Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/11/2011

Les stats du sexe

A litre dans France Soir.

1. Un bon moyen de draguer !
10 % des hommes et 6 % des femmes avouent avoir déjà eu des rapports sexuels avec quelqu'un à la suite d'une rencontre sur le Net.

2. La crise, un bon prétexte pour « noyer ses difficultés »
7 % des Français déclarent avoir une libido boostée par le climat de crise.

3. Le sexe oui, mais pour enfanter !
7 % des personnes considèrent encore que le sexe sert avant tout à faire des enfants.

4. La pornographie, un plaisir qui se traduit au féminin
Selon une enquête de 2009 Marc Dorcel/Ifop, 32 % des femmes accepteraient de regarder un film porno avec leur compagnon et 44 % avouent que cela accroît leur désir sexuel.

5. Varier les plaisirs
40 % des personnes interrogées ignorent les plaisirs du sexe bucco-génital.

6. Le sextoy en plein boum !
24 % des femmes déclarent que le sextoy est leur « meilleur ami » et qu'elles ne le quittent pour rien au monde.

7. Libération des femmes
40 % des femmes de plus de 50 ans déclarent avoir une libido plus forte avec l'âge.

8. La sodomie, un tabou dépassé
37 % des femmes interrogées avouent avoir déjà autorisé leur partenaire à la sodomie. Une pratique qui reste exceptionnelle mais en progression.

9. Vite fait, bien fait
Selon une étude menée par AuFéminin.com, 47 % des sondées aimeraient les petits « coups vite faits ».

10. Libertinage et échangisme
2 % des femmes avouent avoir déjà fréquenté un club échangiste (contre 3,6 % pour les hommes).

11:21 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : sexe, homme, femme, stats

19/11/2011

La photo choc !

La jeune femme pose en maillot de bain et n'a vraiment que la peau sur les os. Suite aux plaintes reçues par l'Advertising Standars Agency qui contrôle les publicités en Angleterre, l'agence a jugé le top model trop maigre et les clichés de "socialement irresponsables". Pourtant, à 21 ans, la jeune femme a déjà posé pour Elle, Glamour, Vogue, a été mannequin pour Valentino, Cartier, a défilé pour Dior à Milan et sera le nouveau visage de Topshop ! (plus d'infos sur femmes en santé)amanda-hendrick-anorexique_105676_w250.jpg

01/11/2011

80% des Belges entretiennent une relation stable

La Région de Bruxelles-Capitale compte 29,4% d'isolés, pour 22,4% en Wallonie et 17,6% en Flandre.

La tranche d'âge 65-69 ans comporte le plus de personnes mariées: 72,2%. La plus forte proportion de cohabitants, à savoir 31,9%, se trouve dans la tranche d'âge 25-29 ans. Au total, 39,6% des 20-24 ans ont une relation stable hors cohabitation.

Une personne sur quatre est isolée (25%) parmi les 25-29 ans et une sur six (16,2%) parmi les 30-34 ans. La proportion d'isolés est la plus faible parmi les 40-44 ans: 14,1%.


Pour cette enquête, 7.163 répondants âgés de 18 à 79 ans ont été interrogés entre février 2008 et mai 2010.

14:57 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, santé, homme, femme

26/10/2011

14,5 centimètres de taille

C’est la taille moyenne officielle du sexe masculin certifiée par l’Académie nationale de chirurgie française. Selon certaines statistiques, plus de 60 % des hommes ont déjà, une fois dans leur vie, pensé avoir un zizi plus petit que la moyenne. (source: dh.be)

Et de plus en plus de mâles consulteraient un chirurgien pour une pénoplastie, une opération consistant à allonger ou à grossir le pénis. Une intervention pas toujours efficace et qui engendre des risques comme tout acte chirurgical.

Pour limiter ces demandes mais sans se prononcer sur les critères chiffrés de la normalité, l’Académie nationale de chirurgie française a décidé de publier les mensurations moyennes d’un pénis. Elle indique ainsi que “la longueur moyenne au repos d’un pénis se situe entre 9 et 9,5 cm pour atteindre, en érection, une taille comprise entre 12,8 et 14,5 cm. Quant à la circonférence, elle doit respectivement se situer entre 8,5 et 9 cm – durant le sommeil –, avant d’atteindre 10 à 10,5 cm”.

