Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/02/2009

Une personne sur trois utilise la messagerie instantanée pour dire « je t’aime »

Le 21ème siècle voit l’amour se produire dans le monde digital avec 46 % de séducteurs timides et de Casanova ‘New Age’ rien que pour la Belgique qui préfèrent dévoiler leur amour derrière leur écran et par messagerie instantanée, plutôt que par la parole. L’enquête menée par Microsoft Windows Live Group, sur plus de 16 marchés de la région Europe Moyen-Orient, a exploré les expériences et comportements de plus de 78.000 personnes et a mis en lumière quelques une des techniques de drague online du 21ème siècle.

Lire la suite

18:49 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0)

Les poupées gonflables s’effacent face à celles en silicone qui frôlent la perfection

Au Japon, les love dolls ont un succès fou. Ces poupées en silicone, évolution de la poupée gonflable, ont tout d’une vraie femme… Et ce succès envahit la Belgique ! “Une série de personnes qui gonflent leur consommation de poupées, allant jusqu’à débourser des sommes de plus en plus élevées…” constate Sabrina Bauwens, sexologue.

Un succès confirmé par Doll Story, www.dollstory.eu, qui vend en ligne ou en showroom des poupées en silicone : “Nous distribuons nos poupées sur toute l’Europe. Et la Belgique constitue l’un de nos marchés les plus porteurs.”

Lire la suite

09/02/2009

Le sein anti-stress

antistress.jpg

Vous êtes un homme et vous êtes stressé ? Pas de problème, la firme mensway.com a repris le concept du caoutchouc anti-stress, qui fut pendant une longue période très à la mode dans notre société (dans les années 90), mais a retravaillé le concept. Et a concoctée pour votre bien être… le sein anti stress !

push.jpg

Non ce n’est pas une blague, et il faut dire que l’on voit mal un grand stressé l’utiliser par exemple dans les transports en communs ! Vous imagineriez-vous dans cette situation ? On peut à la rigueur le percevoir comme une solution pour faire une blague à un ami !

Toujours est-il que bien qu'il peut laisser perplexe cet objet est commercialisé au prix de 12€. (source: le bloggadget )

Seniors avec sexualité épanouie

seniors.jpg

La Mutualité Socialiste édite un guide Seniors : le sexe, c’est bon pour la santé

Les Belges vivent de plus en plus vieux. C’est un fait reconnu. Afin d"aider les seniors à vivre pleinement une vie affective et sexuelle épanouie", la Mutualité Socialiste édite une brochure, à l’approche de la Saint Valentin : Seniors : le sexe, c’est bon pour la santé .Il est écrit, dans l’avant-propos : "il n’y a pas d’âge pour le plaisir sexuel : bien sûr, le corps se transforme, le regard posé sur la vie évolue, les besoins changent. Si vous apprenez à vivre avec ces changements, les jeux de l’amour pourront être plaisants jusqu’à un âge très avancé."

Lire la suite

08/02/2009

Flirter : 36 % des chatters

flirtonline.jpg


Les Néerlandais décrochent la palme pour ce qui est de "flirter" lors des chats sur internet. Près de 80 % de nos voisins bataves qui se livrent à ce passe-temps tentent une "ouverture" vers leur correspondant(e). En Belgique, la recherche d'un rapprochement avec l'autre ne concerne que 36 % des "chatters", constate Windows Live, une division de Microsoft, sur foi d'une étude réalisée dans 16 pays à l'approche de la Saint-Valentin.
Ce sont également les Néerlandais qui se montrent les plus expansifs lorsqu'il s'agit de déclarer sa flamme à quelqu'un via un programme de chat sur Messenger. Sur les 14.000 Néerlandais qui ont participé à l'enquête, trois-quarts reconnaissent n'avoir aucune réticence à cet égard. A l'inverse des Israéliens, bien plus timides, dont 25 % seulement des sondés affirment se laisser tenter par une déclaration d'amour formulée en bonne et due forme sur internet.
Dans presque tous les pays, la majorité des gens préfèrent apparemment faire la cour à quelqu'un via le net. Le faire "pour de vrai", ou "irl" pour reprendre la terminologie chat, semble en effrayer plus d'un. Le chat, lui, permet au timide ou à l'indécis de masquer ses émotions et offre un temps de réflexion et de réaction plus long qu'une confrontation directe. Les Espagnols aiment le net parce qu'ils peuvent également y demander l'avis des autres. Les Italiens sont moins regardants: pour eux, c'est du "cinquante-cinquante" entre le chat et la rencontre.
Pour en revenir aux Néerlandais, l'enquête fait apparaître qu'un tiers d'entre eux ont noué une relation via internet. Dans 3 % des cas, un échange de vues par courrier électronique a débouché sur un mariage et, dans 26 pc des cas, sur une relation stable. Un petit pourcent, enfin, se sont mariés mais ont depuis lors divorcé.
Des données plus détaillées concernant la Belgique seront connues dans quelques jours, a annoncé Microsoft Belgique. (Belga)

