Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/06/2010

Naturisme : montrer votre corps

Etre nue tout le temps...

C'est le principe du naturisme : vivre nue et en prendre l'habitude. Tout est fait pour que vous n'ayez pas à vous vêtir : les espaces naturistes offrent un maximum de services sur place. Mais ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas obligée de tout faire nue les premiers temps. Vous pouvez enfiler un petit paréo de temps à autre pour manger, faire une course... Mais rester nue est une forme de respect pour les autres, c'est la règle. (Source: top santé.com)

Que l'on vous trouve moche...

On n'est pas là pour juger son voisin. Les vacanciers ne sont pas là pour se regarder, s'épier, mais pour développer un rapport à la nature et vivre en communauté. Vous découvrirez vite que personne n'est parfait. Vous serez fondue dans la masse. Jetez un coup d'il à la définition du naturisme adoptée par les pratiquants depuis bien longtemps : "Il a pour objectif de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l'environnement". Rassurée ?

Que naturisme sexualitéPas ave les enfants...

Le naturisme nest ni une pratique sexuelle, ni de l'exhibitionnisme. Vous verrez, les centres naturistes sont très communautaires : c'est une activité très familiale. Personne ne vient dans un espace naturiste pour trouver des partenaires sexuels.

 

Les enfants vivent naturellement nus, ils ne se sentent pas gênés. Tout devrait se faire le plus naturellement possible. La nudité en famille va leur paraître "normale". S'ils ne vous ont jamais vu nue à la maison, cela risque d'être plus difficile. Il faut bien leur apprendre à distinguer la période de vacances du reste de l'année.

Concernant les ados, c'est plus délicat. Ils sont dans une période de changement et ils sont pudiques et complexés. Ne les forcez jamais à se déshabiller. (Source: top santé.com)

07/06/2010

L'homme belge préfère les baisers exotiques

En matière de baisers, le Belge n’est pas prude. Quelques chiffres : pas moins de 85 % des hommes belges pensent que ce sont les femmes venant de l’étranger (c’est-à-dire hors Belgique) qui embrassent le mieux. Près d’un homme de plus de 35 ans sur trois a déjà connu plus de 20 partenaires. L’étude révèle d’autres résultats singuliers : un homme belge de moins de 35 ans sur quatre a déjà embrassé un autre homme et 40 % des hommes échangent leur premier baiser vers 17 ans. C’est ce qui ressort de la grande enquête* sur le baiser menée par Mentos Gum auprès de 500 hommes belges âgés de 15 à 55 ans. L’étude a été réalisée dans le cadre du lancement du nouveau Mentos Aqua Kiss 2-layer, le premier chewing-gum qui associe deux sensations fruitées.

*réalisée par le bureau d’étude iVox


La grande enquête sur le baiser : les hommes belges préfèrent embrasser…

…quelqu’un venant de l’étranger
Lorsqu’il s’agit de baisers, le Belge aime faire preuve d’exotisme. Plus de huit hommes sur dix pensent que ce sont les femmes venant de l’étranger qui embrassent le mieux. L’Italie (15 %) et la France (10 %), pays avec une grande tradition du baiser, enregistrent les meilleurs résultats, suivis également du Brésil, de l’Espagne et de la Suède (chaque pays obtenant 7%) qui rencontrent un franc succès.

…compte plus de partenaires différents que les femmes
En comparant les chiffres de la grande étude Mentos sur les baisers menée l’année dernière auprès des femmes belges avec celle de cette année, il en ressort que les hommes sont des… coureurs ! Ainsi, près d’un homme de plus de 35 ans sur trois a déjà connu plus de 20 partenaires. Un cas de figure moins fréquent chez les femmes (à peine une femme sur cinq). Rien d’étonnant donc à ce que plus de la moitié des hommes belges affirment avoir eu une partenaire qui embrassait mieux que sa partenaire actuelle.

…pour la première fois à 17 ans
Les femmes échangent leur premier baiser avant les hommes. Sept femmes sur 10 vivent cette expérience à 16 ans. Chez les hommes, à peine la moitié. Qui plus est : quatre hommes sur dix attendent (par la force des choses) jusqu'à 17 ans.

…aussi d’autres hommes
Le baiser expérimental n'est manifestement pas le privilège de la femme… Un homme sur cinq a déjà osé embrasser une personne du sexe fort. Cette proportion atteint même un homme de moins de 35 ans sur quatre. Et plus de la moitié d’entre eux affirment qu’il s’agissait d’un seul baiser, ce qui confirme clairement la thèse de l’expérimentation.

…de préférence Julie Taton
Si les hommes pouvaient choisir, 16,5 % d’entre eux embrasseraient volontiers l’ancienne Miss Belgique, Julie Taton. Ou Virginie Elfira, pour les hommes de moins de 35 ans. Dans cette catégorie d’âge, plus de 20 % choisiraient la célèbre figure de RTL-TVI. La femme que l'homme wallon ne souhaiterait embrasser pour rien au monde est… Anne-Marie Lizin (39%) !

…différemment que les Flamands
Les hommes wallons et flamands n'embrassent pas de la même manière. La fougue avec laquelle ils échangent des baisers dépend de la région. Ainsi, les hommes flamands apprécient moins les partenaires aux baisers fougueux que les wallons (13% vs 5%). Quant aux hommes wallons, ils apprécient moins les femmes qui serrent les dents en embrassant (16 % vs 7 %) et les femmes qui produisent beaucoup trop de salive (8% vs 3%). Une mauvaise haleine reste, aussi bien pour les hommes wallons que flamands, le tue-l’amour lors d’un baiser passionné (55,5 % de Wallons et 52 % de Flamands).

…uniquement les femmes avec une haleine fraîche
Il ne faut donc pas s’étonner si près d’un homme sur quatre (22 %) affirme reconnaître une partenaire qui embrasse bien à son haleine fraîche, à ses belles dents et à l’utilisation d’un chewing-gum (une sur trois) avant ou pendant le baiser. Chez les femmes, ce chiffre est encore plus élevé (plus de 50 %).

www.mentos.be

Sexe: la pilule, ça change ma libido ?

Le conseil de la spécialiste

Côté psycho: pensons déjà que la pilule ne nuit pas à la fertilité et que lovulation survient dès quon larrête. Côté pratique: prenons notre comprimé de manière décalée par rapport à lheure où on a lhabitude de retrouver notre chéri sous la couette. Pas cinq minutes avant de nous mettre au lit. Ainsi, on y pense moins en faisant des câlins.

On peut aussi développer de nouvelles sources dexcitation, être créatifs à deux et donc « féconds » ensemble, mais autrement. On y parvient dautant mieux en se nourrissant dimages érotiques renouvelées et en se concentrant sur nos sensations physiques. Arrêter de gamberger, ça fait souvent du bien. Enfin, si on veut vraiment faire un bébé, on en discute, on arrête la pilule pour de bon et consciemment, sans attendre « laccident » quon aura peut-être du mal à gérer.

Lorsquon est irritée après les rapports, est-elle en cause?

