Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/10/2008

Les Québecois auraient plus d'orgasmes

orgasme.jpg

Sexuellement plus épanouis, plus actifs et plus créatifs, les hommes du Québec seraient différents des autres Canadiens au chapitre de leurs rapports intimes. Dans un sondage pancanadien sur la sexualité masculine, les Québécois sont même les plus nombreux à se déclarer satisfaits de leur sexualité.
La vie sexuelle des Québécois se porte bien, si on la compare à celle des hommes des autres provinces. Dans un sondage Léger Marketing, près de trois Québécois sur quatre 72 % se déclarent satisfaits ou très satisfaits de leur vie sexuelle, alors que dans le reste du Canada, 63 % font le même constat. Les Québécois sont également les plus nombreux, soit 86 %, à croire qu’au moins une relation sexuelle par semaine est souhaitable.

Ces résultats n’étonnent pas Michel Dorais, sociologue de la sexualité. «Rien n’est plus culturel que la sexualité. Les Québécois semblent plus délurés. Ils sont plus latins, ils ne regardent pas la même télé, ne lisent pas les mêmes livres que les autres Canadiens», résume ce professeur de l’Université Laval qui, du même souffle, rappelle que dans les sondages, les hommes ont tendance à embellir la réalité. Les Québécois se démarquent aussi sur la durée de ces relations. Près de la moitié affirment consacrer de 30 à 44 minutes à leurs ébats, contrairement à une écrasante majorité de Canadiens qui avouent y consacrer moins de trente minutes. 
En plus d’être majoritairement en faveur d’une partenaire ouverte à la créativité, les Québécois auraient plus d’orgasmes, soit quatre par semaine, la moyenne canadienne étant de trois. Fait à noter, tous les experts consultés se sont montrés très surpris par la qualité de la sexualité des hommes au Québec. «Ce sondage décrit un homme québécois solide dans son identité, qui affiche ses limites et s’investit dans sa sexualité. Ce n’est pas ce que l’on retrouve dans la réalité», nuance le psychologue Marc Pistorio.
«Je me méfie beaucoup des données de sondages, ajoute la sexologue Sylvie Lavallée. Les hommes comprennent encore mal les femmes; leurs conflits relationnels affectent leur sexualité. Moi, j’entends surtout leur souffrance», conclut-elle. (Source: Elle et lui)

07:01 Publié dans sexe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canada, québec