14,5 cm, c’est la taille d’un petit couteau, d’une petite brosse à cheveux ou de la largeur de cet article.

Par cette publication, les chercheurs veulent “sensibiliser le public à l’inutilité et au risque de toute chirurgie sur un pénis de dimension normale et physiologiquement actif”.

Car la grande majorité des hommes a un sexe normal. Mais selon les spécialistes, beaucoup d’entre eux mesureraient mal leur sexe qui doit être calculé à partir du pubis où il s’attache et non de la peau. Ce qui représente tout de même un ou deux centimètres de plus !

Sachez également que le stress peut influencer la taille du pénis et renforcer le complexe. Au lit, apprenez donc à être plus zen et à décomplexer. L’important n’étant pas le plaisir ?

Il existe cependant quelques cas, assez rares, de micropénis qui sont de véritables pathologies. On parle ainsi de micropénis quand le sexe en érection mesure moins de 7 cm. Des cas sont détectés très tôt (avant l’âge de 5 ans) et corrigés chirurgicalement.

Toujours autant complexé malgré ces données chiffrées ? Trichez un peu et coupez les poils du pubis plus courts : cela agrandira visuellement votre sexe

 

10:17 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, taille, homme, femme

24/10/2011

Pas de sexe parce que les femmes ne sont pas contentes de leur apparence physique

Selon une étude IFOP, 9 femmes sur 10 ne seraient pas satisfaites par leur apparence physique. Mais au delà des complexes qui découlent de ce constat émerge un autre phénomène : « Désolé chéri, pas ce soir, j’ai régime ! ». (source: yahoo.fr)

On le sait, bien qu’étant les femmes européennes les plus minces, les Françaises trouvent toujours à redire aux chiffres de leur balance. 45% des femmes interrogées dans le cadre de l’étude précédemment citée avouent ne pouvoir faire l’amour que dans le noir, et une femme sur cinq confesse même garder des vêtements pendant le rapport sexuel. Récemment, c’est une étude britannique réalisée sur 4.000 personnes qui a souligné davantage le phénomène : 52% des femmes refuseraient de faire l’amour avec leur partenaire car elles ne se sentent pas bien dans leur corps. La psychologue Catherine Hood, de l’Université d’Oxford explique ces résultats : « La plupart des femmes se sentent sous pression à cause d’une vision de perfection qui n’est simplement pas réaliste », rappelant au passage que « 6% des femmes en couples admettent n’avoir des relations sexuelles avec leur partenaire que par devoir ».

On le sait, les hommes d’aujourd’hui sont également soucieux de leur apparence. Une étude de la TNS Soffres a notamment révélé que 43 % des hommes voudraient entamer un régime amincissant, 30 % avouent utiliser une crème hydratante ou un antirides et 25 % sont séduits par l’idée d’effectuer un soin en institut. Pourtant, le corps ne semble en aucun cas un obstacle au rapport sexuel. « Ma femme aime mes poignées d’amour » explique Philippe, 38 ans, « Globalement je trouve que j’ai de la chance : avec les années mon corps a changé, mais les femmes continuent de me trouver séduisant. Je crois même qu’elles me regardent plus qu’avant, il doit y avoir quelque chose de rassurant ». Cette différence, Claire Stevenin, psychologue, l’explique par des attentes différentes entre les hommes et les femmes : «Une femme va moins s’intéresser au physique de son partenaire qu’à ce qui en découle : elle va être séduite par son intelligence, son humour, ou d’autres valeurs plus subjectives ». Un constat mis en relief par une étude américaine menée par le professeur Harrison G. Pope, de l’hôpital Mc Lean dans le Massachusetts (Etats-Unis), qui a révélé que les femmes préféraient les hommes de corpulence moyenne aux hommes musclés et/ou bodybuildés.

