Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/03/2009

Comment savoir si elle simule !

Les spécialistes du sexe réservent une légitime attention à l’orgasme, plaisir ultime, absolu, symbole d’un septième ciel qu’on peut penser illusoire car on a déjà du mal à observer le premier. L’équipe du Dr Rudie Kortekaas, de l’université de Groningen (Pays-Bas), a ainsi publié en décembre 2006 les résultats d’une longue investigation, au terme de laquelle elle se déclare en possession d'une méthode infaillible pour détecter l’orgasme féminin. La méthode est simple, puisqu’elle consiste à… mesurer la pression rectale.

Une relation entre le plaisir sexuel et l’extrémité du tube digestif peut intriguer au premier abord. Pourtant, les études le prouvent :  l’explosion d’un orgasme provoque un sacré chambardement de toute la région périnée, c’est-à-dire dans les alentours de l’anus et des organes génitaux. Depuis les années 1960, on a scientifiquement enregistré des contractions de plusieurs muscles au cours de l’orgasme, notamment le sphincter anal, le muscle élévateur de l’anus et, chez la femme, les muscles lisses de l’utérus.

Le sphincter est situé tout autour du rectum dont il contrôle les contractions, ainsi que l’ouverture et la fermeture de l’anus (rappel anatomique :  le rectum est le dernier segment de l’intestin situé juste avant la sortie, l’anus étant la sortie proprement dite). L’élévateur participe quant à lui au maintien des divers boyaux de la région, certaines de ses fibres rejoignant même celles du sphincter. D’autres muscles complètent ce réseau qui assure une certaine continuité de l’avant à l’arrière de la région pelvienne, et même sur les côtés. Voilà pourquoi le déclenchement de l’orgasme se propage, via le réseau de muscles, à des endroits a priori reculés. (Source rue89 )

Lire la suite