Une pilule faiblement dosée en strogènes peut entraîner une sécheresse vaginale globale, qui nest pas le signe dun manque de désir, à lorigine. La sensation est moins agréable au moment des rapports amoureux et cela peut jouer, à terme, sur lenvie de faire lamour. La lubrification étant moins importante pendant lacte sexuel, linconfort sintensifie.(Source: topsanté.com)

06/06/2010

La course au bon sexe…

Les dernières décennies furent marquées par une libération des us et coutumes quant à la sexualité. Cette libération, perceptible dans notre vie de tous les jours, à travers la publicité, les articles de revue, la télévision, l’Internet et autres médias aura certainement contribué à faire émerger plusieurs questionnements au sein d’une population dont la société encourage plus souvent qu’autrement la performance.(Source: courrierahuntsic.com)

Ainsi, il est fréquent d’entendre les gens, hommes comme femmes, s’interroger relativement à leurs prouesses sexuelles.  Combien de personnes se demandent comment bien faire l’amour ou encore comment être un(e) amant(e) idéal(e)?  Cette réflexion semble trop souvent confondre la technique dans le sexe et le plaisir.  Or, profiter pleinement de sa sexualité implique généralement d’accepter de mettre de côté ce désir de performance au profit d’un plus grand laisser-aller.

 

            Malheureusement, prendre son temps paraît difficile pour bien des gens dans un contexte où ils se retrouvent continuellement oppressés par leurs diverses responsabilités.  Néanmoins, s’il est une chose à retenir, c’est que le « bon sexe » ne relève certainement pas du sprint olympien… 

 

            En ce sens, il faut savoir s’arrêter et prendre le temps de se donner droit au plaisir, de le savourer.  Aussi, il est bon de savoir que la course à l’ULTIME performance nuit habituellement à la spontanéité du moment.  Avoir une relation sexuelle ne devrait pas être l’équivalent de participer à une compétition sportive.  Il devrait plutôt s’agir de prendre le temps d’être à l’écoute de son propre plaisir tout en demeurant ouvert à celui de l’autre.

 

            Enfin, contrairement à certaines croyances populaires, il n’existe aucun truc infaillible ou aucune recette miracle pour faire d’une personne le partenaire sexuel idéal.  Contrairement à ce que plusieurs continuent de croire, bien faire l’amour ne relève aucunement de l’instinct.  Cela se travaille.  Comment?  Et bien, par l’ouverture sur soi, l’ouverture à l’autre et surtout, par la communication.

 

            Effectivement, tout comme au point de vue alimentaire, dans la sexualité, chaque individu a ses préférences.  Il s’agit donc d’apprendre à bien se connaître et d’accepter de partager notre connaissance de soi avec notre partenaire.  En définitive, il est également important d’être apte à entendre les besoins et désirs de l’autre.  Bref, une sexualité épanouie passe assurément par la bonne connaissance de soi ainsi qu’une connaissance suffisante de l’autre…

 

Marie-Hélène Baillargeon, M.A. Sexologue clinicienne et psychothérapeute (Source: courrierahuntsic.com)

03/06/2010

Faire l’amour maintient en bonne santé !

Le coup de la migraine ?

Plus besoin de le faire ! Cette excuse universelle utilisée pour décliner avec diplomatie la proposition indécente n'a plus lieu d'être. Plus de mauvaise foi possible. En effet, le sexe est aussi efficace qu'un cachet d'aspirine. C’est un puissant antalgique qui lutte contre les maux de tête. Comment ? Eh bien, en atteignant le Nirvana le corps produit des endorphines, anti-douleur naturel (proche de la morphine). Ces hormones aux effets relaxants balaient les maux de tête. (Source: bloc.com)

Parfait pour rajeunir !

Pour lutter contre les traces du temps, on se tartine toutes de crèmes anti-âge et autres anti-rides. Mais saviez-vous que la meilleure recette pour rajeunir, c'est une nuit d’amour ? Plus efficace qu’un lifting ! Selon une étude anglo-saxonne, les personnes qui font l'amour 3 fois par semaine paraissent 10 ans plus jeunes que leur âge. Le plaisir lors de l’acte permet de délivrer de la dopamine et de l'adrénaline, essentielles pour préserver la jeunesse. A bon entendeur…

Séance de sport…

Footing ? Vélo ? Gym ? Pas besoin ! Rien de tel que quelques galipettes sous la couette pour faire de l'exercice cardiovasculaire. Faire l'amour fait également travailler les muscles fessiers, les cuisses et la ceinture abdominale. Plus agréable pour sculpter sa silhouette que de passer des heures à souffrir à la salle de gym.
Autre bonne nouvelle : on brûle aussi un maximum de calories. Plus besoin de faire de régime et de se priver de dessert !

Un sommeil de plomb !

Une nuit de sexe, rien de mieux pour dormir comme un bébé et faire de beaux rêves. Pendant l'acte sexuel, l'ocytocine provoque le relâchement, une véritable sensation de bien-être et chasse le stress. Alors, avant de plonger dans les bras de Morphée, faites-vous des plaisirs coquins…

Et l’intellect aussi…

Faire l'amour améliore les performances de notre cerveau. Comment ? En fait, pendant l'acte sexuel, le taux d'œstrogène grimpe. Et ces hormones ont un effet sur notre mémoire verbale. Les oestrogènes, supers activateurs neuronaux, amélioreraient nos performances cognitives.

Jamais malade !

Des études américaines ont prouvé que faire l'amour une à deux fois par semaine permettrait d'augmenter le niveau d'immunoglobine A. Cet anticorps naturel booste notre système immunitaire. Voilà une solution idéale et radicale pour éradiquer les petits virus et repousser les coups de froid. Plus de rhume grâce à l’amour ! (Source: bloc.com)

01/06/2010

La vie sexuelle d'un Américain sans reproche

La vie sexuelle d'un Américain sans reproche
Producteur et réalisateur, auteur de deux romans non parus en France, et scénariste de la série « Cardiac Arrest » qui est diffusée sur BBC, Jed Mercurio a attiré notre attention avec son dernier roman (donc le premier roman édité en France) paru le 4 février 2010 aux éditions Belfond sous le titre très remarqué « La vie sexuelle d’un Américain sans reproche ». L’auteur réussit une prouesse en nous proposant un roman surprenant grâce à son approche inédite sur un personnage qui a fait tant couler d’encre. Jed Mercurio écrit une biographie crédible et documentée du 35e président des Etats-Unis montrant sans fioriture le côté « Dr Jekyll et Mister Hyde ». Un homme contrasté aussi séduisant qu’inquiétant. Portrait.

Une fiction impudique, crédible et passionnante.


Rongé par la maladie, gavé de somnifères, d’amphétamines, d’anti-douleurs, serial séducteur que seule la satisfaction de ses irrépressibles pulsions sexuelles peut apaiser, voici John Fitzgerald Kennedy, 35e président des États-Unis. Un angle de présentation sulfureux pour un homme de pouvoir errant dans des milieux où se côtoie un entourage complaisant, une cohorte des docteurs Feelgood, des fausses amitiés, des enquêtes de la CIA, sous les dessous de la crise de Cuba…

Un JFK sulfureux dans un roman qui se lit comme un thriller.


Personnage mythique surexploité dans les livres, « La vie sexuelle d’un Américain sans reproche » avait tout au début pour ne pas nous intéresser et être très vite jeté aux oubliettes. Auteur subtil et chichement documenté, Jed Mercurio évoque une époque révolue avec une telle exactitude que le lecteur se retrouve immergé dedans comme s’il y avait vécu. Un sentiment étrange. La vie privée des puissants restait soigneusement cachée. Et avec son roman, l’auteur parvient à nous proposer un roman de notre époque en mêlant intelligence, provocation et sexualité débridée. JFK est une personnalité politique contrastée et adorée des Américains que Jed Mercurio nous présente d’une manière inédite. Ce qui est vraiment l’intérêt de ce roman absolument original.

Le mythe JFK : un homme qui doit gérer ses pulsions.