Faire l’amour c’est accepter la nudité et l’intimité. Le regard de l’autre joue alors un rôle de véritable catalyseur de nos complexes. « Certaines femmes viennent en consultation car elles ne savent plus comment gérer l’intimité avec leur partenaire. Elles ont des subterfuges : certaines positions plutôt que d’autres, laisser la lumière éteinte, ou tout simplement fuir les échanges physiques… » explique notre psychologue. Sofia raconte : « Depuis mon accouchement, je ne parviens plus à faire l’amour. Je ne supporte pas que mon corps ait changé. Et je n’arrive pas à me sentir à l’aise devant mon mari. Je n’ai plus de désir sexuel : la seule chose à laquelle je pense c’est à perdre du poids ».

La société Atkins a mené une étude en Angleterre pour mieux appréhender le comportement des femmes vis à vis des régimes amincissants. 1790 britanniques sondées plus tard, le résultat est ahurissant : 37,5% des femmes interrogées avouent penser plus souvent à la nourriture qu’à leur partenaire quand elles pratiquent un régime. Une majorité d’entre elles prétend que le régime les captive davantage que la possibilité d’avoir des rapports sexuels. Cerise sur le gâteau, 10% de ces femmes vont même jusqu’à confesser qu’elles se sentiraient plus coupables en faisant une entorse à leur régime qu’en trompant leur partenaire.

Pour Claire Stevenin, « Ces résultats traduisent surtout l’importance de se sentir bien dans son corps pour que l’alchimie du désir fonctionne. La libido est une énergie qui puise son essence à la fois sur le plan physique et sur le plan psychologique. Ces deux aspects sont essentiels, et passent d’abord par un équilibre personnel et une bonne estime de soi ». (source: Rafaële Real, Pampa Presse, http://fr.pourelles.yahoo.com/r%C3%A9gime-ou-sexe-faut-il-choisir-101016340.html)

11:30 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : femme, apparence

23/10/2011

Femmes accros au sexe

On a longtemps laissé entendre que la pornographie, sa consommation, et surtout sa dépendance, était une affaire d'hommes. Comme si les femmes étaient immunisées. Or, les organismes d'aide se rendent désormais compte que, l'accessibilité de l'internet aidant, des femmes non seulement consomment, mais aussi consultent. D'après le Internet Filter Review, qui compile toutes les statistiques web sur la question, 30% des visiteurs de sites pornographiques sont en fait des visiteuses. (source: cyberpress.ca)

Environ 10% des consommateurs se disent aussi «accros». D'après un sondage réalisé en 2006 par l'organisme auprès des consommatrices, 17% d'entre elles confient aussi souffrir de dépendance, un chiffre en hausse constante. À preuve: le site britanique Quit Porn Addiction, le plus grand du genre au Royaume-Uni, ne comptait pas une seule cliente il y a à peine deux ans. Aujourd'hui, rapportait récemment The Guardian, un appel sur trois vient d'une femme. Même constat aux États-Unis, où, selon le Washington Times cette fois, 9,4 millions de femmes consultent des sites «pour adultes» par mois, et 13% avouent également consulter ces sites... au bureau!

Malheureusement, peu d'études sérieuses ont été à ce jour menées sur la question, déplorent de plus en plus les experts. «Pourquoi on ne parle jamais des femmes? La vraie raison, c'est parce qu'il n'y a pas, ou très peu, de recherches qui se font sur la sexualité des femmes, et sur leurs dépendances», dénonçait justement Robert Weiss, le fondateur du Sexual Recovery Institute à Los Angeles, dans la revue Live Science, le mois dernier.

Au Québec, le phénomène demeure sinon embryonnaire, du moins drôlement tabou. De tous les sexologues interrogés, pas un n'a reçu une femme en consultation pour un tel problème de dépendance. «Je n'ai encore jamais eu de confidence à ce sujet», confirme la grande spécialiste de la sexualité des femmes, Jocelyne Robert.

Seul le psychologue Jean-Pierre Rochon, auteur des Accros de l'internet et spécialiste reconnu de ces dépendances, en a déjà vu passer dans son bureau. Et encore. «J'en ai peut-être vu 5 en 30 ans», note-t-il.