04/02/2009

Les deux extases sexuelles

deuxextases.jpg

 

Jean-Claude Piquard, sexologue réputé, explore les fondements du plaisir sexuel. Il publie Les deux Extases sexuelles aux éditions des Presses Libres, où il explique comment une sexualité épanouie ne participe pas seulement de l’orgasme, mais aussi de la jouissance. (Source: lemague.net)

Lire la suite

03:13 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0)

03/02/2009

L'atlas du sexe

atlas.jpg

Franklin Veaux a dessiné, et récemment mis a jour, une grande carte de la sexualité humaine à l'ambition audacieuse : faire le tour de toutes les pratiques auxquelles s'adonnent sans vergogne, quoiqu'avec un peu de vergogne de temps en temps quand-même, les homo sapiens. Le site en propose une version interactive qui vous permettra d'épingler les contrées déjà visités, et même, pour les prétentieux que vous êtes, d'exporter la carte de vos explorations personnelles sur votre blog. (source fluctuat.net )

De l'île des uniformes au port du bondage asymétrique, de la province du catch érotique en passant par le conté du bain de lait, cette cartographie est aussi l'occasion de découvrir des fantasmes méconnus, comme la dacrylagnia (lacrymophilie en français ?), qui consiste à prendre du plaisir en étant aspergé(e) des larmes de votre partenaire, ou plus simplement en voyant s'humidifier les yeux de l'être aimé...

Pilules érectiles: 5.059.123 doses prescrites en 2008

Le volume prescrit de Viagra, Levitra et Cialis décolle en Belgique

Sur le marché depuis 1998, le Viagra, la petite pilule bleue fait des émules. En 2003, des concurrents, Cialis et Levitra sont apparus sur le marché de la pilule érectile. D’après les chiffres des officines publiques et hôpitaux, en novembre 2008, le volume (nombre de doses journalières dont a besoin le patient) prescrit augmente mais se tasse. Quelque 5.059.123 doses ont été prescrites l’an dernier. Soit une augmentation de 7 % en comparaison avec l’année 2007. La croissance la plus forte des doses de ces trois médicaments s’observe entre 2005 et 2006, avec 21 % de hausse. Les doses journalières sont ainsi passées de 3.855.031 (322.000 boîtes selon des chiffres de l’Institut de statistique médicale) à 4.503.370. Le prix des stimulants sexuels varie selon les dosages. Un comprimé coûte approximativement 15 euros. Un boîte contient au minimum 4 pilules. (Source: Laura Cerrada Crespo)

Lire la suite

La flibansérine: le viagra de la femme

La flibansérine, une nouvelle molécule testée aux Etats-Unis, est censée faciliter le désir et le plaisir féminins. Mais à qui prescrire ce que certains vantent déjà comme le premier véritable stimulant sexuel pour les femmes ? La polémique est lancée.

Un médicament qui stimule la libido féminine pourrait être sur le marché dès cette année. Cette révolution suscite déjà la polémique.

