Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

24/06/2010

La sexualité des gens heureux

Note de lecture de Jacques Van Rillaer - SPS n° 290, avril 2010 (source: pseudosciences.org)

La grande majorité d’entre nous aime éprouver du plaisir sexuel à différents moments et à différents degrés. Cette disposition comportementale fait partie de notre programme génétique. Comme pour les bonobos, nos plus proches parents, la sexualité ne sert pas seulement à maintenir en vie notre espèce : elle a aussi une fonction psycho-sociale essentielle. Elle est bienfaisante pour l’individu, pour le couple (dont elle resserre les liens affectifs) et donc pour la famille. Dès lors, rien d’étonnant à l’abondance des publications sur la sexualité. Mais cela vaut-il la peine de présenter un livre de sexologie aux lecteurs de Science et pseudo-sciences ? Oui, s’il s’agit d’un ouvrage résolument inscrit dans la perspective scientifique.

L’auteur est docteur en psychologie (sa thèse portait sur le traitement de l’éjaculation prématurée), professeur de sexologie à l’Université de Louvain et chef d’un service de sexologie dans un hôpital. Il a mené de nombreuses études empiriques sur divers aspects de la sexualité normale et pathologique, notamment lorsqu’il était chercheur à l’Université de Montréal. Son ouvrage répond à de nombreuses questions théoriques et pratiques, en s’appuyant sur des informations scientifiques parmi les plus récentes. Il présente surtout des données psychologiques, mais il fournit aussi des connaissances sociologiques, historiques, ethnologiques et éthologiques, sans pour autant tomber dans un éclectisme mou. En présentant ces informations, il fait d’utiles mises au point méthodologiques, notamment sur la relativité des enquêtes par questionnaire et sur l’interprétation des analogies et des coefficients de corrélation.

Il n’est guère facile de briller par l’originalité dans un livre sur la sexualité. Toutefois, l’ouvrage de Pascal de Sutter aborde des questions relativement peu traitées et il le fait, répétons-le, en utilisant des informations uptodate. Parmi les pages les plus intéressantes, signalons celles qui portent sur la relation entre le sentiment de bien-être général et les satisfactions sexuelles. L’auteur présente des recherches (dont les siennes) qui montrent que l’on peut être heureux sans activité sexuelle régulière et que l’on peut avoir une vie sexuelle satisfaisante sans pour autant être heureux de vivre. Néanmoins, le bonheur et la sexualité sont des variables en interaction, raison pour laquelle il est souhaitable de développer une « intelligence érotique » à côté d’autres formes d’intelligence (émotionnelle, sociale, pratique, etc.). C’est bon pour le sentiment d’être heureux, pour la santé mentale et même pour la santé physique.

Le chapitre sur la vieille question des différences de réactions des femmes et des hommes fournit de précieuses indications sur des sources de conflit dans les couples. Notons par exemple que l’on trouve les mêmes fantasmes chez les hommes et les femmes, mais avec des fréquences très différentes. Notons aussi que beaucoup de femmes initient des contacts physiques avec leur partenaire seulement pour avoir des satisfactions affectives, tandis que beaucoup d’hommes ressentent du désir sexuel dès qu’ils ont un contact physique avec une femme qui leur plaît. On peut longtemps discuter sur les causes (biologiques et culturelles) de ces disparités, mais autant déjà connaître les comportements tels qu’ils se présentent le plus souvent. Cela prévient beaucoup de malentendus.

L’auteur ne se soucie guère des normes judéo-chrétiennes des bien-pensants et autres croyances inutilement culpabilisantes quand il se risque à des indications pratiques, destinées notamment aux hommes souffrant de trouble érectile, de femmes frustrées par leur manque de désir, d’homosexuels culpabilisés, de handicapés physiques ou de seniors désireux de poursuivre une vie sexuelle heureuse. En un mot, son livre est à mettre entre toutes les mains…(source: pseudosciences.org)

Livre: la sexualité des gens heureux, Pascal de Sutter. Éditions Les Arènes, 2009, 262 pages, 19,90 €

 

15/06/2009

La sexualité des gens heureux

Le Pr Pascal de Sutter vient d'écrire un livre ' La sexualité des gens heureux '. Il nous explique : ' J'ai eu envie de parler de sexualité de manière positive. Souvent on en parle de manière un peu médicale ou sur un axe pathologique, de problèmes, ou encore dans le glauque, le sordide, la pornographie, les expériences extrêmes... '  (source: e-santé.fr)

Qu'est-ce qu'un tel livre peut apporter aux gens ?


Pr Pascal de Sutter : ' En cette période de crise, c'est peut-être une bouffée d'oxygène, de chaleur dans leur vie, quelques pistes pour se sentir plus épanoui pour être plus heureux dans la vie en général, et notamment la vie sexuelle. Et puis, en plus de mon expérience de psychologue sexologue, je parle beaucoup de connaissances issues des recherches scientifiques sur la sexualité qui ne sont pas toujours connues du grand public. Il existe un lien entre bonheur et sexualité. La sexualité, c'est bon pour la peau, le cœur, la digestion, le sommeil. Ses effets positifs sont scientifiquement établis. '

Qui sont ceux qui ont la sexualité la plus épanouie ?


Pr Pascal de Sutter : ' Je vais vous répondre par un point précis : pour un homme comme pour une femme, imaginer des fantasmes de type fantaisies érotiques légères, dans le respect de soi et de l'autre, des choses réalistes et réalisables, est une excellente chose. Ceux qui ont de l'imagination à ce propos ont une vie sexuelle plus heureuse que les autres. Et c'est particulièrement vrai chez les femmes... '

Quelles sont les erreurs que nous commettons et qui nous empêchent d'être heureux sexuellement ?


Pr Pascal de Sutter : ' L'erreur la plus répandue, à mon sens, c'est penser qu'une sexualité épanouie, ça vient du ciel. Lors des premiers émois passionnels du début d'une rencontre, la chimie est suffisante pour attiser la flamme. Par la suite, il faudra mettre volontairement de l'énergie dans sa sexualité pour qu'elle fonctionne. C'est quelque chose qui se construit, qui s'entretient '.

Y a-t-il des points qui vous semblent essentiels ?


Pr Pascal de Sutter : ' Oui, la sexualité est importante pour la société toute entière. Et pourtant, nous n'avons que très peu conscience de ses bienfaits. Quand une société est plus tolérante, plus ouverte, plus égalitaire pour les femmes, plus à l'aise, moins puritaine avec la sexualité, quand elle impose moins d'interdits, de lois... Il y a moins de violence, les gens sont plus heureux, plus épanouis, il y a plus de prospérité. Cela se vérifie quand on compare toutes les sociétés. '

' Un autre point encore, c'est l'importance de l'optimisme. Quand on a une défaillance sexuelle, comme une dysérection par exemple, plutôt que de se dire : ' je ne pourrai plus jamais, ma vie sexuelle est fichue ', il est bien moins toxique de penser : ' j'ai des soucis de boulot, ça ira mieux la prochaine fois '. Pour une femme qui n'a pas d'orgasme, plutôt que de penser : ' je suis frigide ', il est plus positif de penser : ' je peux apprendre à me laisser aller au plaisir... '. Par notre mental, nous pouvons améliorer ou aggraver la situation. Un des secrets des gens heureux sexuellement, c'est leur optimisme. '

A lire: Pr Pascal de Sutter, ' La sexualité des gens heureux ', Editions des Arènes.(source: e-santé.fr)