Ce qui ne veut pas dire qu'elles n'existent pas. «Des fois, c'est plus difficile pour elles d'en parler, elles ont honte, vivent une culpabilité, des remords, ça vient les chercher», confirme, Michel*, bénévole chez les Sexoliques anonymes, où sur des groupes de 70 hommes, il dit voir un maximum de quatre femmes. «Pourtant notre dépendance est la même: c'est la recherche du plaisir sexuel compulsif, enchaîne-t-il. Comme les alcooliques, on est des ivrognes du sexe. C'est la même affaire. On est dépendant, compulsivement, à la luxure.»

Le psychologue Jean-Pierre Rochon parle à cet effet de «sexolisme». «La pornographie sur l'internet est un moyen de nourrir une dépendance sexuelle», explique-t-il en entrevue. Non, ça n'est pas parce qu'on consomme de la pornographie qu'on est forcément dépendant. «Comme pour l'alcool: on peut en consommer, et puis à un moment donné, basculer dans l'alcoolisme.» Ce qui fait qu'il y a dépendance, poursuit-il, c'est quand il y a répétition, un temps démesuré passé à consommer, et puis évidemment une souffrance. «C'est un trouble obsessif compulsif, finalement.»

Si les femmes qui osent demander de l'aide demeurent marginales ici, aux États-Unis, des groupes de soutien pour femmes ainsi «souffrantes» de leur dépendance au porno ont fait leur apparition, il y a quelques années. Il s'agit, pour la plupart, de groupes religieux. L'organisation Dirty Girls Ministries, fondée par Crystal Renaud, elle-même ex «sex addict», est une des premières du genre à avoir vu le jour, en 2009. Elle réunit des femmes sur le web, pour des rencontres thérapeutiques virtuelles de «désintoxication».(source: cyberpress.ca)

11:22 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : porno, sexe, femme

12/10/2011

Sexe et infection urinaire

Au cours de sa vie, une femme sur deux sera atteinte de cystite bactérienne E. Coli, la forme la plus fréquente des infections urinaires. Elle est plus fréquente chez les patientes diabétiques, les femmes jeunes en périodes d'activité sexuelle et les femmes enceintes. (plus d'infos sur femme en santé)

12:25 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, femme, infection urinaire

11/10/2011

Sida: protégez-vous !

Le sida n’occupe plus l’avant de la scène médiatique. Mais tapi dans l’ombre, il fait chaque jour de nouvelles victimes.  

Chaque jour dans le monde, 7.000 personnes sont contaminées par le virus du sida. Cette maladie qui a fait 25 millions de morts depuis son apparition, il y a une trentaine d’années, poursuit ses ravages et continue à se répandre.

Avec 3 nouvelles contaminations par jour, la Belgique n’est pas épargnée. En 2009, 1.135 nouveaux cas ont été diagnostiqués. C’est le niveau de contamination par le VIH le plus élevé depuis le début de l’épidémie. Plus élevé même qu’en 1992, lorsque le sida faisait la Une de l’actualité. Et le nombre d’infections sexuellement transmissibles suit la même courbe, ce qui témoigne d’un relâchement des comportements de prévention. (plus d'infos sur femme en santé)

Affiche+é...JPG

De nombreuses animations sont organisées autour du 1er décembre tant en Région bruxelloise qu’en Wallonie. Elles seront reprises sur www.preventionsida.org

18:39 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, sida, femme, homme

02/10/2011

Uterus: première greffe mondiale

Première mondiale en Turquie. Un utérus a été transplanté avec succès à une femme qui est née sans cet organe. La jeune Derya Sert, 21 ans, devient ainsi la première femme au monde à recevoir une greffe d'utérus d'une donneuse décédée. L'intervention réalisée par huit médecins et sept assistants s'est déroulée en août dernier à l'hôpital universitaire Akdeniz, situé en Turquie. (source: femmeensanté)

15:40 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uterus, santé, femme

14/01/2010

Bouger et avoir une vie saine, c'est bon pour le sexe !