Au-delà de nous parler des détails les plus intimes de JFK et de l’ensemble de ses contradictions les plus flagrantes, Jed Mercurio nous rappelle que même le mythe JFK, l’homme de pouvoir incarné a ses petits travers comme tous les autres. L’auteur casse le mythe en dressant une étude clinique de la santé du 35e président des Etats-Unis. Même les grands hommes ont des sentiments. L’auteur tourne cela au ridicule en disant que même « les mythes ont une vessie ». Humour, analyse pertinente, une présentation de JFK inédite et impudique, « La vie sexuelle d’un Américain sans reproche » est un vrai roman et non une biographie pompeuse à lire juste parce que tout ce que vous savez sur JFK prendra une nouvelle dimension plausible, proposée par un auteur talentueux.

Un roman étonnant qui réussit le pari de nous captiver au sujet d’un personnage politique sur lequel bien trop de livres ont été publié. « La vie sexuelle d’un Américain sans reproche » est loin d’être le livre de trop sur JFK, mais bien celui qu’il faut lire absolument.

Auteurs : Jed Mercurio
Editions : Belfond

Parution : 04 fév 2010
Pagination : 360 pages
Format : 140 x 225 x 30 mm

ISBN : 9782714446121
Prix : 20 €

La sexualité des Français

Et si le principal héritage de Mai 68, dont on fêtera bientôt l'anniversaire, était la libération des mœurs ? Généralisation de la contraception, droit au plaisir, éclatement du couple, émancipation des femmes, reconnaissance de l'homosexualité, banalisation de la pornographie.
Une révolution qui n'a pas encore fini de produire ses effets, comme le prouve la grande "Enquête sur la sexualité en France" (Éditions La Découverte, 612 pages, 30 euros) que Le Nouvel Observateur s'est procurée en exclusivité et autour de laquelle il a monté son dossier de la semaine.
L'ouvrage, réalisé par des chercheurs de l'Ined et de l'Inserm entre octobre 2005 et mars 2006, sera publié jeudi 13 mars, un an exactement après sa première présentation au public.

Des femmes plus libres

Cette 3ème enquête sur les comportements sexuels en France, conduite auprès de plus de 12.000 Français de 18 à 69 ans, révèle l'évolution de la sexualité féminine depuis les précédents enquêtes menées en 1970 et 1992.
La sexualité des femmes s'est largement diversifiée (plus de partenaires, activité sexuelle prolongée...) en trente ans.
Les filles (17,6 ans) rattrapent les garçons (17,2) pour l'âge du premier rapport sexuel. En un demi-siècle, l'entrée dans la vie sexuelle des hommes s'est abaissé d'un an et demi et celle des femmes de trois ans.
Les femmes de plus de 50 ans vivant en couple sont plus actives sexuellement : en 1970, une sur deux avait des rapports sexuels avec son mari (compagnon) aujourd'hui c'est 9 sur dix.

Plus de rapports homosexuels

Les femmes déclarent plus de partenaires qu'autrefois (en moyenne 4,4 en 2006), mais toujours moins que les hommes (11,6, chiffre stable depuis 1970). Elles sont aussi plus nombreuses qu'avant à déclarer avoir eu des rapports homosexuels au cours de leur vie (4% contre 2,6% en 1992) alors que la proportion reste similaire chez les hommes (4,1%).
L'enquête dirigée par Nathalie Bajos (Inserm) et Michel Bozon (Ined démographie) a été commandée par l'ANRS (agence sida-hépatites) pour aider à guider les politiques de prévention en matière de sexualité (MST, sida).

09/05/2010

Le sexe est une pratique à risques

 

Les bienfaits de l'activité sexuelle ont déjà été maintes fois décrits, de même que les problèmes psychologiques qui peuvent y être liés. Ce dimanche, le "Sunday Telegraph" en étudie les risques physiques, ou plus exactement les risques d'encourir une lésion physique en faisant l'amour. Car il semble q'un Britannique sur trois ait gardé une séquelle physique après une partie de jambes en l'air... Dans près de la moitié de ces cas de blessures, celle-ci ne semble toutefois pas fort grave, à tel point que la personne ne s'en plaint pas au moment même, mais seulement le lendemain. Il s'agit la plupart du temps d'une contracture musculaire. Des problèmes de dos et la formation d'ampoules sont également signalés. Deux pour cent de ces blessures sont...des fractures ! Cinq pour cent des gens sont inaptes au travail au lendemain d'une blessure contractée lors d'un acte sexuel.

L'endroit le plus dangereux pour entretenir une relation sexuelle semble être le divan, parce qu'il y a souvent des verres et des assiettes à proximité. Les escaliers sont dangereux aussi, tout comme la voiture ou la douche. Une personne sur dix s'est aussi blessée en tombant du lit pendant les ébats.

Et outre les lésions physiques, il y a aussi les dégâts matériels, comme le bris de verre ou la dégradation de tableaux.

06/05/2010

Plus de la moitié des femmes planifient la date de naissance de leur enfant

 

 

Predictor a interrogé les femmes belges sur les différentes étapes de leur maternité, depuis l’histoire des choux et des roses jusqu’à la grossesse elle-même.

 

 

Predictor, leader du marché des tests de grossesse, a demandé à 500 femmes entre 25 et 40 ans comment elles envisageaient la grossesse et tout ce qui y est lié. Il découle des résultats de cette enquête que la moitié des femmes belges essaient de planifier au maximum la date de leur accouchement. En outre, une femme sur cinq ne souhaiterait pas mettre d’enfant au monde tant qu’elle n’est pas sûre de son propre avenir sur le plan économique. L’enquête révèle également que, même à notre époque moderne, une femme sur dix n’a pas reçu d’éducation sexuelle à l’école ou à la maison, et qu’elle a donc dû découvrir par elle-même que les enfants ne sortent pas des roses ou des choux ! Cela explique partiellement pourquoi un pourcentage élevé de femmes (75 %) semblent ne pas connaître leur propre cycle de fertilité. Il arrive donc que ces femmes attendent longtemps avant de tomber enceintes, tout simplement parce qu’elles ne font pas l’amour à la bonne période. Et plus cette attente inutile est longue, plus les femmes utilisent des tests de grossesse ! C’est en effet ce que confirme le fait que plus de la moitié des femmes (54 %) recourent plusieurs fois à des tests de grossesse pour savoir si elles sont enceintes. Il est intéressant de constater que 40 % des femmes déclarent qu’elles feraient un second test de grossesse si un premier test s’avérait positif. Les femmes belges sont donc clairement désireuses de recevoir une double confirmation pour les plus grands moments de leur vie !

 

Les roses et les choux : comment ça marche encore ?

À la suite de l’enquête menée l’année dernière par Predictor et au cours de laquelle 75 % des femmes ont admis qu’elles ne connaissaient pas leur propre cycle de fertilité, la marque Predictor s’est intéressée davantage à la question de l’éducation sexuelle en Belgique. Il se dégage de cette étude qu’une Belge sur dix affirme ne jamais avoir reçu d’éducation sexuelle - ni à l’école, ni à la maison – et qu’elle a donc tout découvert par elle-même. 38 % des femmes ont eu droit à l’histoire des choux et des roses via leur mère et/ou leur sœur, et 34 % ont reçu des leçons d’éducation sexuelle à l’école.

