Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/12/2009

Le plus grand top-model du monde (Vidéo)

En Images, vous allez pouvoir apprécier la différence entre la plus grande et la plus petite Top-model du monde. mages.jpgVoici un peu de légerté à découvrir en vidéo. http://www.wikio.fr/video/2151962

Sida: 1079 personnes ont été reconnues infectées par le VIH

Au cours de l’année 2008 en Belgique, 1079 personnes ont été reconnues infectées par le VIH (séropositives) soit 3 en moyenne par jour.

Le rapport annuel de l'Institut de santé publique

Au cours de l’année 2008 en Belgique, 1079 personnes ont été reconnues infectées par le VIH (séropositives) soit 3 en moyenne par jour et 128 ont été reconnues malades du Sida

10.042 patients porteurs du VIH ont été suivis médicalement en Belgique. Soit 7% de plus qu’en 1997.

Quelques éléments de profil des personnes séropositives

  • 1,9 fois plus d'hommes que de femmes (années 2006-2008)
  • Groupe d'âge le plus représenté : 30-39 ans chez les hommes, et 25-34 ans chez les femmes. (années 2006-2008)
  • Parmi les hommes belges diagnostiqués depuis 2002, les contacts homo/bisexuels constituent la voie de transmission de loin la plus importante (70 %). Chez les femmes, la transmission hétérosexuelle est nettement prépondérante (85 %).

En ce qui concerne les patients d'autres nationalités, la transmission hétérosexuelle y est prépondérante dans les deux sexes (60.9% des cas pour les hommes et 88.7% des cas pour les femmes).

Avec 1079 nouveaux cas en Belgique en 2008, le nombre de contamination par le VIH a atteint le niveau les plus élevé depuis le début de l’épidémie. On dénombre aussi 128 nouveaux cas de Sida déclaré (incidence corrigée) et 11 décès liés à la maladie

Quant au nombre de diagnostics de IST (infections sexuellement transmissibles), il se maintient à un niveau élevé ou même augmente pour certaines infections (augmentation, de l’incidence de syphilis, gonorrhée et Chlamydia)

Sur l’ensemble des nouveaux cas de contamination par le VIH diagnostiqués en Belgique en 2008, on constate une proportion en augmentation de personnes de nationalité belge et d’homo/bisexuels masculins.

Toutefois, hommes ou femmes, jeunes ou moins jeunes, homo, bi ou hétérosexuel/les, Belges ou étrangers, tout le monde est concerné : le VIH et les IST n’épargnent personne !  (Source :Institut scientifique de Santé publique (ISP) et préventionsida.org)

 

Le point sur l'actualité médicale: VIH et vieillissement

Traiter les séropositifs plus tôt pour ralentir l’horloge biologique ?
Le VIH accélère le processus de vieillissement au niveau des différents organes : le cœur, le cerveau, les os, le foie, etc. La cause principale en est l’état chronique d’inflammation que le virus actif induit dans le corps. On parle ainsi de plus en plus d’une accélération de l’horloge biologique. Bien sûr, cela ne signifie pas que l’on sera un vieillard à 40 ans parce qu’on est porteur du virus ! Mais la question est de savoir si les statistiques vont montrer pour les porteurs du virus une espérance de vie pareille à celle du Belge moyen. L’impact de l’infection chronique est néfaste à cet égard même si, par ailleurs, d’autres aspects sont bénéfiques : les patients VIH sont généralement très suivis médicalement et donc pris en charge plus vite que la moyenne en cas de problème de cholestérol, de tension, etc.

L’actualité des traitements

Des traitements globalement moins toxiques et moins contraignants. Et même la pilule unique.
A côté du vieillissement prématuré dû au VIH, le problème de la toxicité médicamenteuse est en régression. On a observé depuis plusieurs années déjà que certaines molécules augmentent les risques d’affections non directement liées au sida, et notamment les risques cardiovasculaires. Aujourd’hui, cela reste vrai pour les médicaments du passé. Les médicaments actuels présentent beaucoup moins de toxicité, y compris au niveau cardiovasculaire. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’étude START a du sens : on risque beaucoup moins de gommer l’impact positif espéré du traitement précoce par un effet négatif dû aux effets secondaires des médicaments.

Commercialisé depuis quelques jours en Belgique : la pilule unique
Une grande nouveauté vient tout juste de débarquer sur le marché belge, en novembre 2009 : l’Atripla : une trithérapie concentrée en une seule pilule. Pour les patients qui ont accès à l’Atripla, il sera clairement plus facile de se soigner pendant 20 ou 30 ans avec une pilule par jour qu’avec la prise quotidienne de plusieurs médicaments.

Epidémiologie

Une nouvelle approche européenne à l’étude : les maladies sentinelles

Le monde médical continue à être confronté au problème des présentations tardives du VIH. En Europe, environ 30 % des nouveaux patients sont diagnostiqués dans une phase avancée de la maladie. C'est-à-dire avec une immunité de moins de 200 T4 ou des infections opportunistes.
Un programme européen tente, dès lors, d’améliorer l’accès au dépistage afin que les porteurs du VIH se retrouvent plus tôt dans le circuit médical. Ce programme, en cours depuis quelques mois, travaille sur base des ‘maladies sentinelles’ : une série de maladies considérées comme potentiellement associées au VIH. Lors de consultations qui n’ont rien à voir avec le VIH, les médecins participant au programme sont invités à proposer aux patients présentant l’une de ces maladies sentinelles de faire le test VIH.

Maladies sexuellement transmissibles (MST) : épidémie toujours plus galopante !