Sédentarité et tabagisme, figurez-vous, augmenteraient le risque de dysfonction érectile. Voilà donc une raison supplémentaire de bien soigner son hygiène de vie ! « Les médicaments c'est bien, mais il y a des échecs et des effets secondaires. Sans parler de leur coût et de leurs inconvénients en matière de spontanéité » rappelle le Pr Muammer Kendirci. Urologue-andrologue à Istanbul en Turquie, il s'est penché sur l'intérêt de l'exercice physique et du sevrage tabagique dans le traitement de la dysfonction érectile (DE).

Chez des hommes inactifs ou faiblement actifs (c'est-à-dire pratiquant moins de 2 heures et demi d'activité physique par semaine), l'augmentation du risque de DE peut atteindre 43% à 61%. Or c'est avéré, l'exercice physique fait baisser les facteurs de risque de DE : diabète, hypertension. Bien plus, il exerce également un effet intrinsèque, en améliorant la circulation sanguine. Laquelle est évidemment nécessaire à une érection de qualité.

Le tabagisme aussi est un sujet d'importance. La probabilité pour un fumeur de présenter une DE est multipliée par deux, en comparaison d'un non-fumeur. Le risque est d'ailleurs proportionnel au nombre de cigarettes fumées mais diminue avec l'arrêt du tabac. « Mieux vaut arrêter tôt, avant que ne surviennent les changements vasculaires responsables de la DE » prévient le Pr Kendirci. Alors Messieurs si vous voulez continuer à profiter de la vie et de l'amour ne prenez pas la bouiffe de trop ! (Source: destinationsanté)

11:19 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexualité, santé, femme

08/01/2010

Les désirs féminins toujours aussi complexes

 

Depuis des années, les hommes tentent de comprendre les femmes et n’y arrivent pas. Même en matière de sexualité, le fonctionnement des femmes est beaucoup plus complexe que celui des hommes et est donc difficile à expliquer, selon des chercheurs canadiens.

À l’Université Queen de Kingston, en Ontario, on a analysé 134 études, publiées entre 1969 et 2007, qui englobaient 2 500 femmes et 1 900 hommes. Toutes ces études ont tenté d'expliquer le fonctionnement des femmes en matière de sexualité.

Selon les Archives of Sexual Behaviour, le désir sexuel de l’homme se traduit par une érection. Presque toujours, le cerveau est en accord avec les organes génitaux. Par contre, pour la femme, il n’y a pas cette connexion entre les deux. Une femme peut être suscitée physiquement par différentes images sexuelles, sans toutefois ressentir du désir. Il existe donc une incohérence entre le corps et l’esprit chez les femmes.

Certains expliquent le phénomène par le fait qu’il est normal pour un homme d’avoir cette connexion, car pour avoir une relation sexuelle, l’homme a obligatoirement besoin d’avoir une érection.

Les hommes sont donc encore loin de pouvoir comprendre la complexité des femmes.

 

12:26 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : obama, sexe, femme

13/10/2009

40% invoquent la crise pour refuser un rapport sexuel

Avec la crise, nous avons vu fleurir tout un tas d'articles dans les journaux et sur Internet qui nous annonçaient le grand retour du sexe: activité réconfortante et pas très chère pour les blessés de la finance. (Sourcer: le post.fr)

Les sexshop et autres vendeurs de préservatifs se frottaient les mains. La clientèle qui déserte les supermarchés, allait arriver en courant dans les magasins érotiques.

Un an après, le bilan est mitigé. Si le salon Erotica Dream a eu un succès fou à Nice ce week-end, les petits sexshop de province doivent avaler d'un coup plusieurs couleuvres : la baisse de la vente du DVD porno à cause du téléchargement sur Internet, l'interdiction du poppers qui a fait baisser les chiffres d'affaires, et la concentration des magasins. Etrangement, en province, tous les magasins se sont concentrés dans les mêmes quartiers. Ce qui fait que la concurrence est rude. Heureusement la vente du poppers a de nouveau été autorisée, les vendeurs de sextoys vont pouvoir retrouver leurs marges.