 

Plus de la moitié des femmes belges planifient la date de naissance de leur enfant

Les femmes belges sont très, très, très occupées ! Du lundi au vendredi, elles se consacrent à leur profession, leur compagnon, leurs loisirs, leur ménage et si possible, leurs amis. Mais même leurs week-ends sont souvent très chargés : mettre de l’ordre, faire du sport, tondre la pelouse, cirer le parquet, rendre visite à la famille, faire du shopping… Ce n’est donc pas une sinécure d’intégrer un enfant dans notre mode de vie actuel. Un agenda bien planifié est pour beaucoup une véritable nécessité. C’est également ce qui ressort des résultats de l’enquête : lorsque les femmes belges décident d’avoir un enfant, plus de la moitié des femmes interrogées choisissent la date de naissance de leur enfant avant même de planifier la grossesse. Pour 8 % d’entre elles, c’est un must absolu ; pour les 42 % restants, elles essaient d’en tenir compte dans la mesure du possible. À la question de savoir si la femme belge tente de définir elle-même le sexe de son enfant, les clichés semblent perdurer : pour 97 % des femmes, peu importe que l’enfant soit une fille ou un garçon.

L’enquête révèle également qu’en raison de la crise économique, une femme sur cinq préfère attendre avant de tomber enceinte. Les 80 % restants ne partagent pas cet avis et ne laissent pas la crise contrecarrer leurs projets d’élargissement de la famille.

 

Les femmes veulent savoir… et tout de suite !

Les résultats de l’enquête démontrent que la majorité des femmes qui essaient de tomber enceintes veulent savoir le plus rapidement possible si elles attendent famille. Pour 67 % des femmes, le degré de sensibilité élevé d’un test de grossesse constitue donc le principal critère de choix, car les bonnes nouvelles ne viennent jamais assez vite ! En réponse à cette exigence, Predictor a développé spécialement pour les femmes curieuses le Test précoce de grossesse. L’extrême sensibilité aux hormones hCG de ce test permet de savoir si l’on est enceinte quatre jours avant le début des menstruations normales ou dix jours après le dernier contact sexuel. Ce test de grossesse est donc deux fois plus sensible que les autres.  En outre, tant le test de grossesse normal que le test précoce de grossesse de Predictor sont fiables à  plus de 99 %.

 

La femme belge aime que les moments importants de sa vie lui soient doublement confirmés

Il se dégage également des résultats de l’enquête que plus de la moitié des femmes (54 %) recourent plusieurs fois à des tests de grossesse lorsqu’elles essaient de tomber enceintes. En outre, 40 % d’entre elles déclarent qu’elles réaliseraient un deuxième test de grossesse si un premier test leur révélait qu’elles sont enceintes. Les femmes belges aiment donc recevoir une double confirmation pour les grands moments de leur vie ! Voilà qui est clairement établi. C’est pour ces femmes que Predictor a lancé le DUO-pack, pour un prix 35 % plus avantageux. Tant qu’à effectuer un double test, autant qu’il ne soit pas deux fois plus cher !  Et pour les femmes qui mettent plus de temps avant de tomber enceintes, le DUO-pack constitue également un achat plus intéressant.

 

Predictor veut aider un maximum de femmes à tomber enceintes…

Pour aider les femmes à déterminer leurs jours de fécondité et augmenter ainsi leurs chances de grossesse, Predictor a développé un Test d’ovulation. Ce test détecte la poussée des hormones lutéinisantes (hormones LH), qui sont toujours présentes dans les urines de la femme. Le pic de LH, lorsque la femme est fertile, se produit juste avant l’ovulation. Si vous avez des rapports sexuels dans les 24 ou 36 heures qui suivent un test positif, vous avez un maximum de chances de tomber enceinte.

 

… et leur offre un test d’ovulation gratuit

Predictor veut aider un maximum de femmes à tomber plus rapidement enceintes. Lorsqu’un test de grossesse Predictor s’avère négatif, les femmes peuvent recevoir un Test d’ovulation gratuit (d’une valeur de 32,50 €) auprès de leur pharmacien. Ainsi, Predictor aide les femmes à augmenter leurs chances de grossesse. Cette action est valable en pharmacie à partir de mi mai jusqu'à épuisement du stock.

 

05/05/2010

Votre espérance de vie sexuelle active

Serez-vous sexuellement actifs lors de vos vieux jours? Bien malin qui peut prévoir. Mais si vous êtes un homme, vous risquez davantage de faire des galipettes longtemps après la retraite. Des chercheurs de l'Université de Chicago publient le fruit de leurs recherches dans le dernier numéro du British Medical Journal et introduisent un nouveau concept santé, l'«espérance de vie sexuelle active».

À 30 ans, un homme peut espérer être sexuellement actif pendant 34,7 ans et vivre 45 ans de plus. Une femme de 30 ans, quant à elle, peut prévoir 30,7 années de vie sexuelle alors qu'il lui reste 50 ans à vivre. «Dans l'ensemble, les hommes ont une plus grande espérance de vie sexuelle active que les femmes. Ils sont plus actifs et plus intéressés par le sexe que les femmes», résument les chercheurs, qui basent leur analyse sur deux enquêtes réalisées auprès de 3032 adultes de 25 à 74 ans et de 3006 adultes de 57 à 85 ans.

 

C'est entre 75 et 85 ans que les disparités sont les plus grandes. «Ce n'est pas très surprenant, indique Geneviève Parent, sexologue clinicienne. Les hommes meurent plus jeunes que les femmes. Dans les résidences pour personnes âgées, il y a souvent un homme pour 10 femmes.» Selon l'étude, 72% des hommes de 75 à 85 ans ont des partenaires, contre 40% des femmes.

 

Chez les aînés sexuellement actifs, 70,8% des hommes se disent satisfaits de la qualité de leur vie sexuelle, contre 50,9% des femmes. Intéressés par le sexe? C'est le cas de 41,2% des hommes, mais seulement de 11,4% des femmes.

«Il ne faut pas oublier que les changements sexuels chez la femme sont importants avec la ménopause, ajoute la sexologue. Ça rend les rapports sexuels moins intéressants, plus douloureux pour plusieurs.»

La santé est un facteur clé. À 55 ans, un homme peut prévoir 15 années supplémentaires de vie sexuelle active, contre 10 ans pour une femme du même âge. Si la santé est excellente, un homme ajoute à cela 5 à 7 ans, une femme, 3 à 6 ans. «Être en santé fait en sorte qu'on a des meilleures capacités cardiovasculaires. Ça rend la sexualité plus facile.» (source: cyberpresse.ca)

le secret de Demi Moore c’est… le sexe !

On dit que l’amour rend les femmes jolies et pour rester jeune, le secret de Demi Moore c’est… le sexe !

A 47 ans, l’actrice hollywoodienne s’est confiée au Sunday Mirror :

« Je dirai que le sexe aide ! ça émoustille les endorphines ! Mais plus que tout encore : le sexe permet de partager quelque chose de bien avec la personne qu’on aime ».

Il semblerait donc que le secret de beauté de Demi Moore s’appelle Ashton Kutcher

« Je réalise la chance que j’ai d’avoir quelqu’un qui m’aime pour ce que je suis. Il aime aussi mes imperfections et ça, ça me rend heureuse » a confié l’actrice avant de déclarer :

« J'ai vieilli. Je ne ressemble plus à ce que j'étais dans ma vingtaine et ma trentaine. Mais vous devez profiter le plus possible de ce que vous avez". Mais non Demi, tout va bien…

Le conseil du jour s’adresse donc à Susan Boyle qui souhaite avoir recours à la chirurgie esthétique. Susan, un beau jeune homme vaut mieux qu’un bistouri ! Bon d’accord quand on s’appelle Demi Moore, c’est quand même plus facile…

21/04/2010

Dormez dans un… anus !

art_105416.jpg

BRUXELLES Les vacances d’été se profilent à l’horizon. Pour les indécis et ceux qui n’ont pas beaucoup de jours de congé, il existe des maisons d’hôtes originales, voire très originales en Belgique.