«Chérie, tu viens te coucher ?Attends, je prends ma flibansérine.» Voilà ce qu'on entendra peut-être murmurer dès cette année. La flibansérine, dernière-née du laboratoire allemand Boehringer Ingelheim, pourrait en effet bien s'inscrire dans l'histoire de la pharmacopée comme le premier stimulant du désir sexuel féminin. Une révolution, à l'instar de l'arrivée, en 1998, du Viagra pour les hommes !
Des tests sont menés actuellement sur 5000 femmes aux Etats-Unis, en Europe et au Canada. Si les résultats annoncés pour le courant de l'année sont satisfaisants, la mise sur le marché pourrait survenir dans la foulée. Il était temps, disent certains : «De nombreuses femmes ont de grandes difficultés à accéder facilement au désir et au plaisir, constate Philippe Brenot, psychiatre et directeur d'enseignement en sexologie à l'université Paris-V. Et, pour l'instant, nous n'avons pas de médicament à leur proposer.»
Ca ne devrait donc plus tarder. D'autant que la recherche bat son plein. Pas moins d'une dizaine de molécules sont en expérimentation en Europe ou aux Etats-Unis, la flibansérine figurant en tête de file. Boehringer, laconique, affirme qu'elle stimule «les endroits du cerveau associés aux émotions et au plaisir». Bien que «des recherches [soient] en cours pour mieux connaître le mode d'action», on sait déjà que ce composant agit principalement sur la concentration cérébrale en sérotonine, un médiateur chimique impliqué dans l'anxiété et les émotions. Lors d'une étude menée en 2002, Franco Borsini, chercheur au laboratoire pharmaceutique italien Sigma-Tau, lui prêtait également une action sur les récepteurs de la dopamine, neurotransmetteur intervenant dans le circuit du plaisir ( source: scienceetvie ).

Lire la suite

02/02/2009

Femme: le sexe dans le cerveau

Le site internet Carevox fait le point de manière intéressante en matière de séxualité féminine sur les dernières découvertes. Voici les principaux extraits:

L’organe central de la sexualité féminine c’est... le cerveau. « C’est pour cette raison qu’on observe tant de différences entre les femmes, explique Francesco Bianchi-Demicheli, responsable de la consultation de gynécologie psychosomatique et sexologie de l’Hôpital universitaire de Genève. Les mêmes stimulations peuvent engendrer des réponses très variables d’une femme à l’autre, mais aussi chez la même, d’un jour, d’une heure à l’autre, selon son état d’esprit, son humeur, son cycle hormonal. »

« L’émergence du désir sexuel dans le cerveau est quasi instantanée, plus rapide qu’un clin d’oeil ».

Simultanément à la voie instinctive, l’autre voie mobilisée dans l’émergence du désir sexuel est cognitive. C’est elle qui fait toute la différence entre avoir envie de quelqu’un et avoir envie d’un gâteau au chocolat... Le désir active des zones cérébrales cognitives supérieures. « Les études en neuro-imagerie montrent que ce réseau cortical complexe est sollicité, explique Francesco Bianchi-Demicheli. Ces zones sont impliquées dans l’estime de soi, la représentation mentale de soi en fonction des expériences personnelles passées et présentes et la capacité à intégrer l’autre en soi. » Et plus l’amour s’en mêle, plus le désir féminin devient cognitif !

Ces activations de toutes sortes ont pour effet final d’exciter électriquement les neurones du cortex pour parvenir à l’orgasme, ce pic du plaisir sexuel souvent comparé à une crise d’épilepsie partielle entraînant, pendant quelques secondes, la perte totale du contrôle de soi. Ce phénomène est caractérisé par 3 à 15 contractions involontaires du tiers externe du vagin et de fortes contractions de l’utérus et des sphincters externes et internes de l’anus. Ce phénomène est suivi par l’émission d’ocytocine (attachement, confiance) et d’endorphines (délassement). (Sources: carevox )

Lire la suite

31/01/2009

A chacun son rythme

Faire l'amour une fois par quinzaine me suffit. Lui, c'est quatre fois par semaine…

Le taux de testostérone (l'hormone sexuelle masculine) est au plus haut chez les hommes jusqu'à 35 ans. Ce qui leur donne souvent envie de faire l'amour ! Mais cela ne leur est pas réservé, les femmes aussi peuvent être « branchées sexe ». En matière de sexualité, il n'existe pas de normalité, d'autant plus que l'appétit peut varier au cours des années…