Tout ça me fait penser qu'en fait le sexe fashion, les dildos en forme de dauphins ou de Barack Obama, tout ça est réservé à une classe sociale privilégiée qui se rencontrent dans des salons tels qu'Erotica Dream. Mais que le reste de la France en est pour le moment soit encore exclue, soit pas vraiment intéressée. A 85 euros le vibro, ils ont d'autres priorités. Non ?

Pour finir ce tableau noir de la crise dans nos sexualités, un sondage réalisé au Royaume-Uni sur 4000 personnes : 40% invoquent la crise pour refuser un rapport sexuel ! Info ou intox ? Est-ce que la crise est la nouvelle migraine du sexe?

10:28 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : obama, sexe, femme

09/02/2009

Le sein anti-stress

antistress.jpg

Vous êtes un homme et vous êtes stressé ? Pas de problème, la firme mensway.com a repris le concept du caoutchouc anti-stress, qui fut pendant une longue période très à la mode dans notre société (dans les années 90), mais a retravaillé le concept. Et a concoctée pour votre bien être… le sein anti stress !

push.jpg

Non ce n’est pas une blague, et il faut dire que l’on voit mal un grand stressé l’utiliser par exemple dans les transports en communs ! Vous imagineriez-vous dans cette situation ? On peut à la rigueur le percevoir comme une solution pour faire une blague à un ami !

Toujours est-il que bien qu'il peut laisser perplexe cet objet est commercialisé au prix de 12€. (source: le bloggadget )

23/12/2008

La femme prend l'homme

En amour, on dit toujours ' Il l'a prise '. C'est dans notre langage, l'homme qui prend.

Or, dans la relation amoureuse concrète, ce serait plutôt l'inverse. Dans un rapport sexuel, c'est le sexe de la femme qui prend celui de son partenaire, qui l'accueille.
Le vagin n'est d'ailleurs pas un organe inerte, grotte ou fourreau qui recevrait de manière passive le sexe masculin. Bien au contraire, il s'agit d'un organe très actif, un organe de préhension. Le vagin est capable de bouger, d'enserrer le pénis, de s'adapter à sa forme, à sa taille pour trouver son contact sur toute sa longueur.

Lire la suite

08:41 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, femme, homme

06/11/2008

40% des femmes ont des problème sexuels

prob_sex.jpg

Environ 40% des femmes rapportent des problèmes sexuels et 12% considèrent que ces problèmes sont une source de détresse personnelle selon la plus grande étude à date publiée dans la revue Obstetrics & Gynecology.

"Les problèmes sexuels sont courants chez les femmes, mais les problèmes associés avec la détresse personnelle, ceux qui sont vraiment dérangeants et affectent la qualité de vie des femmes, sont beaucoup moins fréquents", dit Jan Shifren de l'Université Harvard qui a dirigé la recherche.  Plusieurs recherches ont montré que des problèmes de faibles niveaux de désir et d'excitation ou des difficultés à atteindre l'orgasme étaient présents chez environ 40% des femmes, mais peu de ces recherches ont vérifié le niveau de détresse associé à ces problèmes.

21% des femmes ont des difficultés à atteindre l'orgasme


Cette dernière recherche a interrogé 32,000 femmes entre 18 et 100 ans. Elle mesurait la détresse associée aux problèmes sexuels, incluant la colère, la culpabilité, la frustration et l'anxiété.  Un certain niveau de problèmes sexuels était rapporté par 43% des répondantes: 39% rapportant un bas niveau de désir, 26% des problèmes avec l'excitation et 21% des difficultés à atteindre l'orgasme. Une détresse reliée à ces problèmes n'était rapportée que par 12% des participantes.

Bien que la prévalence des problèmes sexuels était la plus élevée chez les femmes de plus de 65 ans, ce groupe rapportait les plus bas niveaux de détresse. Les femmes âgées de 45 à 64 étaient celles qui rapportaient le plus de détresse alors que les femmes de 18 à 44 ans avaient les plus bas niveaux de problèmes sexuels et de détresse. Les femmes souffrant de dépression étaient deux fois plus susceptibles de rapporter de la détresse par rapport à tous les types de problèmes sexuels. (Source: www.psychomedia.qc.ca )

09:19 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sexe, femme