Pour des vacances qui resteront dans les annales – c’est le cas de le dire ! –, pourquoi ne pas réserver une chambre d’hôtes qui se présente sous la forme d’un gros intestin ?

CasAnus, de son petit nom, est l’œuvre de l’atelier Joep Van Lieshout. Situé dans un parc de 12 hectares, à quelques jets de pierre de la ville d’Anvers, cet hôtel particulier risque d’en marquer plus d’un !

L’extérieur de cette chambre particulière se présente sous la forme d’un tube digestif.

Dans le gros intestin, une chambre d’hôtes à l’intérieur, d’un blanc immaculé, est à louer. Une nuit pour deux personnes revient à 120 €, petit-déjeuner inclus.

Retrouvez toutes les informations sur www.verbekefoundation.com ou en téléphonant au 03/789.22.07.

Dans un registre un peu moins glauque : la balade des Gnomes. Cette maison d’hôtes fait place à l’imaginaire et au monde des fées, elfes, gnomes et autres créatures fantastiques en proposant 9 chambres aux univers et noms originaux : Une balade dans la forêt, Sur un quartier de lune, Le désespoir du moine, Hutta di zobabou-bou…

Informations : www.labaladedesgnomes.be ou par téléphone : 0472/20.86.23

Pour les amateurs de grand air, il est possible de dormir dans une cabane haut perchée ! Infos : www.hotelcabane.be ou 082/22.63.80.

Envie de vous en mettre plein la vue ? Dormez dans une église désacralisée transformée en hôtel de luxe ! Le Martin’s Paterhof à Malines est tout indiqué pour vous ! Infos : www.martins-hotels.com ou 015/46.46.46.  (source: L. C.C. )

20/04/2010

Les Néerlandaises ont une plus grosse poitrine que les Belges.

 

Sur Vente-Exclusive.com, le plus grand webshop privé de la Belgique et des Pays-Bas, plus de 15.000 soutiens – gorge des plus grandes marques ont été vendus depuis le début de l’année. Après analyse des résultats de vente, nous pouvons en conclure que les seins des Néerlandaises sont clairement plus gros que ceux de leurs voisines Belges.  40% de nos clientes  Néerlandaises ont un bonnet D ou plus grand. Alors que ‘’seulement‘’ 28 % des femmes Belges peuvent se vanter d’avoir une telle poitrine.

Avec plus de  500.000 membres,  Vente-Exclusive.com  est le plus grand webshop privé en Belgique et aux Pays-Bas. Les membres ont un accès exclusif aux ventes d’articles de mode et articles lifestyle des marques de renom qui sont proposés avec  une remise moyenne de 50 %.

La Lingerie est en vogue

En plus des robes, T-shirts et autres  accessoires, Vente-Exclusive.com organise régulièrement des ventes  de marques de lingerie de renom telles que Chantelle, Marlies Dekkers, Simon Pérèle, Empreinte, Huit, etc. Ces ventes de lingerie provoquent souvent une véritable ruée sur notre site web, avec plus de 10.000 membres qui s’y rendent en l’espace de quelques heures. “Effectivement, la lingerie féminine est en vogue,” nous confie Peter Burin, porte-parole de Vente-Exclusive.com. “Tant en Belgique qu’aux Pays-Bas, nous vendons régulièrement de la lingerie en grande quantité. A titre d’exemple, depuis le début de l’année, plus de 15.000 soutiens-gorge ont été achetés par nos clientes. Dans la plupart des cas, les femmes achètent les marques qu’elles ont l’habitude de porter car elles sont familiarisées avec les tailles et les formes de celles-ci.

Les poitrines voluptueuses des Néerlandaises

D’après une analyse des chiffres de vente de Vente-Exclusive.com, il apparait que 1 femme sur 3 a en moyenne un bonnet C et ce aussi bien en Belgique qu’aux Pays-Bas. Ces mêmes résultats démontrent que 40 % des femmes Néerlandaises ont un bonnet D ou plus grand. Chez les Belges, « seulement » 28 % des femmes ont une telle poitrine. En revanche, les bonnets A et B sont plus vendus en Belgique (40%) qu’aux Pays-Bas (32%). “Lorsqu’on compare tous ces résultats, on peut en déduire que les Néerlandaises ont été plus gâtées par la Nature,’’ conclut Peter Burin.

Vente-Exclusive.com fut fondée en 2006  et est, avec plus de 500.000 membres, leader dans la vente privé online d’articles de marques et lifestyle en Belgique et aux Pays-Bas. En tant que boutique en ligne privé, Vente-Exclusive.com propose à ses membres un accès exclusif aux ventes des marques les plus à la mode, proposées à des prix fortement réduits. En 2009, plus de 200.000 articles de marque furent vendus sur le site et Vente-Exclusive.com réalisa un chiffre d’affaires de 6,5 millions d’euro.

01/04/2010

Une érection de trois semaines a menacé la vie d’un homme

 

 

 

 

Kolkata, Inde Les médecins sont parvenus à sauver la vie d’un homme dont la vie était menacée par une érection qui durait depuis trois semaines. L’homme d’affaires de 55 ans a été obligé de subir une opération chirurgicale d'urgence afin de soulager son pénis en érection depuis 21 jours. Les médecins pensent que l’homme souffrait d’une maladie appelée priapisme, lorsque le pénis ne retrouve pas sa flaccidité normale après 4 heures. Un traitement doit alors être pris dans les six heures afin d’éviter la dégénérescence du pénis ou même la mort. Malgré l’opération tardive, les médecins sont parvenus à sauver le patient en drainant le sang. L’opération qui a été un succès a toutefois rendu l’homme, père de deux enfants, impuissant à vie. (Source: zigonet.com)

31/03/2010

180.000 euros pour un testicule enlevé par erreur

Quand l'erreur a été découverte, un autre chirurgien a enlevé le testicule malade. Mais pour celui qui était sain, il était trop tard

ROME Un homme auquel les médecins avaient enlevé par erreur dans un hôpital de Vérone (nord) un testicule sain a obtenu 180.000 euros de dommages-intérêts, rapporte mercredi le quotidien local L'Arena di Verona. Selon le journal, les médecins avaient diagnostiqué au jeune homme, âgé de 27 ans à l'époque des faits, il y a six ans, une tumeur sur le testicule gauche et avaient décidé de l'opérer. Le chirurgien qui l'a opéré a enlevé cependant par erreur le testicule droit qui était sain.

Quand l'erreur a été découverte, un autre chirurgien a enlevé également le testicule malade, mais pour celui qui était sain il était trop tard, ajoute le journal. Le tribunal a reconnu le préjudice infligé au jeune homme et condamné l'hôpital et le médecin à payer les 180.000 euros. Le tribunal a toutefois rejeté une demande de dédommagement portant sur 1,191 million d'euros présentée par les avocats de la victime.

L'amour peut prédire un séisme !

Le comportement de crapauds en pleine saison des amours pourrait permettre de "prévoir l'imprévisible", c'est-à-dire un séisme, selon une étude publiée mercredi par des chercheurs d'une université britannique.

Un "brutal changement de comportement" de crapauds males communs (Bufo bufo) a été remarqué "cinq jours jours avant le séisme" survenu dans la ville italienne de L'Aquila le 6 avril 2009, selon l'équipe de chercheurs qui surveillaient ces amphibiens sur leur site de reproduction.

Les résultats obtenus suggèrent que "les crapauds communs B. bufo sont capables de prédire des événements sismiques importants et d'adapter leur comportement en conséquence", selon la biologiste Rachel Grant (Open University, Milton Keynes, Royaume Uni).