Les MST poursuivent leur développement explosif, indiquant de façon évidente que le préservatif est moins utilisé.
La syphilis, l’hépatite C, la gonococcie, l’herpès, le chlamydia, etc. font des ravages partout, et particulièrement dans la population homosexuelle masculine, et ce, dès l’adolescence. On observe en particulier que de nombreux patients présentent des infections répétées et que l’hépatite C, la plus dangereuse, est souvent associée à la syphilis ou à d’autres MST.

Vaccins


Enfin un signal positif. Mais la prudence s’impose.
Que peut-on dire de l’essai vaccinal qui a fait la une des médias en septembre 2009 ? Qu’il constitue une base sur laquelle on peut continuer à travailler. C’est peu mais c’est tout de même la première fois qu’un programme de vaccination donne un signal positif. Les programmes précédents ont tous été des échecs ou pire, ils ont parfois aggravé la situation.
Dans ce cas-ci, l’essai a été réalisé en combinant deux vaccins, injectés en deux fois. La population ayant participé au test présentait en moyenne un risque relativement faible de contamination. En termes de pourcentage, on a constaté quelque 30% de contaminations en moins dans le groupe vacciné par rapport au groupe placebo. Stricto, sensu, un résultat statistiquement significatif. En y regardant de plus près, pas mal de questions se posent encore aux scientifiques et l’on ne peut exclure l’élément ‘hasard’ des résultats obtenus.

30/11/2009

L'éjaculation trop tardive, cela arrive aussi !

C'est le Journal La Tribune de Genève qui met en avant la question posée par une lectrice, Olivia à son médecin et sexologue, Catherine Solano. "Alors que j’entends dire que la plupart des hommes ont tendance à éjaculer trop vite, mon mari a plutôt du mal à éjaculer, et cela depuis toujours, et cela a tendance à s’aggraver. C’est très frustrant. A quoi cela peut-il être dû?" Olivia.

La sexologue a répondu: "La cause la plus fréquente d’une éjaculation retardée ou impossible, c’est la prise de médicaments ou de certaines substances toxiques comme l’alcool, le haschisch, la cocaïne, l’héroïne…Mais chez un homme jeune, en bonne santé, dont le corps est vierge de substances chimiques, la cause la plus évidente d’une éjaculation tardive, c’est le niveau d’excitation sexuelle insuffisant. Cette excitation basse existe chez certains hommes peu intéressés par la sexualité, ce qui est le cas d’environ un homme sur dix.

Mais plus souvent, l’excitation sexuelle ne monte pas suffisamment parce qu’elle est bloquée par une autre émotion comme la peur de l’intimité, la peur du plaisir (en cas d’éducation très rigide), l’hypersensibilité à des critiques de la part de sa partenaire, la peur de se laisser aller… mais aussi le stress, les soucis, les conflits conjugaux, l’attitude de la partenaire, très froide ou très agressive.

Même quand leur excitation monte très haut, certains hommes ont des difficultés à éjaculer. Le déclenchement du réflexe éjaculatoire se fait mal. Ici encore plusieurs explications sont possibles. Si l’homme se masturbe souvent entre les rapports sexuels, il peut avoir des difficultés pendant l’acte. Cela se produit aussi s’il démarre trop intensément les mouvements coïtaux. Car il lui est alors difficile d’accélérer encore les mouvements, geste qui permettrait de déclencher l’éjaculation.

L’usage intensif de la pornographie peut aussi parasiter la sexualité de couple en implantant dans l’imaginaire des situations visuelles qui deviennent des déclencheurs indispensables pour que l’éjaculation survienne. Et puis la technique masturbatoire acquise à l’adolescence peut jouer un rôle, car certains hommes ont une manière de stimuler leur sexe qui ne reproduit pas les mêmes sensations que le coït en couple. Ils ont une habitude de stimulation efficace pour déclencher leur éjaculation qui est différente…"

27/11/2009

L'âge de la curiosité sexuelle

09/03/2009

Bien choisir ses sous-vêtements

Choisir ses sous-vêtements n’est pas tâche facile. Mais pas impossible ! Voici tous nos conseils pour bien choisir ta lingerie en fonction de tes humeurs, et de ton style. (Source: teemix.aufeminin.com)

Des dessous romantiques :
Tu es plutôt fleur bleue ? Du genre rêveuse? La lingerie romantique est faite pour toi !
Mise sur des ensembles aux
couleurs pastel (bleu ciel, rosé, violine…), en coton brodé, aux motifs liberty ou fruités. Si tu es audacieuse, ose les dessous en soie ou en dentelle, à petits nœuds ou même pailletés, mais toujours dans des couleurs tendres… Si tu as une taille de guêpe, opte sans hésiter pour un bustier serre taille, le secret des princesses.
L’idée ? Suggérer plutôt que dévoiler grâce aux matières vaporeuses et légères.
Le must ? Une petite
nuisette en satin pour des nuits toutes douces.

Des dessous tendance :

Tu es toujours au top de la mode, même sous tes vêtements ? Mise sur des dessous en soie, en dentelle, en mousseline et en tulle.
Tu es blonde ou tu as la
peau claire ? Opte pour des couleurs chaudes, ultra tendances: chocolat, café. Tu es brune ou tu as la peau mate ? Craque sur des couleurs plus flashy, comme le bleu électrique, le rouge chatoyant ou le violet.
Blonde ou brune, ne te prive pas du blanc, plus sage et romantique, et surtout indémodable.
L’idée ? Varier les matières et les couleurs au gré de tes humeurs.
À éviter ? Les sous-vêtements rouges pour les
poitrines généreuses, un peu too much !

Lire la suite