Lire la suite

30/01/2009

Lutter contre les problèmes d'érection

The American Journal of Medecine a récemment publié une étude finlandaise révélant qu’avoir des relations sexuelles le plus souvent possible serait le meilleur moyen de ne pas souffrir de pannes sexuelles. C’est le Dr Juha Koskimaki, de l’Université de Tampere, qui s’est chargé de démontrer ce lien direct entre fréquence des rapports sexuels et vitalité sexuelle. Près de 1 000 hommes finlandais âgés de 55 à 75 ans ont été interrogés sur leurs comportements sexuels. Les hommes qui déclaraient avoir moins d'une relation sexuelle par semaine avaient plus de deux fois plus de risques de développer des troubles de l'érection que ceux qui faisaient l'amour au moins une fois par semaine. Concrètement, ce risque de dysfonction érectile passe de 79 cas pour 1 000 à 32 cas pour 1 000 si vous faites l'amour au minimum une fois par semaine.
Favoriser l'afflux sanguin
Quant à ceux qui ont des relations sexuelles trois à quatre fois par semaine, ils ne sont plus que 16 pour 1 000 à souffrir de problèmes d'érection. Mais pourquoi un tel écart ? La réponse est tout simplement physiologique. En effet, d'après les auteurs de l'étude, le fait de faire souvent l'amour favorise l'afflux de sang dans le pénis et
« entretient » les fonctions érectiles d'un homme. En revanche, l'étude ne portant que sur les relations sexuelles, les conséquences de la masturbation sur les performances sexuelles n'ont  pas été évaluées. (source: masculin)

26/01/2009

L'amour fait perdre l'odorat

L’amour ne rendrait pas seulement aveugle, il nous ferait aussi perdre notre sens de l’odorat. D’après une étude menée à l’Université de Montréal, les femmes amoureuses ne sont plus capables de reconnaître l’odeur de leurs amis de sexe opposé. En revanche, elles reconnaissent parfaitement celle de leur partenaire.

Lire la suite

23/01/2009

Faire l'amour est un excellent anti-stress et anti-anxiété

On le sait, faire l'amour est un excellent anti-stress et anti-anxiété, en plus d'être une source de plaisir. Pourtant, certaines personnes dépriment juste après l'acte sexuel ou après avoir atteint l'orgasme.

Directeur de la clinique psychopharmacologique au Weill Medical College de l'Université Cornell, à New York, Richard A. Friedman a cherché à mieux comprendre ce type de dépression. Il explique dans un article du New York Times publié lundi, qu'il a été surpris de rencontrer des patients pour qui les relations sexuelles avec leur conjoint ou conjointe sont synonymes d'une grande tristesse. Car même si, sous les draps, l'expérience est agréable, ces personnes vivent une dépression intense, qui dure plusieurs heures, juste après avoir fait l'amour ou après avoir atteint l'orgasme, en couple ou en solo. Pourtant, il ne s'agit pas de personnes généralement dépressives.

Lire la suite

19/01/2009

Plus un homme est riche, plus sa femme jouit

Selon des scientifiques britanniques de l'université de Newcastle, la fréquence des orgasmes chez une femme s'accroît en fonction de la bonne santé financière de son partenaire. Plus l'homme est riche, plus la femme sera épanouie sexuellement.

Cette étude risque de déclencher les foudres des féministes, mais elle démontre, selon ses promoteurs, une évolution dans la course inconsciente chez la femme pour obtenir les "meilleurs gènes" de son partenaire. Jadis, les femmes choisissaient un homme fort et bon chasseur alors qu'au XXIe siècle, le compte bancaire a remplacé les gibiers de tout poil. L'orgasme et donc le plaisir, et non plus la reproduction, doit désormais être atteint via la recherche d'un partenaire aisé.

La symétrie du corps et l'attirance sont aussi des critères importants, selon les scientifiques, mais la bonne santé financière apparaît comme le critère n°1.