Avec son collègue Tim Halliday (Oxford), elle observait depuis une dizaine de jours les crapauds à 74 km de L'Aquila, lorsqu'est survenu le séisme de magnitude 6,3 qui a fait 299 morts.

Cinq jours avant ce tremblement de terre, le nombre de crapauds males présents sur ce site de reproduction s'est brutalement réduit de 96%, un comportement "hautement inhabituel" pour des crapauds, selon l'étude publiée dans le Journal of Zoology.

"Une fois que les crapauds sont apparus pour se reproduire, ils restent habituellement actifs en grand nombre sur le site de reproduction jusqu'à ce que la saison des amours soit terminée", rappellent Mme Grant et son collègue d'Oxford.

Dans les trois jours précédant le séisme, le nombre d'accouplements est tombé à zéro.

29/03/2010

C'est quoi la Sexomnie?

Hier, Frederic L. a été acquitté par le tribunal correctionnel de Mons de la prévention de viol sur sa fille de 4 ans le 23 juin 2008 à Mons. Le tribunal a estimé que la version du prévenu qui avait affirmé être atteint de sexomnie -somnambulisme sexuel- était corroborée par une série d'éléments probants. Frederic L., qui avait la garde de sa fille, s'était réveillé au milieu de la nuit accroupi au sol au-dessus de sa petite fille. Il jouait de son sexe qu'il maintenait dans la bouche de celle-ci. C'est l'enfant qui avait crié "papa c'est moi" qui avait réveillé son père en prononçant ces paroles.
Selon le père, il s'agissait d'un geste totalement inconscient. Atteint de sexomnie, il avait déclaré avoir effectué cet acte de pénétration sans en avoir conscience.
Les examens médicaux et les tests du sommeil ne mettaient pas en évidence un trouble de parasomnie sans pour autant l'exclure. D'après les experts, au niveau clinique, le témoignage verbal de Frederic L. par rapport à son sommeil semblait compatible.
Le tribunal a estimé que la version du prévenu, étayée par des éléments du dossier, ne semblait pas invraisemblable. Le prévenu a bénéficié de l'acquittement au bénéfice du doute.
Il semblerait que la partie civile ait l'intention de faire appel. (Belga)
C'est quoi la Sexomnie?

On pourrait décrire la sexomnie comme un phénomène de somnambulisme sexuel. Les personnes atteintes se mettent à se masturber ou à avoir les mêmes réactions physiques que lors d'un rapport : érection, lubrification vaginale, montée du désir... Petite précision pour vous rassurer : on ne nait pas sexomniaque, on le devient. C’est une affection provoquée par certaines circonstances particulières, notamment par une difficulté à gérer ou surmonter notre stress et nos fantasmes inexprimés. Donc il est possible de reprendre le contrôle de la situation : en changeant de travail, en prenant une maîtresse ou un amant... ou si vous préférez (et on vous le recommande !) en lisant ce qui suit. (Source: le journalducouple.com )

Un mal encore tabou

Etre sexomniaque n'est pas rose tous les jours. Parfois associée par erreur à la nymphomanie ou à l’érotomanie, cette maladie n'a pas d'origine médicale établie mais découlerait du stress, de la trop forte consommation d'alcool ou de drogues. La sexomnie peut être aussi le résultat de longues frustrations. Plus qu'un problème individuel, elle peut causer une incompréhension chez le partenaire, voire une peur.
En effet, le sexomniaque peut utiliser comme objet d'assouvissement la personne près de lui, sans s'en rendre compte ! Les sexomniaques peuvent avoir plusieurs rapports en une nuit sans en ressentir la fatigue, ce qui est bien sûr très différent pour le partenaire... La vie de couple s'en trouve perturbée. Il n'y a plus de partage, et l'incompréhension peut s'installer. Pour éviter que la situation n’empire, la sexomnie nécessite une prise en charge médicale dans un centre du sommeil ou par un thérapeute.
Isabelle Arnulf, neurologue au centre du sommeil de l'hôpital de la Salpêtrière à Paris, nous éclaire :"La sexomnie est une maladie réelle identifiée il y a une vingtaine d'années, qui peut entraîner un vrai malaise psychologique chez les patients. Elle diffère du somnambulisme par un réveil plus brutal et comporte des activités motrices réduites. Mais comme le somnambulisme, le malade dispose d'une forme de conscience onirique", précise-t-elle. Si vous êtes sexomniaque, ne vous considérez pas non plus comme un monstre, vous êtes seulement quelqu'un de plus érotisé que la moyenne, ou plus sensible : "A travers le subconscient resurgissent des évènements mal vécus de la journée ou des problèmes personnels refoulés", explique le docteur Arnulf.

Pour beaucoup de sexomniaques, ce problème psychosomatique s'est révélé au fil d'échecs sentimentaux plus ou moins répétés. C'est seulement au prix d'une thérapie ciblée que les personnes atteintes arrivent à se départir du problème et surtout à rassurer leur conjoint. Stéphane, 24 ans et sexomniaque, déclare l’annoncer toujours au préalable à ses partenaires, suite à de nombreuses ruptures dues à ce phénomène, mais aussi pour en finir avec le célibat. "Après la surprise vient le moment de l'adaptation ; même en étant suivi médicalement, je ne garantis rien alors, si jamais un «incident» arrive durant la nuit... ça passe ou ça casse, constate-t-il. Il faut me prendre tel que je suis, j'ai longtemps évité les rencontres à cause de ce problème."
Pour les femmes aussi, ce trouble peut s'avérer gênant : certes, leurs partenaires peuvent trouver d’abord un «attrait» à se faire réveiller en pleine nuit par une compagne endormie, mais ils peuvent s'en effrayer par la suite. Etre insatiable de façon répétée chaque nuit peut comporter des avantages, mais pour le partenaire, quoi de plus vexant que d’avoir le sentiment d’être « utilisé » et de se réveiller au côté d'un(e) amnésique?
Certaines femmes dont le partenaire est sexomniaque peuvent mal vivre la situation, mais n'osent pas forcément recourir à un spécialiste. Chantal, 42 ans, avoue ne pas pouvoir forcer son mari à suivre une thérapie:"Il ne me parle pas de sa vie sexuelle alors il ne le fera sûrement pas devant un tiers. Je souffre surtout du manque de tendresse lorsqu'il agit en dormant. Il me parle crûment, m'empoigne violemment... j'ai été jusqu'à le gifler pour le réveiller". Une situation dont son conjoint n'a plus aucun souvenir le lendemain : "Il s'excuse et me dit qu'il ne se rappelle de rien, je ne peux pas lui en vouloir", conclut Chantal.

