ces mariages concernaient des partenaires de nationalité belge. Ils ont donné lieu à 491 divorces (5,2%). Les mariages impliquant au moins un(e) partenaire non belge ont été au nombre de 2.379 et ont abouti à 97 séparations (4,1%), peut-on encore lire dans la réponse du ministre.
Les mariages "belges" concernaient des femmes dans 4.744 cas (51%), alors que les unions entre une Belge et une étrangère n'ont été que 657. Le pourcentage de séparation entre femmes est plus élevé (5,7%) que celui entre hommes (4,3%).

06/04/2009

Quand elles font l’amour, 63 % des femmes pensent à leurs défauts physiques

179b_dating_girl.jpg

3264 femmes belges ont participé à l'enquête de Flair sur les complexes. Au Nord comme au Sud du pays, il semble difficile d'être femme et d’accepter son corps tel qu'il est.

 

* Quand elles font l’amour, 63 % des femmes pensent à leurs défauts physiques.

* Presque 1 femme sur 2 envisage de subir une opération de chirurgie esthétique.

* 1 femme sur 10 n'ose pas se montrer en maillot de bain.

Ces chiffres ressortent de l’enquête «Les femmes et leurs complexes», publiée dans Flair ce mercredi 8 avril 2009. Résultats récoltés sur le site Internet du magazine www.flair.be.

Flair a interrogé

* 3264 femmes belges

* 75 % sont âgées de 15 à 30 ans

* 68 % vivent en couple

* 49 % vivent chez leurs parents

Profil type de l’interviewée

26 ans • 1 m 67 • 63 kg • En couple • Silhouette en forme de poire • Petit ventre • Un peu de cellulite • Quelques complexes • Timide • Optimiste • Note attribuée à son physique: 6,5/10.

Des chiffres affolants

* 1 femme sur 3 a déjà subi des vexations à cause de son physique.

* Presque 1 femme sur 2 envisage de subir une opération de chirurgie esthétique. Le plus souvent au niveau de la poitrine et du ventre.

* 1 femme sur 5 souffre d'une pilosité trop abondante. 1 % s'épile une heure par jour.

* 5 % des femmes ne croient pas en la sincérité des compliments qu'elles reçoivent. Pire, 4 % des femmes ne reçoivent jamais de compliments.

Lire la suite