Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/12/2009

Votre sexualité après un burn out

La dépression a souvent des conséquences négatives sur le désir sexuel. De plus, la prise d'antidépresseurs affectera, chez un bon nombre de gens, tant ce dernier que la capacité à être lubrifiée chez une femme - ou à avoir une érection chez un homme - et celle à parvenir à l'orgasme. Tous les antidépresseurs n'ont pas ce genre d'effets secondaires chez toutes les personnes. Toutefois, cela fait partie de ceux qu'on peut rencontrer. À ceux et celles qui lisent ceci: n'arrêtez pas votre médication de votre propre chef; parlez-en d'abord à votre médecin traitant.

Le seul fait d'arrêter la médication ne rétablira pas nécessairement le désir sexuel. Plusieurs autres facteurs peuvent encore être en cause souligne Sylvian Larose, sexologue clinicienne et psychothérapeute sur servicevie.com. Elle poursuit.

Vous dites vivre beaucoup de stress dans votre travail et manquer de sommeil. Ces deux éléments peuvent affecter votre désir. Si vous vous sentez stressée et que vous ne prenez pas le temps de gérer cet état, il vous sera difficile de ressentir le moindre désir sexuel, la tension occupant tout votre champ perceptuel. Détendez-vous, faites des exercices de relaxation, lisez ou écoutez de la musique. Trouvez ce qui vous permettra de réduire votre stress pour laisser plus de place à votre désir.

Un des éléments importants pour nourrir le désir est la notion de plaisir. Vous dites que votre conjoint est patient, que vous le trouvez attirant et que vous l'aimez, mais que vous avez le sentiment que tout est «mort en dedans». Regardez comment vous vivez le plaisir en général. Puis, trouvez vos petits moments de bonheur ensemble. Ensuite, explorez votre sexualité et essayez d'y voir le plaisir que vous en retirez.

Reprendre une vie sexuelle et apprendre à apprécier la satisfaction qui en découle peut aider à nourrir votre désir. En fait, pour en éprouver, il faut arriver à anticiper positivement les rapprochements. Pour le moment, vous vivez plutôt l'anxiété de ne pas avoir de désir sexuel, ce qui ne peut qu'avoir un effet négatif sur celui-ci.

Regardez aussi comment vous viviez votre intimité avec votre conjoint durant les deux dernières années. Vous accordiez-vous du temps pour vous deux? Étiez-vous affectueux ou distants? Certains couples mettent de côté l'affection et le contact physique lorsque le désir sexuel d'un des partenaires est absent. Comment avez-vous vécu votre intimité durant cette période? Comment la vivez-vous actuellement?

En général, il faut réapprendre à passer de l'intimité amoureuse à l'intimité sexuelle. Pour y arriver je vous suggère de vous retrouver entre amoureux, de prendre le temps de vous regarder dans les yeux, d'être à l'écoute de ce que cela éveille, mais aussi de commencer à vous recentrer sur les émotions et les sensations qui vous habitaient lorsque le désir sexuel était présent.

Si vous avez de la difficulté à retrouver ces sensations, faites la lecture de nouvelles érotiques (vous en trouverez dans les librairies) et voyez quelles sont les émotions et les sensations qui naissent en vous. Cela pourra aussi nourrir votre imaginaire.

Lorsque l'un des partenaires éprouve peu de désir, il arrive souvent que les rapprochements sexuels aient lieu pour faire plaisir à l'autre, d'où l'importance de recommencer à donner un sens positif à votre sexualité. Au besoin, consultez. (Source: servicevie.com)

27/11/2009

Désir : faites fonctionner vos neurones

Des scientifiques l'affirment : la jouissance, c'est dans la tête. Ils appuient leur credo sur un exemple tout simple : pourquoi certains jours une caresse osée sur notre clito nous fait grimper aux rideaux alors qu'à un autre moment, ça aurait plutôt le don de nous faire penser à notre devoir civique ? Ce sont donc bien l'humeur, le cycle hormonal et létat desprit du moment qui arbitrent l'orgasme. Bref, la jouissance ne se joue pas en dessous de la ceinture mais sous le chapeau à voilette. On en doute ? Selon une étude, certaines femmes peuvent déclencher un orgasme un vrai, avec contractions du périnée et tout et tout - uniquement par la pensée, en sauto suggérant par exemple des images érotiques.

Comment ça se passe dans le cerveau ?

Certaines études sont allées jusquà mesurer l'activation des zones cérébrales des femmes au moment où le désir naît (merci les cobayes, fallait oser quand même !). Eh bien pas de doute, notre cerveau à nous les femmes ne fonctionne pas du tout comme celui des hommes (ça, on sen doutait un peu quand même), que ce soit au lit ou devant la machine à laver. Le désir, chez nous, serait instinctif (comme chez les mecs) mais aussi raisonné (cest là que ça change). Le résultat de lélectroencéphalogramme montre clairement que lun des chemins du plaisir emprunte les mêmes détours que ceux des besoins basiques telle que la faim ; l'autre voie passerait par des associations mentales stockées dans le cerveau au fil des expériences personnelles et ravivées par un stimuli visuel. (Source Topsanté)

16/11/2008

Tamagotchi érotique

Nouveau joujou tendance, c’est un tamagotchi nouvelle version. Souvenez-vous, ce petit gadget renfermait un ami virtuel, que l’on devait nourrir, laver et soigner pour ne pas qu’il s'éteigne dans d’atroces souffrances. Aujourd’hui au Japon, voici ce nouveau tamagotchi que l’on peut câliner, grâce à un trou qui permet d’insérer son doigt. C’est plutôt bon enfant, et pourtant on ne peut nier l’aspect sexuel de la chose. Il n’en fallait pas plus pour provoquer le fou rire de Christophe Beaugrand dans la Matinale de Canal+, le 9 novembre dernier.(Source: http://www.entrevue.fr)