Comment se soigner

Si les accès de sexomnie sont occasionnels, c'est plutôt inoffensif mais s’ils deviennent réguliers, il vaut mieux consulter.
Il existe plusieurs moyens de mettre un terme à cette maladie. N'essayez pas de solutionner votre sexomnie ou celle de votre conjoint seul(e). Il est indispensable d'en parler à un spécialiste. Tournez-vous vers des centres adaptés comme le Centre du Sommeil et de la Vigilance de l'Hôtel Dieu de Paris, vous ferez l'objet d'une étude spécialisée. Plusieurs mois peuvent néanmoins s'écouler entre la prise de contact et la consultation en elle-même, alors armez-vous de patience, et surtout dialoguez avec votre partenaire… Se lier les mains ou s'assommer de somnifères n'est pas très indiqué ! Il est préférable de parler de vos soucis, de vos sources de stress, de vos inquiétudes, des fantasmes ou envies que vous n’avez pas osé exprimer jusqu’ici : c’est déjà un premier pas vers la résolution de ce problème, en attendant d’avoir l’avis d’un spécialiste. Un site avec de nombreuses adresses de cliniques en France vous permettra de trouver l'aide qui vous correspond: www.e-sommeil.com. "Lorsque l'on est en couple il est important de ne pas considérer la sexomnie comme une perversion, rapporte Isabelle Arnulf. Il faut soutenir son conjoint et chercher avec lui des issues. Par exemple l'hypnose ou l'acupuncture peuvent à terme apporter la relaxation. Mais ce n'est qu'une solution temporaire car le stress est un facteur important, certes, mais ce n'est que la partie émergé de l'iceberg".
Attention, les traitements contre les désordres du sommeil, comme les tranquillisants, ou contre la dépression comme le Valium, accentuent le risque de sexomnie. Le meilleur recours est vraiment de vous tourner vers un psychologue pour vous aider à mettre un terme aux tracas du quotidien, aux idées refoulées ou au stress. (Source: le journalducouple.com )

18:55 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexomnie

Mettre l'odeur du sexe en flacon...

Saviez-vous que dans les parfums pour homme, afin de leur donner une note animale, on trouve de la civette, une odeur fécale? Il y a quelque chose de sale dans la sexualité et c’est justement cela, peut-être, qui donne au désir toute sa puissance. Nous aimons, au-delà du bien et du mal, des parfums mêlés de puanteur. (Source: blog les 400 culs de Libération

Rituellement, les amoureux échangent un vêtement lorsqu’ils se séparent. Un T-shirt longtemps porté, par exemple, imprégné de l’odeur bien-aimée, mélange de sueur, d’excrétions et de toutes sortes d’autres choses impalpables… Imaginez qu’il soit possible de créer un parfum qui soit exactement celui de votre amoureux(se). Vous n’auriez alors plus à porter un T-shirt, mais directement son odeur sur votre peau, afin de vous sentir unis à nouveau… Pour Hervé Mathieu, dirigeant de la société Fragrance Forward, c’est possible. “On utilise pour cela une technologie nommée le Head Space, inventée dans les années 70 et largement utilisée depuis la fin des années 80."

"L’objet dont on veut reproduire l’odeur est placé dans un récipient de verre adapté à sa forme, pour éviter tout risque de meurtrissures. Un micro-capteur, placé à l'intérieur du récipient, absorbe pendant plusieurs heures l'air autour de celui-ci. L'échantillon ainsi obtenu est ensuite étudié par une technique qu’on appelle chromatographie en phase gazeuse pour séparer les différentes molécules les unes des autres, ainsi que par spectrographie de masse pour savoir la proportion (poids moléculaire) de chacune dans l'échantillon total. Ensuite, l’humain intervient et identifie, grâce à des bases de données et à son nez, les multiples composants des odeurs.” Rien qu’une fleur peut émettre 400 molécules olfactives différentes. Imaginez ce qu’une peau humaine peut produire, surtout si l’on tient compte des activités auxquelles on s’est livré avant l’analyse… Imaginez maintenant qu’on puisse reproduire l’odeur d’une femme (d’un homme) qui vient de faire l’amour.

Avec cette technique, les parfumeurs peuvent, virtuellement, reproduire toutes les odeurs existantes, explique Hervé Mathieu. L’odeur de corps qui ont fait l’amour est sans doute possible à capturer, si l’on nuance cela par le fait qu’il n’y a sans doute pas deux odeurs semblables au cours de toute une vie amoureuse… C’est un parfum qui va naître de la combinaison de deux odeurs très personnelles, intimes, faites de l’odeur de la peau, du sexe, de la sueur, de la salive, de l’état d’excitation, qui vont s’associer ensemble. Le parfum va aussi être différent en fonction de l’heure du jour où l’on a fait l’amour, de ce qu’on a mangé, fumé ou bu avant ou pendant, sans parler des caresses qu’on a échangées ou, bien sûr, du cycle menstruel de la femme! Les combinaisons sont donc innombrables, et sans doute uniques à chaque fois. Ce pourrait être une sorte de «carte d’identité» amoureuse, unique comme une empreinte digitale et au code changeant comme par un logiciel de chiffrage numérique.

Comme beaucoup de parfumeurs, Hervé Mathieu s’intéresse de près à cette senteur un peu bestiale qui détermine parfois les coups de foudre… ou les ruptures. Quand deux personnes ne sont pas appariées, elles évoquent souvent cette sensation désagréable des peaux qui collent la nuit. Les odeurs et les températures de peau ne sont pas forcément compatibles, ce qui fait parfois dire d'une personne qu'on "ne la sent pas". A l’inverse, lorsque deux personnes s’entendent bien… s’enivrant de la réaction chimique et olfactive de leurs étreintes, elles semblent vouloir “marquer” l’autre à la façon des chiens, se l’approprier en se frottant à elle (lui) jusqu’à ne plus parvenir à distinguer son odeur de la sienne… C’est peut-être ça l’amour, finalement? Une manière de “se sentir” chez soi, en l’autre. “J'aime cette thèse, j'y crois assez, avoue Hervé Mathieu. Une des femmes que j’ai aimé faisait 2 choses: elle me léchait la paume des mains (comme un felin lèche les plaques de sel) et elle se frottait fort les joues contre ma barbe pour que sa peau en soit rougie, voire marquée de petites taches de sang, de griffures. Personnellement j'adore découvrir sous mes ongles l'odeur du sexe, elle y reste longtemps...".

Autant de petites façons de garder l'autre par l'odeur, par l'intime. Marquer son territoire comme le font les chats? "Pourquoi pas, répond Hervé Mathieu. Je ne pense pas qu'on puisse concevoir l'amour sans vouloir, à un degré ou un autre, s'approprier l'autre. Le baiser comme une sorte de cannibalisme avorté, le toucher pour garder l'odeur de la peau de l'autre, le fouissement du nez ou du visage entre les cuisses, le parfum du vêtement, l'odeur du drap ou de l'oreiller… Après tout, on parle bien des «capteurs»…”. Hervé Mathieu crée des parfums clés en main non seulement pour les marques de luxe mais pour des architectes, de riches Emirati ou des artistes. Le site pro de sa marque s’intitule “respirer – voir – toucher”. C’est dire s’il accorde au nez un rôle essentiel dans la vie. Il a en tête un projet qui devrait bientôt faire parler de lui. A suivre, donc.

26/03/2010

Comment faire l’amour partout dans le monde ?

En matière d’amour et de sexualité, les Françaises et les Français dégagent souvent un petit truc indéfinissable que les étrangers adorent. Au Japon, il existe une fascination récurrente pour les très jeunes filles. Aux Etats-Unis, les filles aux gros seins – et même aux très gros seins – ont toujours eu la cote. D’accord, mais pourquoi ? (Source: masculin.com)

France, Etats-Unis et Japon pour commencer
Question de culture, de mentalité. C’est en tout cas ce que s’attachent à montrer les auteurs de la collection « Faire l’amour dans le monde », parue aux Editions Aubanel Ces petits ouvrages permettent d’en apprendre plus sur le rapport actuel des hommes et des femmes à leur sexualité. Pour ouvrir cette collection, Catsig, Frédéric Ploton et Jean-Manuel Traimond se sont ainsi respectivement penchés sur la sexualité des Français, des Japonais et des Américains.