La pilule du lendemain en hausse

Tous les 4 ans, une vaste enquête sur la santé des jeunes est menée en Communauté française de Belgique : l’enquête HBSC, patronnée par le Bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé.
Les résultats de la huitième enquête viennent d’être publiés en deux brochures : la première traite de la santé et du bien-être en général (santé, alimentation, sport et surcharge pondérale); la deuxième concerne les assuétudes (tabac, alcool, drogues, jeux électroniques, télévision).
“L’objectif est de produire des données utiles pour les acteurs de promotion de la santé visant un public de jeunes. Ce sont 162 classes primaires et 528 classes secondaires qui ont pris part à l’enquête : soit 11.927 questionnaires”, souligne Catherine Fonck, ministre de la Santé.
La vie sexuelle des adolescents est abordée au travers de la question As-tu déjà eu une relation sexuelle, c’est-à-dire as-tu déjà fait l’amour ?
La moitié des élèves âgés de 15 à 18 ans (51,5 %) déclarent avoir déjà eu une relation sexuelle. 44,6 % des élèves âgés de 15 à 18 ans déclarent avoir déjà eu plusieurs relations sexuelles, 23,6 % avec le (ou la) même petit(e) ami(e) et 21 % avec plusieurs petit(e)s ami(e)s.
Parmi les élèves âgés de 15 à 18 ans ayant eu leur premier rapport sexuel avant l’âge de 14 ans, on observe que 77 % d’entre eux déclarent avoir eu leur premier rapport entre 12 et 13 ans.

Lire la suite

15/01/2009

La clinique de la sexualité et du couple réunira plusieurs spécialistes

CHARLEROI. La problématique de la sexualité est encore considérée par la population et par certains médecins comme un sujet tabou. Pour démystifier ce sujet, l’ISPPC ouvre une clinique de la sexualité. Située sur le site de l’hôpital Vincent Van Gogh, cette clinique permettra aux personnes qui le souhaitent de trouver un interlocuteur qualifié pour aborder toutes les problématiques liées à la sexualité.

Les champs de compétences développés par la clinique de la sexualité et du couple sont la mise au point du diagnostic et le traitement. “La clinique propose une approche pluridisciplinaire et intégrée des questions et problèmes susceptibles d’être rencontrés dans la vie sexuelle et affective de tout un chacun, homme ou femme, jeune ou vieux”, confie Yves Depauw, psychiatre.

Lire la suite

14/01/2009

Les spermatozoïdes des hommes intelligents seraient bien plus mobiles

 Selon les résultats d’une étude menée par des chercheurs des universités de Londres, du Delaware et du Nouveau-Mexique, plus les hommes sont intelligents, plus les spermatozoïdes qu’ils produisent présentent une bonne mobilité, et ce, quels que soient l’âge et l’état de santé de l’homme. Ces résultats pourraient s’expliquer par la meilleure hygiène de vie des personnes “intelligentes”, moins susceptibles de souffrir de maladies cardiaques ou de la maladie d’Alzheimer. Les scientifiques pensent que les personnes intelligentes ont moins de stress au travail, une plus grande sécurité de l’emploi, une alimentation plus équilibrée et un régime sportif assidu. Bon à savoir lorsque l’on sait que près d’un couple sur cinq éprouve des difficultés à concevoir un enfant. D’autres pensent que les gènes impliquant l’intelligence pourraient aussi impliquer la qualité du sperme. Geoffrey Miller, psychologue à l’université du Nouveau-Mexique, assure, pour sa part, que l’intelligence peut être un indicateur de la qualité des gènes d’une personne. (C. Bo)

13/01/2009

Les accros au sexe !

Ils ne pensent qu'à ça toute la journée. A la manière de Philippe H., qui témoignait dans la SonntagsZeitung du 28 décembre dernier. Il se lève à 7 h 30 le matin pour trouver un pissoir fréquenté par des homosexuels recherchant «un petit coup vite fait» avant d'aller au travail. Et d'avouer qu'à 42 ans il a déjà eu des relations sexuelles avec 3000 hommes dans son existence. «J'ai complètement perdu le contrôle de ma vie», se désole-t-il. (source: lematin.ch)

Pour Peter Gehrig, l'un des sexologues suisses les plus connus et fondateur de l'Institut zurichois pour la sexologie clinique et la thérapie sexuelle, le cas de Philippe H. est symptomatique. Selon le médecin, les accros ne vivent pas le sexe comme un plaisir ou un contentement, mais comme une quête perpétuelle et inassouvie de moments de bonheur.

10% de femmes accros
Bien qu'on ne dispose pas de statistiques précises, le problème semble s'amplifier. A la façon des groupes d'entraide mutuelle tels les Alcooliques Anonymes, des soutiens aux accros du sexe émergent en Suisse. Ainsi Berne et Coire ont déjà leurs groupes de Sexoliques Anonymes. Et jeudi ce sera au tour de Zurich de franchir le pas, à l'occasion d'une soirée d'information. A l'initiative de Werner Huwiler, du Bureau zurichois de consultation masculine. «Beaucoup d'hommes se tournent vers nous pour trouver de l'aide», constate-t-il.

