Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/02/2011

Insémination artificielle: les hôpitaux belges submergés

La Belgique est une terre d'accueil privilégiée pour de nombreuses femmes qui se voient refuser l'insémination artificielle dans leur propre pays. Le phénomène a pris une telle ampleur que les cliniques de fertilité en Belgique ont mis en place ces dernières années une politique de quotas pour éviter l'engorgement. De nombreux pays interdisent encore le mariage entre personnes du même sexe, réservant l'insémination artificielle aux couples mariés et aux célibataires. Face à cette impasse, de nombreuses femmes se rendent chaque année dans les cliniques de fertilité en Espagne ou Belgique, où elles ont le droit de recourir à des donneurs de sperme anonymes. Ainsi, des centaines de lesbiennes Françaises franchissent chaque année la frontière pour bénéficier de l'insémination artificielle.

"Au début des années 2000, on a été jusqu'à plus de 700 cycles pour des patientes françaises. Mais nous manquons de donneurs de sperme", a expliqué à l'AFP Anne Delbaere, chef du service spécialisé de l'hôpital Erasme à Bruxelles.

Les cliniques belges ont pris des mesures drastiques pour freiner cet afflux qui risquait de mettre en péril la poursuite de leur mission principale: le traitement de patientes ayant de vrais problèmes de fertilité.

Le standard téléphonique pour les femmes homosexuelles étrangères de l'hôpital Erasme n'est donc plus ouvert que quatre jours par an et seules deux consultations par semaine leurs sont encore réservées. "En une bonne heure, tous les consultations pour le trimestre suivant sont réservées", souligne Mme Delbaere.

Le mariage et l'adoption par des couples homosexuels sont autorisés dans plusieurs pays d'Europe, dont la Belgique, l'Espagne, les Pays-Bas ou encore la Norvège.