Quand sexe et culture ne font qu'un
Ludiques et très sérieux, ces livres évoquent la sexualité sous toutes les coutures : critères de beautés, tabous, fantasmes, manières de séduire… Les auteurs ne manquent pas de délivrer quelques petites astuces – ces petites phrases auxquelles les demoiselles ne peuvent résister quand vous les abordez… –, démontrant ainsi que sexe et culture ne sont absolument pas opposés. Bien au contraire.

« Faire l’amour en France » - Catsig
« Faire l’amour aux Etats-Unis » - Jean-Manuel Traimond
« Faire l’amour au Japon » - Frédéric Ploton
Collection parue aux éditions Aubanel

Prix : 12 euros

Du sexe halal aux Pays-Bas

El Asira, le premier sex-shop halal (licite pour les musulmans) des Pays-Bas, va être lancé par Abdelaziz Aouragh, un Néerlando-Marocain de 29 ans, musulman pratiquant. Cette boutique virtuelle, qui n’existera que sur Internet, proposera des capsules «Pure Power» pour hommes, des «stimulants sensuels» et des lubrifiants «bio» à base de beurre de cacao. Le sex-shop ne comportera cependant aucune image pornographique, conformément aux avis des religieux consultés avant de lancer l’entreprise. Un cheikh saoudien a donné sa bénédiction, à condition que les produits soient utilisés dans le cadre du mariage.

25/03/2010

Sexe : la chirurgie des lèvres

La chirurgie plastique des petites lèvres est en plein essor. Une étude américaine réalisée en 2008 montre que, pour 37 % des femmes (moyenne d'âge 35,7 ans), les motifs étaient purement esthétiques. Parmi elles, 6,9 % ont avoué avoir cédé à l'influence de leur partenaire.

Le principal « défaut » à corriger ? Raccourcir les lèvres, ce qui redonne tonus, fermeté et… jeunesse au sexe féminin. Car il n'y a pas que le visage, les seins, le ventre, les fesses et les cuisses qui doivent être juvéniles pour attirer et conserver les ardeurs mâles, il y a aussi la vulve. A quand la langue, la rate ou les amygdales ? (Source: femina.fr)

Source : John R. Miklos, MD, and Robert D. Moore, DO., « Labiaplasty of the Labia Minora : Patients’Indications for Pursuing Surgery », in The Journal of Sexual Medicine, 2008, 5, 1492-1495.

Un sperme de bonne qualité serait plus important pour les hommes qu'une carrière

Avoir un sperme de bonne qualité serait plus important pour les hommes qu'une carrière réussie ou que leur popularité auprès des femmes. C'est du moins ce que prétendent les résultats d'un sondage britannique révélés aujourd'hui.

L’enquête financée par la National gamete donation trust, une fondation qui encourage la gent masculine au don de sperme, a été réalisée auprès de 3.000 hommes. Ceux-ci devaient définir les différentes priorités de leur existence.

Sur les deux premières marches du podium, les participants ont respectivement placé "s’installer avec sa partenaire" puis, "acquérir un bien immobilier". Surprise : "avoir un sperme performant et de bonne qualité" arrive juste après, en troisième position. "Réussir sa carrière" n'arrive qu'ensuite, en quatrième position, suivi de "posséder une apparence physique agréable". Les hommes ont majoritairement placé les performances sportives et la possession d’une belle voiture en sixième position. Ils estiment cependant qu’être populaire auprès des femmes fait partie des aspects les moins importants de leur existence : cette qualité se retrouve donc en septième et dernière position.

Deuxième constat : alors que 13% des hommes estiment que la qualité de leur sperme est leur principale priorité, 91% sous-estiment le nombre de couples subissant l'infertilité au Royaume-Uni. Ces derniers seraient pourtant un sixième à rencontrer des problèmes pour avoir un enfant. "Au Royaume-Uni, à cause de l'infertilité ou de maladies génétiques, il y a des centaines de couples qui ont besoin d'un donateur de sperme pour les aider à concevoir l'enfant dont ils ont tant envie" explique Laura Witjens, la présidente de la National Gamete Donation Trust.

La fondation à l’origine de l’enquête a récemment lancé une campagne nommée "Have you got the balls ?", littéralement "Avez-vous les boules ?" afin de sensibiliser les hommes à la pénurie nationale de sperme de qualité. Elle espère ainsi les inciter au don et répondre à la demande des centaines de couples qui souhaitent devenir parents.

24/03/2010

Le rouge à lèvres de l'amour !

Un nouveau rouge à lèvres à la composition unique permettrait de révéler quand les femmes sont d'humeur à faire l'amour, en changeant de couleur.

Le rouge à lèvres, une fois posé sur les lèvres d'une femme, passerait ainsi de la transparence au cramoisi profond, en fonction de l'humeur de la porteuse à faire l'amour ou non.

Ainsi, plus la couleur ressortirait, plus l'utilisatrice serait tentée par la sexualité. Cela serait dû à une réaction chimique provoquée par le corps féminin. Chaque tube de rouge à lèvres est vendu 12 livres soit 13.50 euros.Le produit a été mis au point aux États-Unis et le porte-parole de la marque explique : "Les couleurs changent en fonction de votre état émotif". Si certains voient en ce produit l'arme ultime pour savoir comment va se terminer un rendez-vous, d'autres préconisent le port de ce rouge à lèvres de façon exceptionnelle, afin que tous les hommes ne sachent pas, rien qu'en regardant les lèvres d'une femme, ce dont elle a envie ou non.

22/03/2010

90% des couples vivaient une baisse de leur bonheur conjugal dès la naissance de leur premier enfant

 

L'enquête américaine, réalisée par l'université de Denver, avait en effet observé que 90% des couples vivaient une baisse de leur bonheur conjugal dès la naissance de leur premier enfant

On ne sera donc pas étonné d'apprendre que les parents de jumeaux ont une vie amoureuse encore plus sur le fil !

Une étude britannique menée par l'université de Birmingham et rapportée par le Guardian révèle qu'un tiers de parents de jumeaux (ou de triplés) se séparent, contre moins d'un quart pour les parents d'enfant unique.

La première année qui suit l'arrivée des deux bébés serait particulièrement éprouvante pour le couple. Mais plus étonnant, c'est le facteur financier qui conduirait davantage à la rupture.

En effet, les mamans de jumeaux sont 20% de plus à ne pas retourner travailler après la naissance de leurs bambins, ce qui provoque une perte de revenus supplémentaire pour la famille.

Source : www.grazia.fr

21/03/2010

LES FILLES PLUS ACTIVES SEXUELLEMENT QUE DANS LES SIXTIES !

 

« Faites l’amour, pas la guerre » : ce slogan de la fin des années 60 semble davantage mis en pratique aujourd’hui qu’à l’époque. D’après une étude réalisée au Royaume-Uni pour le compte de LLoyds Pharmacy auprès de 3000 femmes, les filles des années 2000 sont trois fois plus actives sexuellement que leurs aînées des années 60. Bien que ces dernières puissent se targuer d’avoir été les porte-drapeaux de la libération sexuelle, elles n’avaient connu en moyenne, à 24 ans, que 1,67 partenaire en moyenne. Aujourd’hui, au même âge, les filles assurent avoir déjà eu 5,65 partenaires différents, et près de 10% d'entre elles affirment en avoir connu plus de dix. Et si la génération peace and love était celle-ci ? Notons quand même que l’évolution des mœurs ces cinquante dernières années a beaucoup joué, mais il est aussi intéressant de constater que l’épidémie de Sida, apparue entre temps, ne semble pas avoir freiné la libération sexuelle des femmes. Une bonne nouvelle si bien sûr on n’oublie pas de sortir couvert