Et les femmes? Selon le psychologue américain Patrick Carnes, qui a lancé en 1975 le concept de dépendance sexuelle, la problématique toucherait 10% de femmes, mais concerne tous les âges et aussi bien les hétérosexuels que les homosexuels.

Lire la suite

06/01/2009

Orgasme de votre femme

Qu’il soit une bête de sexe ou quelqu’un de timide, tout homme veut que sa partenaire ressente le plus de plaisir possible. Pour résoudre cet épineuse questions nous avons interrogé la sexologue américaine Debby Herbenick. Grâce à ses réponses vous deviendre peut-être un maitre de la chose...


Il n’est pas toujours facile pour un homme d’interroger sa partenaire sur son plaisir, ni de poser les bonnes questions à une sexologue. Men’s Health l’a fait pour vous !

Lire la suite

05/01/2009

La passion peut durer !

Le mélange d'amour et d'envie qui marque le début d'une relation peut perdurer, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, écrit dimanche le 'Sunday Times' en se basant sur qu'il présente comme des preuves scientifiques.

Des chercheurs de la New York Stony Brook University ont réalisé des scanners des cerveaux de couples partageant leur vie depuis au moins une vingtaine d'années et les ont comparés avec ceux de jeunes amoureux. Il est ressorti de ce test qu'un "vieux" couple sur dix avait exactement les mêmes réactions chimiques, à la vue d'une photo du partenaire, que les jeunes couples. (Belga)

Les plus gros seins

Placées sous le haut patronage de Philip Roth, voilà 400 pages consacrées aux seins. Aux plus gros seins de l'histoire du sein. Une somme, rassemblée par la docte Dian Hanson, qui fut l'éditrice d'un magazine des années 70 baptisé par antiphrase Puritan Magazine . Beau titre, beau livre, où l'on découvre des filles des années 50 aux patronymes poétiques, comme Virginia « Ding Dong » Bell.

Lire la suite

31/12/2008

Le tantrisme, c'est quoi?

Le tantrisme est assez proche du yoga dans sa pratique. Si dans les deux cas l'élévation spirituelle voire la méditation est le but visé chez les puristes, dans la pratique simplifiée déclinée pour l'occident le tantrisme est plus assimilé à un éveil des sens.

La philosophie du tantrisme repose sur l'idée que la base de l'univers repose sur deux principes symbolisés par le couple masculin et féminin. Le but du tantrisme est d'atteindre un état d'harmonie et d'éveil en s'appuyant sur l'introspection sensorielle. L'acte sexuel n'est qu'un des moyens amenant à l'éveil de ses sens. En concentrant son énergie sexuelle (kundalini) par la méditation on favorise l'éveil du corps. La course à l'orgasme n'est pas le but visé par le tantrisme mais le contrôle de ses sens et de son énergie permet par ricochet de mieux « sentir » l'autre pour une sexualité plus épanouie.

Lire la suite

06:31 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0)

La puce à orgasme !

Selon le Telegraph, des scientifiques de l'université d'Oxford pourraient arriver d'ici quelques années à créer une "sex chip" - puce électronique qui fait du seske.

Basé sur le même principe que le traitement de Parkinson (des petits courants électriques envoyés sur le cerveau), cette puce stimulerait la zone du cerveau située juste derrière les yeux. Le cortex orbitofrontal - c'est son p'tit nom - est associé aux sensations de plaisirs dérivés du sexe et... de la bouffe.

Lire la suite

30/12/2008

La levrette: la polémique

La levrette est une position que l'on pratique lorsque le couple a atteint une certaine confiance mutuelle.

En effet, la position de la levrette est très connotée. Elle consiste pour l'homme à pénétrer sa partenaire par derrière comme le font la plupart des mammifères. La femme est à quatre pattes, elle est dominée par l'homme qui impulse le mouvement. La position de la levrette connait de nombreuses variantes : la femme peut se positionner à genoux ou à quatre pattes, la tête en appui sur le lit ou seulement les mains. La levrette peut aussi se pratiquer appuyée sur un canapé, une table, un mur en dehors de la chambre.

Lire la suite

10:29 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : la levrette